NUMERO : Septembre – Octobre 2014

Compléments alimentaires : Adapter vos conseils en fonction des clients


Il n’existe pas une seule façon de soulager les petits maux quotidiens de vos clients mais de multiples solutions adaptées à chaque personne selon son âge, son gabarit, son état de faiblesse ou professionnelle… Ainsi donc, pas « un problème » à résoudre mais une personne à soulager. Une démarche holistique que vous devez effectuer en très peu de temps…

 

La première impression

La personne que vous avez devant vous est déjà une importante source d’indices qui vont vous permettre d’affiner surtout le dosage et/ou le nombre de prises :

  • Son âge (approximatif) : les maux ne sont pas les mêmes à chaque âge de la vie et s’ils sont identiques, il faut moins de temps à un organisme jeune pour retrouver son équilibre qu’à un corps qui travaille au ralenti. Cette notion est utile dans la durée du conseil : de quelques jours à plusieurs mois.
  • Son gabarit (poids, taille, corpulence) : on ne conseille pas le une femme de 48 kg et à un homme de 95 kg ! N’hésitez pas à adapter selon la morphologie : ½ prise pour les plus minces, 1 prise normale ou le double pour les plus « charpentés ».
  • Son niveau de vitalité : plus la personne est faible et plus les dosages doivent être adaptés et revus à la baisse, en particulier chez les hypersensibles.
  •  

Vous savez aussi si c’est une personne :

  • Habituée du magasin : vous lui avez certainement donné des conseils pour rééquilibrer son bol alimentaire. Vous pourrez affiner en fonction de son besoin du moment.
  • Qui vient pour la première fois : peut-être faudra t-il revoir quelques notions essentielles alimentaires en parallèle de votre conseil. Dans tous les cas, jetez un coup d’oeil sur son panier et si besoin, demandez- lui ce qu’elle mange au petit déjeuner car ce premier repas est bien souvent très représentatif des habitudes alimentaires globales.

 

Posez-lui des questions générales

Même si votre client vient pour un besoin particulier, il faut lui poser d’autres questions afin de mieux le cerner et obtenir les grandes lignes de ses habitudes de vie :

  • Faites-vous une cure de probiotiques à chaque changement de saison ?
  • Prenez-vous des compléments « multi-vitamines et minéraux » régulièrement ?
  • Êtes-vous constipé, de la diarrhée, une alternance ? Des ballonnements ? La réponse peut vous orienter vers des sensibilités (gluten, lactose, protéines laitières). Dans ce cas : revoyez le bol alimentaire et conseillez des probiotiques et de la L-glutamine afin de limiter la porosité intestinale.
  • Avez-vous bon moral en ce moment et dormez-vous bien ?
  • Avez-vous un traitement allopathique spécifique (anticoagulants, antidépresseurs…) afin de ne pas faire un « double-emploi » ou un effet antagoniste.

 

Quand conseiller les compléments ?

  • Avant les repas : probiotiques, acides aminés, fibres solubles pour avoir le pouvoir satiétogène,
  • Après les repas : compléments « sommeil » après le diner (mélatonine), certains à visée digestive (Elixirs digestifs).
  • Pendant les repas : Globalement l’ensemble des CA à base de vitamines et minéraux est à prendre pendant les repas, afin de se mélanger au bol alimentaire et ainsi remplir pleinement leurs rôles de « compléments » à l’alimentation. Attention aux fibres solubles qui ont tendance à emprisonner certains minéraux (zinc). Les vitamines liposolubles et les caroténoïdes sont à prendre avec un repas apportant des lipides pour une meilleure biodisponibilité. Dans tous les cas, essayez de ne pas proposer un seul supplément à haute dose mais plutôt deux (ou plus) en plus faibles dosages ou prises car ils agiront en synergie et sur de multiples fonctions organiques.
  •  

     

     

Un exemple

Mme X vous dit « j’ai du mal à dormir ». Ne pensez pas seulement « plantes ou substances somnifères » mais de façon holistique : « Avez-vous du mal à vous endormir, à vous rendormir la nuit ou êtes-vous réveillée très tôt ? ».

Si elle se réveille la nuit, le diner est peut-être trop gras et ainsi, en plus d’une plante qui induit le sommeil (ce qu’elle est venue chercher), expliquez-lui que sa digestion est certainement mauvaise et proposez une cure de plantes à visée hépatique en plu

 

Angélique Houlbert
Nutritionniste