NUMERO : N° 68 – Novembre décembre 2016

Actualité cosmétique – Novembre Décembre 2016

Congrès de Berlin

Fin septembre a eu lieu la 8e édition du Naturkosmetik Branchenkongress de Berlin, dont Bio Linéaires est partenaire. Les 110 participants de la 1re édition en 2008 sont devenus environ 240 aujourd’hui, avec toujours malheureusement une absence remarquée de représentants de l’industrie ou de la distribution française, alors que ce congrès est le seul de ce type en Europe et l’Allemagne le 1er marché du continent. La demi-journée précédant le Congrès fut une nouvelle fois consacrée à une visite de magasins – souvent des concepts originaux – où se vit aujourd’hui la cosmétique naturelle dans la capitale allemande. Parmi eux cette année, Belladonna, qui vient de déménager et de s’agrandir, qui fut sans doute en 1984 la première boutique de cosmétique naturelle en Europe.

Dans son intervention inaugurale, l’organisatrice Elfriede Dambacher a confirmé que le marché mondial de la cosmétique naturelle et bio continue à croître d’environ 10 % par an, la vente en ligne croissant actuellement 4 fois plus vite que celle en magasin. La difficulté reste parfois de définir la frontière entre cosmétique naturelle et « inspirée du naturel », cette dernière bénéficiant de marques mondialement connues (ce qui n’est quasiment pas le cas en certifié) et de nouveaux concepts de magasins de vente au détail. En Allemagne, pour la première fois, la croissance marque le pas, avec un marché surtout animé par de petites marques de niche internationales. Parmi les autres interventions de ce Congrès, plusieurs ont illustré des tendances nouvelles préfigurant le marché de demain, notamment pour répondre aux attentes d’une clientèle plus jeune et très exigeante. Parmi celles-ci figure l’envie de produits plus « personnalisés » et qui s’inscrivent mieux dans une « ritualisation » de la beauté au quotidien. L’apport du digital à la cosmétique certifiée fit également l’objet de plusieurs interventions.

Produits de beauté : magasins et Internet sont complémentaires

Au cours du 1er semestre 2016, la Fédération Française de la Parfumerie Sélective (FFPS) a conduit avec l’IFOP, auprès d’un échantillon national représentatif de 1000 individus âgés de 18 ans et plus, la première étude analysant le parcours client. Il en ressort que loin de s’opposer, magasins et Internet sont complémentaires dans le parcours et l’expérience des acheteurs de produits de beauté.

Internet reste l’outil n°1 pour s’informer en amont sur les produits et sur les prix (72 % des femmes, 57 % des hommes et 78 % des moins de 35 ans). Mais seulement 28 % des femmes et 22 % des hommes achètent prioritairement en ligne. 50 % le font car les prix sont intéressants, 44 % pour les opportunités et promotions et 39 % pour la liberté d’acheter à tout moment. Les magasins restent néanmoins également utilisés pour se renseigner à 56 % pour les femmes et 65 % pour les hommes (plusieurs réponses étaient possibles). Et ils restent le premier choix pour acheter pour 68 % des femmes et 76 % des hommes. Outre la possibilité d’y bénéficier de conseils, c’est l’imaginaire autour des produits de beauté (voir, toucher, sentir) qui pousse 71 % des acheteurs à se déplacer en point de vente.

Commentaire de William G Koeberlé, Président de la FFPS : « Avec Internet, les clients qui entrent en magasin disposent pour beaucoup d’une connaissance précise des produits, ils sont donc à la recherche d’autre chose. De la réassurance, de la mise en scène du produit, de conseil autour de produits complémentaires. La personnalisation de l’expérience que peuvent apporter les conseillers/-ères beauté en magasin devient essentielle »

Plus de détails sur cette étude, et notamment sur l’intérêt du « Click & Collect » sur le site de la FFPS : http://www.ffps.fr/communiques-de-presse

CCM Benchmark se penche également sur l’achat en ligne…

En juin 2016, l’institut CCM Benchmark a publié les résultats de deux enquêtes, réalisées l’une auprès de 1 000 femmes, l’autre auprès de 732 hommes, qui complètent utilement celle de la FFPS. Selon cette double étude, 58 % des femmes internautes ont déjà acheté des cosmétiques sur le web, 28 % d’entre elles faisant ces achats sur smartphone. Les premiers produits achetés sont les soins du visage (70 %), suivis du maquillage (65 %), des soins du corps (60 %) et des soins des cheveux (54 %). 43 % des femmes suivent au moins une marque ou une enseigne sur les réseaux sociaux, et 20 % suivent des blogueuses. Si la facilité à naviguer sur les sites, à y passer commande et à y trouver les produits recherchés sont des points forts, les frais de livraison, l’absence d’avantages liés à un programme de fidélité et de conseils d’utilisation sont les points faibles du web. L’étude s’est également penchée sur les cosmétiques bio ou naturels : 80 % des femmes en achètent, 43 % moins souvent que des cosmétiques conventionnels et 37 % plus souvent.

www.ccmbenchmark.com

… et OpinionWay sur les « sources d’inspiration »

En septembre dernier, les données d’une autre étude sur le thème du digital ont été également publiées. Réalisée fin juillet pour les 2 ans de la boutique Amazon Beauté Prestige par OpinionWay auprès d’un échantillon de 1096 femmes âgées de 18 ans et plus, elle a montré que 31 % des femmes privilégient les « inspirations en ligne » (47 % des 18/34 ans) pour leurs gestes beauté ou techniques de maquillage. 16 % s’avouent influencées par les avis en ligne de consommateurs, 10 % par les conseils des blogueuses sur les réseaux sociaux et 5 % par les médias en ligne. Le phénomène est encore plus marqué chez les 18/24 ans qui sont plus inspirées et convaincues par le conseil et la vente en ligne (53 %) et chez les 25/34 ans (41 %). 59 % des 18/34 ans ont recours à des tutoriels beauté en ligne. Si 40 % des femmes restent encore attachées aux conseils en magasin et 25 % à la presse féminine, les données recueillies auprès des 18/34 ans semblent préfigurer l’avenir des usages en matière de beauté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here