NUMERO : Mai – Juin 2015

Dossier : Pourquoi produire et manger bio ? Enquête consommateur : Conclusion


En conclusion, nous pouvons dire que le consommateur de réseau spécialisé perçoit la qualité des produits alimentaires bio grâce à ses cinq sens mais pas que.

 

Certains sens prennent une importance teintée de réflexion et de conditionnement voir de formation.

Par exemple, l’aspect dont le consommateur sait que le produit bio ne doit pas être visuellement parfait et doit être authentique loin des calibrages et aspects lisses de la grande distribution classique. Le goût devient également un critère majeur de la sélection d’un produit avant tout autre critère (proximité ou écologie).

Les consommateurs du réseau sont peutêtre un brin nostalgique, à la recherche du goût et des parfums de leur enfance ou tout simplement et plus simplement à la recherche de produits qui ont du goût dans un monde où tout va de plus en plus vite et où seul le temps sait donner le goût aux produits.Si le consommateur est sensible à la composition des produits alimentaires, il se dit tout de même en attente d’informations et de conseils de la part de la Marque et du Distributeur.

Le risque de contamination aux OGM, les additifs autorisés en bio sont autant de sujets qui peuvent interroger les consommateurs, donc des caractéristiques invisibles, imperceptibles des produits pour le consommateur mais sur lesquelles il s’interroge.

Un équilibre s’installe entre critères perceptibles et imperceptibles dont certains trouvent des réponses au travers du réseau de distribution et de la caution qu’il peut fournir et d’autres dont les fabricants se chargent. Si le réseau bio connaît un tel essor sur les dernières années c’est que la prise de conscience s’installe dans les têtes sur l’ensemble des environnements du consommateur. Le premier et pas des moindre, l’environnement intérieur du consommateur : son équilibre biologique. Il est conscient que sa santé et donc que la qualité des produits qu’il avale pour s’alimenter ont une importance cruciale sur son bien-être et ce d’autant que les scandales sanitaires se succèdent à propos des produits alimentaires. Et de manière générale, ce n’est pas pour l’alimentation des enfants que l’on vient en réseau spécialisé puisque 61 % des personnes interrogées n’ont pas d’enfants au foyer. Les critères de choix des consommateurs ne sont pas très di érents depuis la nuit des temps (visuel, parfum/odeur, goût…) en revanche le travail amont du réseau spécialisé prend aujourd’hui tout son sens.

Même si le logo bio apposé sur les produits répond à une partie de la question, des produits comportant ce logo se vendent également en GMS. En revanche, ils paraissent moins  ables en GMS qu’en réseau spécialisé. L’environnement intérieur passe donc en premier lieu dans l’acte d’achat d’où l’intérêt de manger des produits de qualité ; mais ce besoin et d’autant plus important que le consommateur vit dans un environnement urbain. La différence est de plus en plus sensible à mesure qu’on s’éloigne des grands pôles urbains ou l’achat de produits bio pour le côté écologique prend tout son sens. Les consommateurs les plus exposés à l’environnement naturel sont aussi les premiers à vouloir le préserver.

En résumé, les produits bio de qualité d’abord pour moi parce que je vis dans un environnement pollué et ensuite pour le côté écologique parce que cet environnement est une propriété indivisible et inaliénable que nous laisserons en héritage à nos enfants.

Pour preuve la nature des matériaux utilisés dans l’emballage est important voir très important pour plus de 70 % des personnes interrogées ainsi que les techniques de fabrication utilisées pour presque 83 % d’entre eux.

Concernant le côté organoleptique des produits, ceux-ci répondent aux attentes (entre 97 et 99 % de taux de satisfaction sur les items goût, parfum/odeur et aspect des produits). La régularité de qualité obtient également un niveau de satisfaction très élevé avec plus de 98 % de satisfaits ou très satisfaits.

Un consommateur de réseau spécialisé qui dit connaître les effets des produits sur sa santé.

Mais un consommateur non spécialiste des produits et qui se pose toujours la question du prix payé. Il se juge un peu en manque d’information.

Bref, informations sur les produits, conseils, bonne tenue des magasins et un bon rapport qualité prix sont toujours et encore la recette miracle du point de vente.

 

Enquête réalisée par BIO panel en mars 2015 avec la participation de 543 consommateurs réalisant pour 84 % d’entre eux plus de 70 % de leurs achats de produits bio en réseau spécialisé.