Charles Kloboukoff : « se déshériter de son vivant est une démarche profonde… »

Partagez cet article

Après sept années de réflexion, le président-fondateur et actionnaire majoritaire de Compagnie Léa Nature, Charles Kloboukoff, a décidé en accord avec sa famille, de transmettre progressivement le contrôle du capital à un fonds de dotation d’intérêt général créé pour l’occasion : F.I.C.U.S Fondaction, un acronyme pour « Fonds de soutien aux Initiatives Citoyennes Utopiques et Solidaires ».

Cette initiative s’inscrit dans le mouvement encore timide en France des fondations actionnaires, souligne un communiqué de la Compagnie Léa Nature publié le 12 octobre. Le principe est de transmettre, le plus souvent par un don d’une personne physique, les actions d’une entreprise à une fondation ou à un fonds de dotation et de financer des actions d’intérêt général grâce aux dividendes. La création d’un fonds de dotation actionnaire répond à une volonté de son dirigeant de :
– garantir l’indépendance capitalistique et la pérennité du groupe,
– maintenir son ancrage territorial et rendre impossible sa délocalisation,
– préserver les valeurs historiques de l’entreprise et de son fondateur,
– pérenniser la mission de l’entreprise et les engagements édictés à travers une charte d’engagements dont F.I.C.U.S est garant. 

Au terme de la donation progressive des titres, qui s’achèvera au plus tard à la disparition du président-fondateur-actionnaire Charles Kloboukoff (par le biais d’un acte notarié), F.I.C.U.S Fondaction deviendra l’actionnaire majoritaire du groupe. Il détient aujourd’hui 6,3 % des actions de Compagnie Léa Nature. 

« Dans la vie que toute richesse ne vaut que si elle est partagée », Charles Kloboukoff

Charles Kloboukoff, président-fondateur et actionnaire majoritaire de Compagnie Léa Nature.

« J’ai entrepris par volonté d’indépendance, de liberté d’actions et d’initiatives, dans le but de concilier économie et écologie autour des deux piliers : la Nature et la Santé. Après la réussite des 20 premières années de l’entreprise, nous avons engagé une réflexion familiale autour de « l’entreprise du bien commun », de son futur, et de sa transmission et succession. Avec mon épouse Catherine, nous ne voulions pas que nos enfants soient nantis avant d’avoir tracé leur propre chemin. J’ai découvert dans la vie que toute richesse ne vaut que si elle est partagée. Sécuriser l’esprit initial de la mission de l’entreprise, de ses engagements, son ancrage territorial et sa pérennité en confiant indirectement via une holding le contrôle majoritaire à une organisation philanthropique, sur la base d’une charte « de bonne conduite », est devenu au fil du temps une évidence pour la famille. Se déshériter de son vivant est une démarche profonde, d’abord déstabilisante puis enthousiasmante », témoigne Charles Kloboukoff, qui indique avoir « découvert à travers les expériences menées depuis des décennies en Suisse, au Danemark, en Allemagne, que nous ne sommes pas les seuls à croire qu’un partage plus juste et citoyen de la valeur est possible ». 

Ce qu’il faut savoir

La loi française empêchant les organismes d’intérêt général d’intervenir directement dans la gestion des entreprises, F.I.C.U.S Fondaction déléguera la supervision de la gestion de Compagnie Léa Nature à la holding familiale CK Invest (qui détient 63 % de Compagnie Léa Nature) qui sera dotée à terme d’un conseil de surveillance économique. F.I.C.U.S Fondaction se concentrera donc sur sa mission d’intérêt général. 

F.I.C.U.S Fondaction tout comme les deux fondations d’entreprises agissent pour l’intérêt général 

Contrairement à la Fondation d’entreprise Léa Nature/Jardin Bio, sous égide de la Fondation de France ou la Fondation Ekibio (qui sont des entités distinctes), qui œuvrent à la protection de la Nature, F.I.C.U.S Fondaction est libre d’intervenir dans tous les domaines tant que ceux-ci relèvent de l’intérêt général. Son nom F.I.C.U.S « Fonds de soutien aux Initiatives Citoyennes Utopiques et Solidaires » est toutefois né d’une volonté de soutenir les alternatives et les expérimentations citoyennes qui cherchent à réinventer certains modèles dont nos sociétés dépendent.
Pour cela, un comité philanthropique limité à 15 membres, est en cours de constitution. Il a été proposé aux salariés de Compagnie Léa Nature d’y participer sur la base du volontariat, pour décider de manière collective des initiatives à soutenir et des méthodes à mettre en œuvre pour identifier les besoins. Emma Kloboukoff, l’une des filles de Charles et Catherine Kloboukoff, assure la présidence du conseil d’administration de F.I.C.U.S Fondaction. Son rôle est d’administrer le fonds et d’animer les comités philanthropiques.

Village de PME bio, familiales et indépendantes, Compagnie Léa Nature emploie 1 900 personnes et a réalisé 490 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020. Elle compte 37 marques bio ou naturelles dans quatre activités (alimentation-diététique, santé, hygiène-beauté-maquillage-aromathérapie et hygiène dentaire, soins de la maison).

Partagez cet article