NUMERO : N°71 -Mai Juin 2017

L’agencement des vitrines

En plus d’être attractif, l’agencement des vitrines a pour vocation d’être pratique. Tant pour le client, afin qu’il s’y retrouve au milieu des fromages, que pour le vendeur pour le réassort et le conseil. Petit tour des astuces et des obligations au rayon fromage !

La disposition des fromages

Les fromages doivent être rangés par famille ! Les pâtes pressées cuites sont regroupées, souvent en arrière de la vitrine, pour ne pas cacher les plus petits formats. On alterne les chèvres cendrés des chèvres blancs, on déballe certaines pâtes molles et on n’hésite pas à les découper ! Proposer des demis et des quarts permet toujours de décider un client indécis. Cette organisation permet au vendeur de mieux conseiller le client en commençant par une première fa- mille puis une suivante et de suivre un chemin de vente. L’implantation doit être logique, les plus gros volumes doivent être facilement

accessibles. Attention à ne pas placer de trop grosse pièces devant les sorties de froid : l’air ventilé doit pouvoir circuler partout ! Pour donner du relief à vos vitrines, n’hésitez pas à utiliser des supports pour rehausser certains fromages et les mettre en avant comme des moules à fromage ou des contenants en verre,

Des étiquettes claires et légales

Tous les fromages doivent être présentés avec une étiquette li- sible ! Outre les mentions de prix et celle obligatoire aux produits biologiques, les fromages ont quelques particularités :

  • Le traitement du lait : il est obligatoire que le produit soit AOP et IGP ou non. Si le lait est cru, pasteurisé ou thermisé, cela doit apparaitre de manière lisible.
  • L’espèce animale : elle doit être précisée pour les fromages non AOP ou IGP, soit de manière écrite, soit avec un symbole clair.
  • Le nom du producteur ou de laffi 狦o   neur et sa commune : obliga- toire pour tous les fromages AOP et IGP et fortement conseillée de manière générale. Pour le client, cette indication montre le travail de sélection et le sérieux des approvisionnements.
  • Attention à la dénomination pour les fromages AOP et IGP. Elle est réglementée ! Par exemple pour le Comté on peut seulement pré- ciser son âge en mois. Les appellations « fruité, vieux ou extra vieux » sont interdites. Rapprochez-vous de vos fournisseurs pour connaitre les modalités d’étiquetage propres aux fromages AOP et IGP et les particularités de ceux-ci. Si l’on prend l’exemple du Parmegiano Reg- giano AOP, il perd son appellation dès que vous le râpez. Et oui, l’acti- vité de râpe est réglementée et seulement possible dans la zone de production.
  • La matière grasse doit également apparaitre sur l’étiquette. Non plus sur extrait sec mais sur la matière brute. Elle est de la responsa- bilité du fabricant et apparaît sur l’étiquette du colis à réception.
  • Les logos (Bio, AOP et IGP) doivent également apparaître sur votre étiquette. La taille minimum est de Ils doivent être en couleur sauf si votre étiquette est uniquement noire et blanche, dans ce cas-là seulement ils peuvent être noirs et blanc.

Pensez praticité. Les étiquettes vieillissent mal.

Plutôt que d’investir dans des formats en plastique souvent de mau- vais gout, la solution de la plastification reste la plus simple. En cas d’évolution de prix, une ré-impression à partir d’un fichier source est

rapide. Méfiez-vous des étiquettes manuelles. Tout le monde n’a pas une belle écriture et le résultat peut paraître brouillon. De plus les pointes des feutres s’émoussent rapidement…

La décoration du rayon

La star c’est le fromage. Si la décoration peut paraître de circons- tance elle est souvent superflue. Elle doit de plus être parfaite- ment nettoyable. Oubliez les feuillages végétaux qui n’ont rien à faire dans une vitrine de fromagerie. La décoration en plastique, les petites vaches en porcelaine, les bidons en ferraille, sont autant d’éléments qui augmenteront le temps de nettoyage.

Clarté, lumière et simplicité !

On pourrait être tenté de mettre beaucoup de fromage pour accen- tuer un effet de profusion. Mais gardez de l’espace entre vos fromages pour les mettre en valeur. De plus, les vitrines de présentation ne sont pas des zones d’affi 狦o nage mais des endroits où les fromages doivent rester peu de temps et être rapidement vendus car ils s’y dégradent et sèchent vite. Pensez également à l’éclairage des vitrines. Une jolie lumière, visible de la rue, met le produit en avant. Les lampes, inté- grées à la vitrine, doivent être pensée à la conception du rayon. Car elles sont spécifiques aux conditions de la vitrine. Quelques spots fixés au plafond permettent d’accentuer le lumière sur les fromages.

Pour en savoir plus

L’IFOPCA propose un stage de perfectionnement de 6 jours totalement adapté à la vente de fromages :

C’est le stage 42 h Vente en crémerie fromagerie, destiné aux vendeurs en fromagerie ou aux futurs professionnels.

Au programme :

  • 2 jours sur la connaissance des produits : depuis la fabrication aux différentes familles et appellations
  • 2 jours sur la pratique professionnelle : vente, vitrine, étiquetage, coupe, emballage, plateaux…
  • 1 jour sur l’analyse sensorielle, axé sur un vocabulaire adapté
  • 1 jour sur la maîtrise de l’hygiène et la sécurité des aliments

www.ifopca.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here