Le CNA invite à « révolutionner les pratiques » pour faire changer d’échelle la vente en vrac

Partagez cet article

Instance consultative rattachée aux ministères chargés de l’environnement, de la santé, de la consommation et de l’agriculture, le Conseil national de l’alimentation (CNA) a été notamment saisi sur la question du vrac. Dans son avis, le CNA préconise de « révolutionner les mentalités et les pratiques afin d’opérer le changement d’échelle attendu dans le développement de la vente en vrac ».

Concernant la vente en vrac, l’ambition doit être selon le CNA :
– de réduire la consommation des emballages les plus défavorables pour l’environnement au cours de leur cycle de vie, tout en maîtrisant les risques sanitaires et en préservant l’information des consommateurs ;
– de révolutionner les mentalités et les pratiques afin d’opérer le changement d’échelle attendu dans le développement de la vente en vrac ;
– de mettre en œuvre des modalités de fonctionnement de la vente en vrac qui permettent d’aboutir à de réels avantages en matière de préservation de l’environnement et de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Pour y répondre, le CNA propose de s’appuyer sur une information et une sensibilisation des consommateurs, de s’assurer de la mobilisation de tous les acteurs de la chaîne alimentaire et de l’État, que le vrac soit économiquement accessible à qualité équivalente, ainsi que d’évaluer l’impact des différentes modalités de vente en vrac sur le gaspillage alimentaire.

Ce volet dédié à la sobriété des emballages alimentaires et au développement du vrac a fait l’objet d’une expérimentation incluant la participation citoyenne en complément de la concertation des parties prenantes. « Les résultats des débats citoyens sont venus nourrir les réflexions du groupe de concertation du CNA sur les emballages alimentaires. Au total, plus de 70 % des recommandations formulées dans l’avis du CNA ont un lien avec le débat citoyen », souligne le CNA dans un communiqué.

La nécessité d’un engagement de tous les acteurs

Le CNA et les citoyens ayant participé rappellent la nécessité d’un engagement de tous les acteurs du secteur de l’alimentation pour une réduction effective et significative de l’utilisation de certains emballages ou contenants alimentaires.

L’association Réseau Vrac, qui a été consultée par le CNA, se réjouit « que les recommandations retenues soient alignées avec celles qui sont au cœur des actions de notre association depuis sa création en 2016 ». Selon Célia Rennesson, directrice de Réseau Vrac : « Nous nous saisirons de cet avis, dès que nécessaire, pour continuer de faire avancer les travaux de la filière et ce, dès à présent, dans le cadre de nos actions de lobbying pour le projet de loi Climat et Résilience ».

Dans son avis, le CNA présente également des recommandations sur le réemploi (former et informer les consommateurs sur les bonnes pratiques en matière de réemploi ; éclairer le rôle et les responsabilités de tous les acteurs sur les enjeux sanitaires liés au développement du réemploi…). Concernant la consigne, si « le groupe partage globalement l’ambition de développer la consigne pour réemploi », « des points de dissensus » au sein du groupe concernent les modalités de sa mise en œuvre (engagement volontaire ou réglementaire).

Avis n°88 sur la « Sobriété en emballages alimentaires – Développement du vrac et autres pistes d’actions » du Conseil National de l’Alimentation

Offres d’abonnement à Bio Linéaires
👉 
Achat au numéro en version numérique
👉 1 an Digital / Papier
👉 2 ans Digital / Papier

Partagez cet article