NUMERO : N° 68 – Novembre décembre 2016

Les plantes de l’hiver…

Chaque saison véhicule dans la nature – et les êtres humains font partie de la nature – des énergies différentes. Ces énergies sont en lien avec la luminosité, la chaleur ou les basses températures (les “froidures” disent les Québécois) et l’humidité. Selon la médecine chinoise antique, l’hiver est associé aux reins, à la vessie, aux os, à la moelle osseuse et à la saveur salée. La protection des défenses immunitaires est la priorité pour passer la saison hivernale sécuritairement et confortablement. Bien entendu les assiettes hivernales doivent être très vitaminées en même temps qu’elles apportent des aliments caloriques et énergétiques de qualité. Cet aspect a été présenté dans le numéro 63 de Bio Linéaires. En complément, nous présentons dans ce numéro les principales plantes vedettes de la saison hivernale.

  • Le basilic (Ocimum basilicum) : antistress incontestable, il apaise la fébrilité des glandes surrénales et les fortifie. Utile dans les cas d’épuisement et de fatigue chronique de la saison froide.
  • La cannelle (Cinnamomum zeylanicum)  : réputée comme stimulant des fonctions circulatoires, cardiaques et respiratoires. Elle est indiquée en cas d’asthénie grippale. Autrefois très recommandée en saisons froides aux personnes mélancoliques, aux insuffisants digestifs et aux vieillards.
  • Le curcuma (Curcuma angustifolia / C. domestica / C. longa)  : puissant antioxydant. Son utilisation hivernale est destinée à soulager les inflammations rénales, limiter les calculs des reins, le cholestérol sanguin et stimuler la sécrétion insuffisante de la bile.
  • L’échinacée (Echinacea angustifolia) : à considérer comme LA plante majeure des défenses immunitaires, en raison de ses vastes propriétés antibactériennes, antivirales, antifongiques.
  • L’eucalyptus (Eucalyptus globulus) : connu et reconnu comme antiseptique général et notamment des voies respiratoires et urinaires, calmant de la toux et fluidifiant des expectorations…
  • La mélisse (Melissa officinalis) : antivirale et antispasmodique, elle favorise un sommeil récupérateur, apaise les palpitations et calme les problèmes digestifs d’origine nerveuse.
  • L’ortie (Urtica dioica / Urtica urens) : antianémique, dépurative, antirhumatismale, diurétique, cette plante – “mauvaise herbe” mal aimée – possède mille vertus qui demandent qu’on redécouvre ses bons usages à cette saison, tant en infusion qu’en “légume oublié”.
  • Le pin sylvestre (Pinus sylvestris) : un autre puissant antiseptique des poumons et des voies urinaires et hépatiques. Utile pour soulager de nombreuses infections saisonnières (grippe, sinusite).
  • La reine des prés (Spiraea ulmaria) : l’acide salicylique, un de ses principaux constituants connus la recommande en cas de rétention de liquides, en cas de rhumatismes, arthritisme, lithiase urinaire…
  • Le romarin (Rosmarinus officinalis) : tonique, très bon stimulant général. Antioxydant et anti-inflammatoire, il combat les bactéries du système digestif et des voies respiratoires.
  • Le saule blanc (salix alba) : antinévralgique, antispasmodique et fébrifuge, on doit lui réserver une large place dans la pharmacie végétale des troubles de l’hiver et du froid. Grâce à sa composition élevée en dérivés salicyliques, le saule offre un soulagement bienfaisant en cas de grippes et/ou rhumes.
  • Le thym (Thymus vulgaris) : tonique du système immunitaire, c’est un antiseptique et antibiotique pour les voies respiratoires et digestives. D’un grand secours pour les personnes sensibles aux refroidissements.

En complément de ce choix de plantes, on peut suggérer :

  • La propolis, admirable substance antibiotique naturelle produite par les abeilles. Absorber quelques gouttes diluées dans un peu d’eau chaude, dans l’intervalle des repas. Permet de contrôler le microbisme hivernal.
  • Le nigari (chlorure de magnésium). Dissoudre 3 c. à s. par litre d’eau. Avaler un demi-verre de la solution, 2 fois par jour. Le nigari est efficace contre les angines, bronchites, rhumes, en prévention de la grippe ; il soulage les narines encombrées (utiliser un lota pour le nettoyage du nez).
Les livres publiés en France par J.-C. Rodet sont disponibles aux éditions Trédaniel ou à

Jean-Claude Rodet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here