NUMERO : N°96-juillet-août 2021

CONFIT DE PROVENCE : La tradition au service de l’innovation

Partagez cet article

Confit de Provence offre entre autres des gammes allégées 65 % et 100 % issues de fruits qui répondent aux attentes des consommateurs attentifs à leur équilibre alimentaire.

Sous le soleil de Provence

C’est en 1981 que Dominique Lepoutre fonde Confit de Provence avec un ami. Doté d’un esprit créatif et entrepreneur, il souhaite valoriser les ressources agricoles locales et se lance dans la confection de pâtes à tartiner à base d’amandes et de miel. Dans le but de développer des produits toujours plus sains et gourmands, il se tourne ensuite vers les fruits de la région, abricots, figues, melons, pastèques… qu’il cuisine avec peu ou pas de sucre ajouté. C’est la naissance des confitures allégées Confit de Provence.
Dans cette quête du « mieux manger », il s’oriente naturellement vers l’agriculture biologique et fait certifier sa production en 1994. Peu de temps après, son fils Pascal prend les rênes de l’entreprise et lui insuffle un nouveau dynamisme commercial. Aujourd’hui, Confit de Provence est une PME de 26 salariés passionnés, dont la marque éponyme est réservée exclusivement au réseau spécialisé bio.

Recettes authentiques et sourcing maîtrisé

27 références de confiture « extra » et 14 allégées sont disponibles sous la marque Confit de Provence. Depuis 34 ans, c’est Laurent, le maître confiturier « maison », pâtissier de métier et surtout intransigeant sur les questions de goût, qui réalise toutes les recettes.
La confiture est un produit « authentique » par définition. Celle de Confit de Provence ne déroge pas à la règle, sa composition étant identique au « fait maison » : des fruits, du sucre, de la pectine (et encore, pas toujours !), et c’est tout. Pour élaborer ses confitures, Confit de Provence fait le choix de fruits français dès que cela est possible, d’abord parce que « nos emplettes sont nos emplois » et ensuite parce qu’elle n’oublie pas que la vocation première de l’entreprise était de valoriser les ressources alimentaires locales. Si la France, et la Provence en particulier, ont un climat relativement propice à la culture fruitière, il est malheureusement plus compliqué de s’approvisionner en fruits bio français. En effet, la demande est si importante et mieux valorisée en fruits de bouche qu’il en reste peu pour la transformation. Confit de Provence fait alors appel à des coopératives historiquement partenaires pour s’approvisionner dans d’autres bassins de production, avec un cahier des charges très rigoureux : récolte en saison, pas de culture sous serre, pas de transport en avion…

Certains fruits sont issus de terroirs prestigieux, comme la mirabelle de Lorraine.

Afin de garantir une traçabilité optimale et une qualité constante, Confit de Provence privilégie toujours les mêmes fournisseurs pour ses fruits : marron d’Ardèche, mirabelle de Lorraine, figue de Provence, clémentine de Corse…

Le secret de la qualité : des fruits, du sucre et des recettes traditionnelles.

Confit de Provence entretient des partenariats de longue date avec ses fournisseurs, en général des coopératives, pour certaines depuis plusieurs dizaines d’années. C’est notamment le cas de la coopérative de figues de Solliès (Var), située à moins d’une heure de la confiturerie. Cette coopérative de petits producteurs récolte la « Rolls » des figues, l’AOP Violette de Solliès, un pur délice. Si la mention IGP ou AOP ne figure pas sur les étiquettes, c’est que les produits transformés n’ont pas toujours droit à cet affichage. La mention IGP ou AOP, gage d’un savoir-faire régional, garantit néanmoins des caractéristiques constantes et un plus grand soin apporté aux cultures.

Toutes les confitures de la gamme traditionnelles sont des confitures « extra ». Pour pouvoir prétendre à cette mention, il faut qu’elles aient une concentration minimum en sucre dans le produit fini (55 degrés brix) et une teneur minimum en fruits de 45 g pour 100 g. Celles de Confit de Provence en contiennent en moyenne 55 g. Elles sont élaborées selon des recettes traditionnelles, cuites au chaudron et fabriquées en petits lots pour une cuisson homogène et une meilleure qualité gustative. Recettes et méthodes traditionnelles certes, mais une fabrication conforme aux exigences actuelles, encadrée par la norme ISO 22000 (management de la sécurité des denrées alimentaires).

