NUMERO : nov-déc 2007

Le maquillage de fêtes : osez la couleur !

La première étape va consister à effectuer la veille un gommage doux du visage ou à poser un masque purifi ant à adapter à son type de peau. Plus la peau est propre, plus le rendu du maquillage sera éclatant. Le soir même, voici étape par étape la conduite à tenir.

1- Tout d’abord, on applique sa crème de jour habituelle.
2- Puis, on va s’occuper du teint. Dans un premier temps, il va falloir faire des corrections du teint, c’est-à-dire masquer ou estomper les cernes et les rougeurs diffuses. Pour cela, on utilise un anti-cernes. Il s’applique sur le coin interne de l’oeil, sous l’oeil près des cils, également sur les ailes du nez et sur les pommettes un peu colorées. Puis on pose son fond de teint habituel dont la couleur doit être identique à celle de la carnation de la peau. Il sera fi xé par une poudre libre ou compacte qui sera déposée sur le visage sans oublier les lèvres et les paupières supérieures.
3- On passe ensuite aux yeux. On procède à une épilation du sourcil ou bien on le redessine avec un crayon pour lui donner de la densité et mettre l’oeil en valeur. Une fois les sourcils impeccables, on place les ombres à paupières sur la paupière mobile. C’est le jour pour oser la couleur en employant des couleurs métalliques (vert, bleu), irisées qui vont accrocher la lumière. A réserver aux yeux bruns. Les yeux bleus, clairs seront embellis par des tons chauds, dorés, prune. Pour accentuer la ligne des cils, on tire un trait d’eyes liner ou si l’on est moins experte, on utilise un crayon. Enfi n, dernière étape du maquillage de l’oeil, la pose du mascara noir qui va permettre d’ouvrir l’oeil et de rendre les cils plus épais et plus longs.
4- Il s’agit maintenant de donner de l’éclat aux joues en déposant le blush. Il doit se démarquer du teint par l’emploi de tons chauds, nacrés, rose, beige, en concordance avec les ombres à paupières. Il s’applique en l’estompant vers le haut des pommettes jusqu’aux tempes.
5- Il n’y a pas de maquillage réussi sans pose de rouge à lèvres. Muqueuses très fragiles, elles ont besoin d’être hydratées par un baume avant de les maquiller. D’abord on souligne le contour par un crayon, puis on pose le rouge à lèvres à choisir en harmonie avec sa tenue et la couleur du vernis à ongles. Le gloss va donner un effet brillant et pulpeux et accrocher la lumière.
6- Si l’on porte une tenue décolletée, on mettra sa peau en valeur en passant des huiles sèches sur le buste et les bras. Donc, si l’on résume, pour accrocher la lumière, il faut un teint lumineux sans imperfections, des tons nacrés et métalliques. Les paillettes seront réservées aux plus jeunes car elles accentuent les rides du visage

Bien vendre le maquillage

Avant les fêtes, c’est le moment de faire des animations soit par les représentants des marques de cosmétique, soit de proposer des mini soins ou un maquillage par une esthéticienne, voire une vendeuse bien formée. Le maquillage se vend mieux lorsque le magasin propose la gamme entière d’une marque sur un présentoir. Deux gammes, c’est encore mieux ! Car la cliente a besoin de voir, comparer, tester les produits sur sa peau.
Les fêtes de fi n d’années sont l’occasion d’offrir des produits cosmétiques en cadeau. Si les marques ne les proposent pas en coffret, à vous de faire une sélection joliment présentée de deux ou trois références qui se vendent bien avec un prix attractif.

Pas de fêtes sans parfum !

Il est loin le temps où les senteurs vendues en magasin bio se réduisaient à quelques notes un peu désuètes. Actuellement, on propose de belles gammes à la clientèle. Les parfums sont classés selon la concentration de parfum dans l’excipient : on part des eaux légères avec 4 % de concentré, en passant par l’eau de Cologne à 7 %, les eaux de toilette à 12 %, les eaux de parfum à 18 %. Au-delà de 20 %, on parle d’extraits de parfum. Les parfums naturels que revendiquent les labels Cosmébio et BDIH utilisent des matières premières végétales mais pas de substances animales ni de synthèse.
• Les principales matières utilisées proviennent des fleurs : rose, jasmin, tubéreuse, rhizome d’iris, feuilles de violette, fl eur d’oranger (néroli), mimosa, narcisse, lavande, ylang-ylang. Les fruits pour l’essentiel sont des agrumes. Arbres, herbes et plantes contiennent des substances aromatiques que l’on extrait des bois : tels santal, cannelle, cèdre, bouleau ou des résines, encens, myrrhe, benjoin ou encore des mousses comme pour le chêne. Pour les plantes, on choisit les feuilles (verveine, patchouli), les racines (vétiver, gingembre), les graines (cardamome, coriandre) ou la plante entière (romarin).
• Conseils pour choisir un parfum
Pas plus de 3/4 ! Le nez se sature très vite. Au-delà on ne distingue plus les odeurs. Un parfum se choisit en fonction de son type de peau. Il réagit selon le pH de l’épiderme. La peau est plus ou moins acide selon les personnes et le parfum va évoluer d’une façon ou d’une autre. Il « tient » chez certaines, « tourne » chez d’autres ! Pour le savoir, on applique le parfum dans le cou ou au poignet et on attend 30 à 60 minutes pour voir comment il évolue.
Le parfum se choisit en fonction de son pouvoir évocateur. En effet, l’odorat est en lien direct avec notre cerveau ancestral (limbique), siège de la mémoire et de la vie instinctive. Un parfum qui nous plaît nous rattache inconsciemment à des moments agréables de la vie.