NUMERO : Juil-Aout 2012

Zoom sur la vigne rouge, ses feuilles et ses pépins

Vitis vinifera, de la famille des vitacées, ne se présente plus… Cette plante très anciennement connue et des plus utiles à l’homme, comprend une infinité d’espèces très répandues dans nos régions. En phytothérapie, on utilise un ensemble de cultivars à fruits noirs et pulpe cramoisie dont le feuillage prend en automne une belle teinte rouge. Les feuilles de la vigne sont donc récoltées en cette saison quand elles sont bien rouges et donc suffisamment riches en anthocyanosides, responsables de leurs colorations et de leurs propriétés veinotoniques. Les extraits de pépins proviennent quant à eux du pressage des grains de raisins et ils constituent en quelque sorte les « résidus » de ce pressage viticole ; même si ces « déchets » regorgent de substances angioprotectrices…

Quelles sont les substances actives ?

● La feuille de vigne rouge renferme des polyphénols, dont l’acide chlorogénique, des flavonoïdes (kaempférol, quercétine, rutine), des tanins hydrolysables et des tanins condensés. Les anthocyanosides représentent jusqu’à 0.3 % de la feuille sèche. La feuille contient aussi des acides organiques et un peu de vitamine C.
● Les pépins de raisins sont riches en OPC (oligo-proanthocyanidines) comme les extraits de pin maritime. Ce sont de puissants antioxydants aussi bien dans les milieux lipidiques que dans les milieux aqueux.

Pourquoi les conseiller ?

Contre l’insuffisance veineuse chronique
Faciliter le retour veineux, retrouver des jambes légères et lutter contre la progression de la maladie, telles sont les principales indications des extraits de feuilles et d’OPC. Les anthocyanosides ont fait l’objet de nombreux travaux qui confirment leur activité dans les troubles dus à l’insuffisance veineuse. Ce sont eux qui sont responsables de l’action veinotonique. Des plus petits désagréments comme les jambes lourdes ou enflées dès les premières chaleurs accompagnés d’oedèmes, jusqu’aux microangiopathies qui touchent les petits vaisseaux sanguins des diabétiques, en passant par les varices et les hémorroïdes, la prise d’extraits de feuilles ou de pépins issus de la vigne rouge va permettre :
● de soulager les symptômes désagréables bien connus des femmes qui ont les jambes lourdes et des impatiences au moment du coucher avec ce sentiment d’inconfort localisé et surtout un besoin irrépressible de bouger les jambes (impatiences),
● et selon certains essais de ralentir la progression des rétinopathies diabétiques. Vous pouvez conseiller ces extraits de feuilles et d’OPC, seuls ou en association avec d’autres plantes : marronnier d’inde, Centella asiatica, pin maritime, fragon, hamamélis.

Les conseils BIOlinéaires :
Pensez à recommander ces extraits avant de longs vols (plus de 8 heures) en avion pour prévenir la stase veineuse et donc les possibles thromboses et les oedèmes. Dans ce cas, faites commencer la prise au moins une semaine à l’avance

Contre la fragilité capillaire cutanée
Certains de vos clients peuvent se plaindre d’avoir «souvent des bleus » ou de la couperose. Ces petites ecchymoses ou ces pétéchies (petites tâches rouges sur la peau) sont la conséquence d’une fragilité des capillaires sanguins. La prise d’extraits de feuilles ou d’OPC sur le long terme, c’est-à-dire au moins pendant 3 mois, va permettre de renforcer les parois des petits vaisseaux cutanés.

Contre les éblouissements
Avec le développement du travail sur écran, les gênes oculaires et les sensations désagréables d’éblouissements s’accentuent au fil des années. Pour vos clients pensez à recommander au quotidien 200-300 mg par jour d’extrait de pépins de raisins, en cures de 3 mois de façon régulière ou au moins une semaine par mois tout au long de l’année.
Et aussi…
Les OPC sont également préconisés pour soulager les douleurs et les troubles des règles liés à l’endométriose, et présentent un réel intérêt en cas d’oedème du bras résultant d’un traitement chirurgical ou d’une radiothérapie suite à un cancer du sein.

Comment les conseiller ?

Les compositions peuvent être très variables d’une spécialité à une autre. Ainsi, comme pour tous les autres produits, demandez bien à vos fournisseurs, les dosages de substances actives respectives.
● En infusion : une cuillère à soupe de feuilles sèches dans une tasse d’eau bouillante à laisser infuser une dizaine de minutes. Conseillez 2-4 tasses par jour entre les repas.
● En extraits secs ou standardisés : de 100 à 300 mg d’extraits de pépins de raisin standardisé sà 95 % d’OPC, à recommander au repas.
Précautions d’emploi
Aucune toxicité n’a été signalée à ce jour pour les extraits de feuilles, même en cas d’utilisation prolongée. Toutefois, pour les extraits d’OPC, il est recommandé de ne pas les conseiller aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants, aux personnes souffrant de pathologies hépatiques graves et à celles et ceux qui prennent des anticoagulants.
En usage externe
On recommande les extraits de feuilles de vigne rouge en usage externe, sous forme de gel ou de crème, en massage le soir sur les jambes ou directement sur les hémorroïdes apparentes. Certaines spécialités peuvent aussi être conseillées en cas de gêne oculaire ou d’irritation des yeux.