3/4 des épiceries solidaires ANDES proposent des produits bio

Partagez cet article

Les lauréats du plan de relance pour le développement d’une alimentation locale et solidaire ont été dévoilés. Parmi eux, le réseau des épiceries solidaires ANDES (Association Nationale de Développement des Épiceries Solidaires), a été choisi pour développer massivement le nombre d’épiceries solidaires en France. L’objectif est ainsi de lutter contre la précarité alimentaire tout en favorisant l’accès aux produits frais et de qualité pour les populations isolées ou modestes.

Deux chiffres disent tout : avant la crise sanitaire de la Covid-19, l’aide alimentaire concernait 5,5 millions de bénéficiaires ; aujourd’hui, environ 10 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France et sont concernés par la précarité alimentaire. Cette crise sanitaire, devenue crise économique et sociale, affecte durablement les ménages déjà fragiles et de nouvelles catégories de population peu habituées à l’aide alimentaire : étudiants, travailleurs indépendants, familles monoparentales, familles modestes touchées par le chômage partiel…

Objectif : 720 épiceries solidaires

Les épiceries solidaires constituent alors une réponse concrète à ces nouveaux besoins, en permettant à la fois un accès digne et non stigmatisant à une alimentation de qualité et durable, un accompagnement personnalisé et une aide sociale pour surmonter les difficultés.
Pour répondre à la crise sociale et lutter contre la précarité alimentaire, l’ANDES va accompagner la création de 300 nouvelles épiceries solidaires sur tout le territoire. Ces 300 nouveaux lieux viendront s’ajouter aux 420 déjà créées depuis 2000. Les produits proposés se caractérisent par une forte proportion de fruits et légumes, mais aussi des produits bio, locaux, vrac… Ainsi, à date, près des 3/4 des épiceries solidaires ANDES proposent des produits bio, souligne l’association dans un communiqué.

Rappelons-le, les épiceries solidaires sont des petits commerces de proximité dédiés aux personnes fragilisées, qui y font leurs courses pour un prix symbolique, tout en bénéficiant d’un accompagnement social. Ce sont également des lieux d’écoute et d’échange où ont lieu de nombreuses activités créatrices de lien social (cours de cuisine, ateliers zéro déchet, gestion du budget…).

Partagez cet article