Disparition de Maurice Lescastreyres, fondateur de Prosain

Maurice Lescastreyres, fondateur de Prosain et pionnier de la bio, s’est éteint à l’âge de 92 ans. Retour sur l’engagement d’un militant qui contribua au développement des produits biologiques en France et au changement de notre système alimentaire.

Maurice Lescastreyres lors de l’assemblée générale de l’Unia MLB (Union nationale interprofessionnelle de l’agroécologie, Méthode Lemaire-Boucher) en 1985. Photo Agriculture et Vie.

Durant plus de 30 années d’engagement et profondes convictions, Maurice Lescastreyres a contribué significativement d’abord à la création, puis au développement de la SICA CEPAD, qui allait devenir Prosain en 2004.

Mais ce pionnier du bio a également été l’un des acteurs du développement de la bio au sens large, à son organisation et à la rédaction des premiers cahiers des charges, en tant que président de l’ABF (Comité interprofessionnel de l’agriculture biologique française). Créé dans les années 80, ce comité rassemblait à la fois producteurs, transformateurs et fabricants de produits biologiques et comptait pour adhérent le Synabio.

Un grand Homme”

Brooks Wallin et Maurice Lescastreyres lors des 50 ans de Prosain, en octobre 2017. Photo Bio Linéaires.

De Maurice Lescastreyres, Brooks Wallin, président de Prosain, loue ”la qualité et la justesse de sa vision” mais aussi “sa détermination à faire bouger les lignes”. Geneviève Giacone, directrice du site Prosain à Bages (Pyrénées-Orientales), rappelle que “même à l’âge de 92 ans, Maurice n’avait rien perdu de sa passion pour le bien manger, ni pour Prosain qu’il visitait régulièrement. À la retraite, il continuait de préparer des sauces et des confitures dans son mini laboratoire chez lui à Banyuls. Un grand Homme…”.

En octobre 2018, l’entreprise célébrait ses 50 ans sur son site de Bages, l’occasion de revenir sur une histoire unique et exceptionnelle, dans le domaine de la Bio. Comme le rapportait Bio Linéaires dans ses colonnes*, Maurice Lescastreyres y soulignait les valeurs d’unebio qui milite pour un véritable engagement pour la santé de nos concitoyens, celle de notre planète et le respect des produits agricoles”.

* Cf. Bio Linéaires n°80.

2 Commentaires

  1. je viens de lire votre article en suite de la disparition de Maurice Lescastreyre
    Faut-il rappeler que les débuts de la Bio n’ont pas été faciles et que seuls une poignée de transformateurs y croyaient en ce début de décennie 1970….
    et très certainement cela était également vrai des agriculteurs. Pour ma part c’est le groupe Lemaire, alors que je venais d’arriver à la tête de Favrichon qui m’aura permis de découvrir des motivations santé et société qui étaient facilement en phase avec le mouvement des magasins de diététique.
    Aujourd’hui parmi les transformateurs nous sommes peu nombreux à avoir connu cette époque dont J.F. Lemaire a, en quelque sorte, été le porte-parole
    Aujourd’hui beaucoup se sont engouffré dans cette voie et je souhaite que nos successeurs n’oublient pas la finalité des activités économiques qui au premier chef doivent se préoccuper de l’homme avant les seuls résultats économiques
    Patrick de LONGEAUX

  2. Bien triste nouvelle, d’une autre génération mais j’ai eu l’occasion d’apprécier les valeurs humaines de Maurice Lescastreyres au sein du Comité ABF aux côtés de Jean Francois Lemaire et Pierre Bouvier de Vitagermine, des pionniers qui ont donné à l’agriculture biologique tout son prolongement économique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here