NUMERO : N° 68 – Novembre décembre 2016

Acerola et açaï

Deux petites baies riches en vitamines et anthocyanines, pour vaincre les rigueurs de l’hiver et les faiblesses de notre métabolisme inhérentes à cette période de l’année.

L’ACEROLA (Malpighi Glabra)

L’acérola ou cerisier des Barbades est un arbuste toujours vert, originaire d’Amérique du Sud. Il croît aussi aux Caraïbes, aux Antilles. Localement, il est aussi nommé Moureille. L’acérola est essentiellement utilisé pour son fruit d’une richesse exceptionnelle en vitamine. Il est introduit sur le marché international sous forme de gelée déssèchée et réduite en poudre.

Composition

  • vitamines C, B6 (pyridoxine), B1 (thiamine), B2 (riboflavine) et provitamine A.
  • minéraux : fer, calcium, phosphore, potassium, magnésium
  • antioxydants (flavonoides, anthocyanines) en quantité importante pour lutter contre les méfaits des radicaux libres.

Qualités et vertus thérapeutiques

La teneur exceptionnelle en vitamine C lui donne des vertus pour atténuer les fatigues, le stress, combattre la mal-assimilation des minéraux qu’il s’agisse du Calcium des os (décalcification), du fer de l’hémoglobine (anémie, chlorose). Les antioxydants présents en abondance dans le fruit en font un aliment santé de première importance. Par ailleurs, l’acérola est souvent considéré comme un régulateur  du métabolisme des lipides.

États et troubles de santé pouvant en bénéficier

  • fatigue de diverses origines
  • stress
  • déminéralisation
  • anémie
  • reprise de poids après une période d’amaigrissement pathologique
  • état dépressif provoqué par une avitaminose prolongée
  • troubles cardiovasculaires qui relèvent de l’utilisation de la vitamine C.

Utilisations

L’acérola complète à merveille les smoothies à base de fruits frais. Les Indiens de l’Amazone l’utilisent pour soigner divers troubles hépatiques chroniques.

Remarque

Depuis 1950, le fruit de l’acérola a retenu l’attention des scientifiques à propos de la richesse inégalée du fruit en vitamine C.

L’AÇAÏ (Euterpe oleracea mart.)

Baie de couleur pourpre foncé de l’açayer, arbre de 20 m de hauteur des forêts tropicales, reconnu comme étant le palmier le plus productif de l’écosystème amazonien du Brésil où il possède plusieurs noms populaires. En Guyane française, il est appelé “palmier Pinot” ou encore wasseï. Au Surinam, on le nomme manaka, en Colombie murrapo.

Composition

  • anthocyanines (80-150mg/100g de fruits) : Cy-3 glucoside et Cy-3 rutinoside, selon les origines
  • importante source de lipides, oméga 3-6-9, de protéines, de fibres, de minéraux (manganèse, fer, calcium, bore, chrome), de vitamines E, B1, B2, B3, C

Qualités alimentaires et vertus thérapeutiques

  • source importante de colorants naturels (les anthocyanines produisent une large gamme de couleurs : orange, rouge, bleu)
  • anti-inflammatoire, énergisant, astringent et antioxydant (10 fois plus que le raisin rouge)
  • réduit les risques de cancer (détruit jusqu’à 86 % des cellules leucémiques, selon une étude de l’Université de Floride)
  • test ORAC = 16 000 unités/100 g

États et troubles de santé pouvant en bénéficier

  • équilibre cardio-vasculaire
  • fatigue intellectuelle
  • insuffisance immunitaire
  • processus inflammatoire
  • vieillissement, sénescence (ralentit la sénilité)
  • fièvre, hépatite, jaunisse, paludisme
  • anémie
  • douleurs menstruelles
  • fatigue sexuelle

Consommation

  • les fruits sont souvent souillés par des levures, champignons, bactéries : ce qui limite la conservation du jus frais à quelques heures.
  • servi en jus glacé, en crème glacée, sorbet, liqueur, vin.
  • au Brésil, il est surtout consommé en pulpe par les athlètes et les gens actifs.

Conservation

La pasteurisation utilisée pour la conservation fait perdre 30 % des pigments du jus frais, après 30 jours de stockage.

Jean-Claude Rodet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here