NUMERO : Janvier-Février 2015

Ubiquinol et ubiquinone, le co-enzyme Q10 sous toutes ses coutures


Cet antioxydant liposoluble produit naturellement par l’organisme est présent dans toutes les cellules, et plus particulièrement au niveau de celles qui contiennent le plus de mitochondries (cœur, cerveau, muscles, foie, systèmes digestif et immunitaire). Les mitochondries sont les centrales énergétiques des cellules. Le CoQ10, sert de transporteur d’électrons au sein de la chaîne respiratoire mitochondriale pour la production d’énergie (ATP).

Sans CoQ10 pour mener les électrons à travers la mitochondrie, la respiration cellulaire et la production énergétique n’auraient pas lieu et la vie ne pourrait être maintenue.

À partir de 40 ans, la synthèse interne de CoQ10 se réduit de manière lente mais notable et s’accompagne donc d’une diminution de l’énergie mais pas seulement…

Pourquoi conseiller un supplément de CoQ10 ?

Pour lutter contre l’excès de radicaux libres

Une déficience en CoQ10 peut aggraver de nombreux problèmes de santé en particulier quand les cellules génèrent beaucoup de radicaux libres, qui causent des dommages oxydatifs à la mitochondrie (et engendrent des dysfonctionnements) et à d’autres éléments importants de la cellule pouvant conduire à des lésions de l’ADN, et parfois provoquer la mort cellulaire.
L’organisme est normalement en mesure de contrer ces radicaux libres, mais quand les antioxydants sont indisponibles ou la production de radicaux libres excessive, les méfaits des dommages oxydatifs surviennent.

Pour contrer les maladies cardiovasculaires

L’augmentation du stress oxydatif engendre un dysfonctionnement endothélial et diminue la production d’oxyde nitrique (monoxyde d’azote). Le CoQ10, en diminuant le stress oxydatif, améliore donc la dilatation des vaisseaux et peut être conseillé à tous vos clients souffrant d’hypertension artérielle. Dans ce cas, conseillez 2 à 3 mois de cure.

Des études ont également démontré son rôle bénéfique en cas : d’angine de poitrine, de suite d’infarctus, de cardiomyopathies, d’insuffisance cardiaque congestive (la prise régulière divise par 2 le nombre de décès à raison de 300 mg par jour).

En complément d’un traitement anti-cholestérol

La prise de levure de riz rouge, d’huile de son de riz ou encore de statines allopathiques, diminue non seulement la synthèse endogène de cholestérol en inhibant une enzyme, la HmGCoA réductase, mais également la production de CoQ10. Une supplémentation est donc nécessaire en cas de traitement hypocholestérolémiant.

En supplément des antidiabétiques oraux

La prise de CoQ10 améliore la gestion de la glycémie et de l’hémoglobine glyquée (HbA1c) et prévient les dommages oxydatifs engendrés par la maladie.
En adjuvant des médicaments contre Parkinson et Alzheimer
Des taux bas de CoQ10 sont rencontrés chez les personnes atteintes d’Alzheimer. La supplémentation permet de remonter les taux effondrés et de protéger le cerveau contre le stress oxydatif. De plus, comme il augmente l’énergie mitochondriale et diminue le stress oxydatif au niveau des neurones, il est le complément idéal en cas de Parkinson pour réduire le déclin de la fonction motrice.

 

Pour soulager certains maux de tête

Une des pistes pouvant expliquer les migraines est une altération du métabolisme énergétique au sein même des mitochondries et les chercheurs ont remarqué que les enfants et les adolescents souffrant de migraines avaient des taux de CoQ10 plus bas que la normale. En donnant 1 à 3 mg par kilo par jour, une étude réalisée sur 1550 patients âgés de 3 à 22 ans montre une diminution de la fréquence et de l’intensité des crises. 1

Une étude portant sur 42 patients migraineux a démontré également qu’une supplémentation en CoQ10 était supérieure au placebo pour réduire la fréquence des crises et leur durée, avec une parfaite tolérance2 .
Ainsi, le CoQ10 permettrait de stimuler l’énergie cérébrale, à raison de 100 à 200 mg par jour, pris en préventif.

Afin d’augmenter la puissance musculaire

D’après une étude 3 réalisée sur 100 athlètes allemands, la prise journalière de 300 mg de CoQ10 pendant 6 semaines, lors de leur préparation aux jeux olympiques de Londres en 2012, a amélioré la performance physique (plus particulièrement la puissance musculaire) et la production d’énergie. Diverses études avaient déjà démontré qu’il permet de réduire la fatigue lors de sports intensifs ou d’épreuves d’effort.

Réduire la fréquence des réveils nocturnes

Chez les personnes atteintes de fatigue chronique (encéphalomyélite myalgique) se manifestant par une fatigue de longue durée, une lassitude, un malaise généralisé sans qu’aucune cause apparente n’y soit reliée, la prise de CoQ10, à raison de 150 mg par jour a permis, après 3 mois, une diminution de la fréquence des réveils nocturnes et donc une qualité du sommeil renforcée.

