La hausse du fret maritime va-t-elle impacter les prix ?

Depuis des mois, les prix affichés par FBX, l’indice mondial du fret par conteneurs, ne cessent de s’affoler. Capture écran bx.freightos.com.

Depuis plusieurs mois, les prix du fret maritime ne cessent d’augmenter. La liaison Chine/Asie de l’Est à l’Europe du nord grimpe désormais à plus de 13 800 $ selon l’indice mondial du fret par conteneurs. Avec un impact direct sur les importateurs comme en témoigne Stéphane Lagarde, dirigeant fondateur de Filéane, auprès de Bio Linéaires. 

Au 31 juillet, la liaison Chine/Asie de l’Est à l’Europe du nord Amérique du Nord Côte Ouest et Chine/Asie de l’Est à Méditerranée par bateau atteint 13 208 $. Au 3 août, il est à 13 706 $, au 9 août, il est à 13 819 $… Chaque semaine, depuis des mois, les prix affichés par Freightos Baltic Index (FBX1 – l’indice mondial du fret par conteneurs) ne cessent de grimper.

Surcoût et délais rallongés…

Stéphane Lagarde, directeur général et fondateur de Filéane. Photo Natexbio.

Cette hausse du transport maritime inquiète évidemment les importateurs, comme Filéane, entreprise spécialisée dans  l’importation de produits biologiques depuis plus de 10 ans. Stéphane Lagarde, son dirigeant-fondateur, indique ainsi avoir vu son budget « transport » multiplié par huit en un an ! Importateur de gingembre et de thé, Stéphane Lagarde confirme l’envolée des prix, rapportée par FBX : « il faut 13 200 $ actuellement, nous rapportait le chef d’entreprise fin juillet. Pour mémoire, nous étions à 1 600 $ il y a quelques mois… Dans la réalité, le prix payé était proche des 2 000 $ et nos agents nous parlent actuellement de 15 ou 16 000 USD2. Nous constatons un petit écart de 15 % entre le prix réel payé et cet indice ». Mais l’augmentation des prix n’est pas la seule contrainte : « Au-delà de ce surcoût, il y a aussi le délai : 1/ Les bateaux ont ralenti leur allure, ajoutant deux semaines au temps de mer ; 2/ Il faut du temps pour trouver des containers et de la place sur les bateaux. Parfois, cela prend un mois de plus ».

Déjà en début d’année, les professionnels étaient avertis de temps de transit plus long (multiplié par deux) en raison d’une congestion dans les ports européens, de temps de déchargement rallongés de 30 à 50 %, selon les informations recueillies par Bio Linéaires. 

Quel impact à l’avenir sur les prix ?

En cause, une pénurie de conteneurs, notamment liée à la crise sanitaire, et la congestion des principaux ports maritimes. Nos confrères du Journal de la Marine Marchande indiquaient, le 16 juin dernier, que « tout retour à la normale est exclu avant 2022 ». Exemple au port chinois de Yantian qui ne fonctionne alors « qu’à 30 % de sa capacité à quai. Le port, qui d’ordinaire traite 37 000 EVP3 en moyenne par jour, tourne désormais à 45 % de sa productivité normale avec sept postes d’amarrage ». Et de conclure : « les retards s’accumulant, le réacheminement des conteneurs s’enraye à nouveau et les pénuries de conteneurs de 40 pieds, déjà criantes, se creusent », avec des surcharges tarifaires pour réacheminer les conteneurs.

De quoi s’interroger : quand les entreprises vont-elles répercuter ce surcoût sur leurs prix ? Pour le moment, Stéphane Lagarde indique, pour sa part, absorber ce surcoût, toutefois si la hausse se poursuit, il estime que cette hausse finira par être reportée sur le prix des produits.

1 FBX = Freightos Baltic Index. Il s’agit du principal indice international des taux de fret, en coopération avec le Baltic Exchange, fournissant les taux du marché pour les conteneurs de 40 pieds.
2 USD = United States Dollar.
3 EVP = container Équivalent vingt pieds.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here