Le Grand Panier Bio vend les protections hygiéniques à prix coûtant

Partagez cet article

Depuis le 1er juillet, les magasins du réseau Le Grand Panier Bio s’engagent à vendre les protections menstruelles sans aucun bénéfice. Dans cette période marquée par les inégalités sociales et la précarité, Le Grand Panier Bio souhaite apporter une réponse durable au sujet de l’accès aux protections hygiéniques biologiques.

« Aujourd’hui en France, il est difficile, voire impossible, pour 2 millions1 de femmes d’accéder à des protections hygiéniques faute de moyens financiers. Cette précarité peut avoir de lourdes conséquences sur leur santé physique et mentale. Par ailleurs, le coût des protections menstruelles biologiques, plus élevé que celui des protections conventionnelles, constitue un frein. Seulement 7 % des étudiantes utilisent de façon systématique des protections hygiéniques biologiques, tandis que 58 % n’en utilisent jamais, dont 48 % pour des raisons financières »2, détaille Le Grand Panier Bio dans un communiqué.

Estimant que « l’accès à des protections saines ne doit pas être une option », l’enseigne a décidé de s’engager à vendre sa gamme de protections hygiéniques à prix coûtant dans ses 24 magasins.

Les alternatives durables concernées par cette mesure

Afin de signifier également son engagement pour l’environnement et la réduction des déchets, le Grand Panier Bio a choisi d’étendre cette mesure à toute la gamme de protections menstruelles : serviettes hygiéniques, protège-slips, tampons biologiques y compris les alternatives durables comme les coupes menstruelles, les serviettes lavables et les culottes menstruelles.

Le Grand Panier Bio compte un réseau de 24 magasins bio indépendants situés dans toute la France. Spécialisée dans la vente de produits biologiques depuis plus de 20 ans, l’enseigne s’appuie sur une offre complète de plus de 13 000 références. En 2020, Le Grand Panier Bio affichait un chiffre d’affaires de 26 millions d’euros.

1. Ifop, pour Dons solidaires (2019).
2. Étude réalisée par la Fédération des associations générales étudiante (FAGE) le 8 février 2021.

 

Partagez cet article