Améliorer la qualité des spermatozoïdes

Selon une étude 4 , la prise de 200 mg de CQ10 par jour pendant 3 mois est associée à une réduction des niveaux de stress oxydatif dans le liquide séminal, une amélioration de la qualité des spermatozoïdes et à une augmentation de l’activité des enzymes antioxydantes.

 

Ubiquinol Vs Ubiquinone

Longtemps, n’a été disponible sur le marché que la forme Ubiquinone, avec laquelle de multiples études scientifiques et cliniques ont été réalisées. L’ubiquinone sous forme huileuse possède une meilleure biodisponibilité que les formes sèches en poudre et a toujours été préférable. Plusieurs laboratoires proposent d’ailleurs cette forme huileuse en plusieurs dosages.
Quand l’organisme absorbe l’ubiquinone, il convertit cette forme en ubiquinol.

L’ubiquinol est donc la forme réduite « active » de CoQ10. Dans le plasma sanguin, plus de 90 % du CoQ10 existe sous cette forme réduite.

Toutefois, la composante commune du vieillissement général de l’organisme est sa moindre capacité dans le temps à synthétiser de multiples composants dont des enzymes qui permettent cette conversion d’ubiquinone en ubiquinol. De plus, certaines pathologies, comme le diabète, affectent également sa capacité à convertir l’ubiquinone.

 

Par conséquent, l’Ubiquinol est une forme de CoQ10 qui permet d’augmenter directrement les concentrations plasmatiques de Q10 sous sa forme réduite. En effet, comme l’Ubiquinol est déjà une forme réduite, l’organisme n’a pas besoin de modifier ce nutriment. Ainsi, dès qu’il est avalé, l’Ubiquinol est prêt à entrer dans le processus de respiration cellulaire et de production énergétique, contrairement au CoQ10 traditionnel, sous forme Ubiquinone, qui nécessite une réduction enzymatique initiale.

L’Ubiquinol est toutefois une forme très instable, et jusqu’à présent il était difficile de le maintenir sous cette forme réduite dans les compléments alimentaires puisque s’il est exposé à l’air, il retourne vite sous sa forme oxydée. Toutes les précautions sont donc prises lors de la fabrication afin de garantir l’absence d’oxygène. La capsule est parfaitement hermétique à l’air et permet une ingestion sans contact avec l’oxygène. Cette technologie mise au point pour protéger l’Ubiquinol de l’oxydation fait l’objet d’un brevet.

Dans une étude réalisée sur des souris spécifiques qui vieillissent naturellement prématurément, les chercheurs ont évalué les différences entre les deux formes de CoQ10 (ubiquinone et ubiquinol). Un groupe a reçu un placebo, un deuxième une supplémentation en ubiquinone et un dernier de l’ubiquinol.

Dix mois plus tard, il y avait une différence marquée entre les groupes. Le groupe placebo avait des signes de vieillissement importants avec des malformations de la colonne vertébrale et des poils décolorés. Les deux autres groupes ayant reçu du CoQ10, quel que soit sa forme, ont ralenti le processus de vieillissement biologique, avec une supériorité pour le groupe ubiquinol 5.

La supplémentation en CoQ10 permet donc de retarder le phénomène de senescence cellulaire.

Votre conseil : Pour une meilleure assimilation, conseillez les capsules huileuses lors d’un repas apportant des lipides et ne recommandez pas de suppléments à base de fibres en même temps.

Sous sa forme ubiquinone ou ubiquinol, de nombreuses études ont démontré sa sûreté d’utilisation et son absence d’effets secondaires importants.
 

Angélique Houlbert
Nutritionniste
 

1) Hershey AD1, Powers SW, Vockell AL, Lecates SL, Ellinor PL, Segers A, Burdine D, Manning P, Kabbouche MA. Coenzyme Q10 deficiency and response to supplementation in pediatric and adolescent migraine. Headache. 2007 Jan;47(1):73-80.

2) Sándor PS1, Di Clemente L, Coppola G, Saenger U, Fumal A, Magis D, Seidel L, Agosti RM, Schoenen J. Efficacy of coenzyme Q10 in migraine prophylaxis : a randomized controlled trial. Neurology. 2005 Feb 22;64(4):713-5.

3) Alf D, Schmidt ME, Siebrecht SC. Ubiquinol supplementation enhances peak power production in trained athletes : a double-blind, placebo controlled study. J Int Soc Sports Nutr. 2013 Apr 29;10(1):24

4) Nadjarzadeh A, Shidfar F, Amirjannati N, Vafa MR, Motevalian SA, Gohari MR, Nazeri Kakhki SA, Akhondi MM, Sadeghi MR. Effect of Coenzyme Q10 supplementation on antioxidant enzymes activity and oxidative stress of seminal plasma : a double-blind randomised clinical trial. Andrologia. 2013 Jan 7. doi : 10.1111/and.12062

5) Yan J. et al., Reduced coenzyme Q10 supplementation decelerates senescence in SAMP1 mice, Exp. Gerontol., 2006 Feb, 41(2) : 130-40.