NUMERO : N°70 -Mars Avril 2017

Actualité salon – Mars avril 2017

Millésime Bio : fréquentation et internationalisation en hausse

La 24e édition de Millésime Bio qui s’est tenu pour la première fois à Marseille fin janvier et début février dernier a connu selon les organisateurs une augmentation de sa fréquentation et ce plus particulièrement au niveau international. Pour cette édition marseillaise, les objectifs sont donc atteints : avec 4850 acheteurs en 2017 contre 4500 en 2016, le salon confirme ainsi sa place de plateforme internationale de la filière viticole bio.

+ 20 % de visiteurs étrangers

Vue la croissance du marché bio en général, cette édition marseillaise qui s’annonçait sous les meilleurs auspices a été un franc succès avec des visiteurs qualifiés en nombre, confortant la bonne dynamique du salon. Sur les 4 850 acheteurs uniques qui ont répondu à l’appel 72 % étaient français et 28 % étrangers. Outre une hausse de la fréquentation globale (+ 8 %), 2017 aura été marquée par une croissance du visitorat international (+ 20 %) issu d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie.

902 exposants maxi 

Côté exposants, le salon avait choisi de limiter la quantité d’entreprises à 902 afin de favoriser un bon ratio entre le nombre de visiteurs et le nombre d’exposants. 16 pays étaient représentés1 : la France reste majoritaire avec 700 metteurs en marché issus de toutes les régions avec en duo de tête l’Occitanie et PACA2. L’Italie et l’Espagne étaient également bien présents avec respectivement 9,5 % et 7 % des exposants.

Un marché en plein croissance 

Avec un chiffre d’affaires qui ne cesse de progresser en France (670  M € en 2015 soit + 17 % par rapport à 2014) et à l’export (361  M € en 2015 soit + 26 % par rapport à 2014), la filière poursuit sa croissance précise Didier Perréol, le président de l’Agence Bio, lors de sa présentation sur le marché du vin bio.

Comme tous les ans, Millésime bio est le rendez-vous idéal pour faire le point sur la filière viticole bio. De nombreuses conférences sont organisées à la fois à l’amont de la filière (évolution technique viticole, réglementation…) comme à l’aval (’évolution du marché, consommation…)

Il confirme aussi l’intérêt de la RHD qui écoule désormais 15 % des volumes de vins bio en France en 2015 et indique que près d’un restaurateur sur deux propose du vin bio à leur carte (contre près de 2/5 en 2011) avec en moyenne 5 références différentes. Du côté des magasins spécialisés bio, selon le président, plusieurs tendances sont observées : une hausse de la demande du rosé, un bon maintien des rouges , une progression continue des sans sulfites, une progression importante du Bag in Box, un développement du vegan et enfin une progression des demandes pour le vrac (style Bodega).

Point sur la réglementation

Les multiples conférences ont aussi permis de faire un point d’actualité règlementaire sur la révision du règlement Bio. Julien VIAU du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt DGPE (Bureau de la Qualité) indique que les règles de vinification biologiques étant  relativement jeunes ne seront normalement pas remises en cause en raison du Statu quo actuel. Les techniques interdites seront inscrites dans le règlement de base (concentration partielle à froid, élimination soufre par procédé physique, électrodialyse pour la stabilisation tartrique, désalcoolisation partielle du vin, traitement par échanges de cations pour la stabilisation tartrique du vin). Les techniques limitées pourront être modifiées par la suite (traitements thermiques, résines échanges ions pour MCR et osmose inverse sur moût). Enfin, concernant les intrants œnologiques le statu quo semble aussi d’actualité.

1) Afrique du Sud (1), Allemagne (7), Argentine (4), Australie (1), Autriche (20), Bulgarie (3), Chili (3), Espagne (63), Etats-Unis (1), France (700), Grèce (1), Italie (85), Nouvelle Zélande (1), Portugal (9), Slovénie (2), Suisse (1).

2)  Occitanie : 280 – PACA : 214

Salon Levée de la Loire et salon International des vins Demeter : la tendance s’amplifie à Angers !

Succès confirmé et amplifié pour les deux salons à Angers, début février dernier. Cette 6ème édition pour la Levée de la Loire, et 2e sous le format de la synergie avec le salon International des vins Demeter a réuni davantage d’exposants et a vu sa fréquentation en hausse. Les vins bio et dynamiques renversent la tendance et s’ancrent résolument dans le paysage angevin.

Plus de 3000 visiteurs en 2 jours

Alors que le parc expo ouvrait ses portes dès le dimanche pour le Salon des vins de Loire, les deux salons bio ont souhaité se concentrer sur les seules journées de lundi et de mardi. Les chiffres de fréquentation (plus de 3000 visiteurs en 2 jours, soit une légère hausse par rapport à 2016 sur 3 jours), confirment que ce format répond aux attentes.

235 exposants de Loire, de France et de pays étrangers

La Levée de la Loire a réuni 164 exposants : 136 vignerons, distributeurs et négociants du Val de Loire et 28 « amis » (vignerons bio d’autres régions de France). Auxquels s’ajoutent les 71 vignerons certifiés Demeter issus de nombreuses autres appellations de France et de l’étranger. Tous ont été logés à la même enseigne : une simple table recouverte d’une nappe blanche, l’essentiel étant focalisé sur la dégustation et la rencontre avec le vigneron.

Une organisation rôdée

Les 2 salons sont organisés de A à Z par un comité de pilotage bénévole (composé de vignerons) animé par Sébastien Bonduau, salarié de la CAB (coordination agrobiologique de la Loire), et avec le soutien du service communication de Demeter France. Le livret de dégustation commun proposant plusieurs index a été conçu comme un annuaire, un outil pratique, que l’on peut garder et ré-utiliser. Les deux salons se sont également partagés leur propre service de verres, et une offre de restauration bio très appréciée des visiteurs. 

Rendez-vous donc en 2018 les 5 et 6 février !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here