Les produits bien notés au Nutri-Score se vendent davantage

Partagez cet article

L’influence du Nutri-Score sur les ventes des produits est de plus en plus marquée comme le souligne une étude IRI sur 37 catégories proposant des références bien notées, A ou B (38 %), des références notées C (36 %) et des références notées D ou E (26 %). Une influence encouragée par une offre étoffée des scores A, B et C.

Les aliments moins bien classés par le NutriScore associés à une mortalité accrue

Par ailleurs, une étude publiée dans le British Medical Journal menée par l’équipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle au Centre de Recherche épidémiologie et statistiques-Université de Paris (Inserm/Inrae/Cnam/Université Sorbonne Paris Nord), s’est intéressée aux associations entre le score FSAm-NPS* des aliments consommés et la mortalité au sein d’une très large population répartie dans 10 pays européens. Elle faisait suite à une étude publiée en 2018 dans la même population et portant sur le risque de cancer.

À lire aussi -> Les produits naturéO dévoilent leur Nutri-Score

Au total, 501 594 participants de la cohorte EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition) ont été inclus dans les analyses. Au cours du suivi entre 1992 et 2015, les chercheurs montrent que les participants qui consommaient en moyenne plus d’aliments avec un score plus élevé, reflétant une qualité nutritionnelle moindre et correspondant à des aliments moins bien classés par le NutriScore, présentaient une mortalité accrue. « Dans ce contexte, nos résultats, combinés à l’ensemble des autres résultats disponibles sur le sujet, contribuent à montrer la capacité du score FSAm-NPS* et du NutriScore à caractériser la qualité nutritionnelle des aliments mais aussi la pertinence de l’utilisation du score FSAm-NPS et du NutriScore dans le cadre de politiques de santé publique visant à orienter les consommateurs vers des aliments de meilleure qualité nutritionnelle, dans une optique de prévention des maladies chroniques », soulignent les chercheuses Inserm Mélanie Deschasaux et Mathilde Touvier, qui ont coordonné l’étude.

À lire aussi -> Nutri-Score, l’étiquetage qui rend l’information nutritionnelle plus lisible

* Food Standards Agency nutrient profiling system. Les couleurs du NutriScore sont attribuées en fonction du score FSAm-NPS reflétant le profil nutritionnel des aliments à partir de leur composition (pour 100 g) en énergie, sucres, acides gras saturés, sodium, protéines, fibres et fruits et légumes.

Partagez cet article