NUMERO : Mars/Avril 2012

Habitudes d’achats et satisfactions des consommateurs vis-à-vis des F&L biologiques

En gardant à l’esprit un objectif d’«utilité» maximale pour les professionnels, nous pouvons définir trois types d’observations clients :
● les personnes observées doivent être représentatives du nombre de clients : l’utilité de l’observation est ainsi centrée sur une recherche de satisfaction du maximum de personnes quelle que soit leur contribution au volume d’activité. L’objectif final est d’optimiser le nombre et la fidélité des visiteurs.
● les clients observés doivent être représentatifs de leur plus ou moins grande contribution au volume d’activité. Nous cherchons dans ce cas à observer une juste proportion de gros consommateurs ou de consommateurs réguliers qui bien que moins nombreux contribuent néanmoins à réaliser la plus grande part du chiffre d’affaires. L’objectif final est d’optimiser le chiffre d’affaires avec la clientèle déjà constitué.
● les clients observés doivent être les clients «à potentiel » c’està- dire ceux d’entre eux qui petit ou récent client d’aujourd’hui ont vocation à devenir les consommateurs réguliers et importants de demain.

 

31 % des clients des magasins spécialisés sont également acheteurs de bio « directement au producteur », 30 % sur les marchés, 14 % en AMAP.
On voit que la concurrence ne se réduit pas à la seule grande distribution 49 % de fréquentation. Le client « bio » est très volage.
Il va de soi qu’une analyse différenciée de ces trois catégories aurait tout son intérêt. Cependant les articles de cette série « connaissance du client » ont dû privilégier une approche, c’est celle d’une représentativité en fonction du critère de contribution au volume d’activité.
Les 530 participants à notre enquête acheteurs en magasin spécialisé sont représentatifs au niveau national et acheteurs dans plus de 150 magasins bio différents. Ils sont 79 % à avoir une forte consommation bio (plus de 50 % de leur consommation alimentaire est bio). 57 % d’entre eux sont des consommateurs « historiques (depuis plus de 5 ans)

 

 

La grande distribution n’a vraiment pas la cote 4,1/10 ! Alors même que près de 50 % de la clientèle des magasins bio y fait pourtant des achats « F & L bio » fréquemment. Force est de constater que les atouts génériques de l’offre GMS suffisent à concurrencer les atouts spécifiques des magasins bio.
La vente directe chez le producteur 8,2/10 et les AMAP 8/10 bénéficient d’une meilleur appréciation que les magasins bio 7,6/10.