Une offre complète et différenciante

La largeur de gamme et l’originalité des recettes permettent une offre différenciante.

Pour les consommateurs, de plus en plus nombreux, qui recherchent des produits moins sucrés, la marque propose depuis toujours des recettes allégées, issues de fruits à 65 % et même 100 %. La gamme 100 % issue de fruits affiche 30 % de calories en moins qu’une confiture extra et un indice glycémique plus bas. Elle est adaptée à l’alimentation des personnes qui suivent un régime hypoglycémique.

La gamme des confitures « classiques » Confit de Provence est complète et compétitive. Les parfums préférés des consommateurs, les fameux « 20/80 », pèsent lourd dans le rayon. Le trio de tête est constitué de la fraise, de l’abricot et de l’orange. Mais la marque sait aussi se réinventer et innover, permettant ainsi au réseau bio de garder une offre originale et une valeur ajoutée vis-à-vis de la GMS.

Parmi les dernières créations de la marque, on retrouve, dans la gamme 100 % issue de fruits (le sucre y est remplacé par du jus de raisin concentré), des confitures allégées à la grenade, à l’acérola, au sureau, à l’argousier ou au tamarin… Mais aussi des mélanges avec une touche d’originalité, comme l’Orange/Clémentine/Cannelle ou encore « Fruits rouges façon grenadine », distinguée par le prix « Meilleur Produit Bio » 2021, décerné par un jury de consommateurs.

L’éco-responsabilité tous azimuts

Quand les produits sont directement inspirés par la tradition et les ingrédients 100 % bio, on porte inévitablement une grande attention à l’impact environnemental de la production. Les emballages des confitures ont été entièrement repensés en 2020 afin d’inciter les consommateurs à les réutiliser. Le pot des gammes allégées est désormais plus haut et plus élégant, parfait pour conserver ses achats de produits en vrac. Un gros travail a également été mené sur les étiquettes qui sont maintenant facilement décollables à l’eau chaude. Cela paraît simple, mais elles doivent résister à la chaleur et à la condensation du frigo durant les 3 ans de DLUO du produit.

Confit de Provence a fait installer 1 300 m2 de panneaux photovoltaïques permettant de couvrir plus de 50 % de sa consommation électrique annuelle. En production, une chaudière à récupération réinjecte les calories issues des cuissons dans le circuit d’eau chaude sanitaire. Bien sûr, l’entreprise trie, recycle et valorise tous ses déchets. Le papier, le carton et le verre bénéficient d’un recyclage classique.

L’eau de lavage des marmites, chargée de résidus de confiture, est traitée biologiquement dans une station d’épuration privée à l’aide de plantes dépolluantes. Ainsi nettoyée, l’eau peut s’écouler sans risque dans le milieu naturel. Enfin, les « boues » formées par les résidus de fruits sont récupérées par des agriculteurs, car elles constituent un amendement intéressant pour leurs cultures.

Pascal Lepoutre, directeur général, poursuit la belle aventure initiée par son père Dominique.

La souplesse d’une PME familiale

Confit de Provence a su, au fil des ans, gagner le cœur des consommateurs et remporter une belle part de marché. Cette omniprésence renvoie souvent d’elle l’image d’une structure importante, alors qu’avec tout juste 26 salariés, le confiturier reste une petite PME. Une petite taille qui permet une grande proximité entre les salariés, employés, cadres et la direction. Les relations sont simples, non formalisées.

S’ajoute à ce climat agréable une politique salariale favorable qui explique le faible turnover au sein de l’entreprise.
Tout est fait pour générer un véritable engagement au travail, une plus grande efficacité et réactivité, dont bénéficient, en bout de chaîne, les distributeurs et les consommateurs.

En 2021, alors que son fondateur vient de nous quitter, Confit de Provence souffle ses 40 bougies, prête à poursuivre son œuvre, fidèle à son idéal : proposer des produits bons, simples et sains, à travers des partenariats vertueux avec ses distributeurs.

Partagez cet article