NUMERO : N°64 -Mars avril 2016

Les produits hyposodés…

Certains régimes, mis en place par le médecin traitant ou le spécialiste, nécessitent une baisse drastique des apports sodés. Pour cela, vous avez à votre disposition des produits « sans sel ajouté » ou « à teneur réduite en sel ».

Sel et Sodium, de quoi parle t-on ?

Pour rappel, le sel est essentiel au bon fonctionnement de l’organisme et donc à la vie. Seulement, il en faut mais pas trop ! En effet, la consommation moyenne quotidienne d’un français est de 8-9 grammes par jour alors que 5 grammes serait largement suffisant selon l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le sel de table est en quasi totalité composé de chlorure de sodium (NaCl).

Chaque gramme de sel apporte 400 mg de sodium pur (Na). Quotidiennement, il faudrait consommer au maximum 2 grammes de sodium, soit 5 grammes de sel.

À quoi sert le sel ?

Le sodium aide à bien répartir l’eau dans le corps et à réguler la pression et le volume sanguin. Il est essentiel à la bonne contraction des muscles et du cœur, au cheminement de l’influx nerveux.

Quels sont les risques d’une surconsommation de sel ?

Une consommation trop importante de sel est aujourd’hui reconnue comme un des facteurs de risque d’hypertension artérielle et de maladies cardiovasculaires. Elle aggrave également d’autres pathologies bénignes (rétention d’eau) ou graves (cancer de l’estomac).

Un excès pourrait aussi favoriser l’élimination urinaire du calcium à l’origine de l’ostéoporose, provoquant la fragilisation des os et donc les fractures.

Où trouve-t-on du sel ?

On distingue deux sources :

  • Le sel « visible » ajouté en cuisinant (gros sel) ou à table (sel fin) et qui ne représente qu’une faible part (10 à 20 %) du sel consommé ;
  • Le sel « caché » présent à l’état naturel dans les produits ou ajouté lors de leur fabrication. C’est la principale source de sel dans l’alimentation (80 %). On le retrouve dans : le pain et les biscottes, la charcuterie, les condiments et les sauces, les plats cuisinés, les fromages, les soupes et les potages, ainsi que dans les quiches et pizzas.

Misez sur les produits hyposodés

Que la réduction des apports en sodium soit prescrite médicalement en cas d’hypertension artérielle, d’insuffisance cardiaque ou rénale, de traitement aux corticoïdes… ou que vos clients souhaitent simplement en limiter la consommation, vous pouvez recommander tous les produits qui présentent les allégations nutritionnelles règlementaires suivantes :

à savoir

Sel = Sodium X 2,5
1 g de sel = 0,4 g de sodium

Quatre allégations nutritionnelles

« PAUVRE EN SODIUM OU EN SEL »

Le produit ne contient pas plus de 0,12 g de sodium ou l’équivalent en sel (0,3 g) par 100 g ou 100 ml.

En ce qui concerne les eaux, autres que les eaux minérales naturelles, cette valeur ne doit pas être supérieure à 2 mg de sodium par 100 ml.

« TRÈS PAUVRE EN SODIUM OU EN SEL »

Le produit ne contient pas plus de 0,04 g de sodium ou l’équivalent en sel (0,1 g) par 100g ou 100ml.

Il est interdit d’utiliser cette allégation pour les eaux minérales naturelles et les autres eaux.

« SANS SODIUM OU SANS SEL »

Le produit ne contient pas plus de 0,005 g de sodium ou l’équivalent en sel (0,01 g) par 100 g.

« RÉDUIT EN SODIUM » – « REDUIT EN SEL »

Une telle allégation ne peut être faite que si la réduction de cette teneur est d’au moins 25 % par rapport à un produit similaire.

NB : Dans le cas de denrées alimentaires naturellement pauvres, très pauvres ou dépourvues en sodium, le terme “naturellement” peut être utilisé comme adverbe dans ces allégations.

Une allégation santé

« La réduction de la consommation de sodium contribue au maintien d’une pression sanguine normale ». Cette allégation santé ne peut-être utilisée que pour une denrée alimentaire dont la teneur en sodium ou en sel est au moins pauvre au sens de l’allégation « pauvre en sodium ou en sel » ou réduite au sens de l’allégation « réduit en sodium ou sel ».

Les produits hyposodés disponibles

  • Des conserves de plats cuisinés, de sauces tomates, de légumes et légumineuses
  • Des conserves de poissons (sardines, maquereaux, thon, foie de morue…)
  • Des biscottes (de blé ou de sarrasin), des galettes de riz, des pains grillés,
  • Des bouillons cube (légumes, bœuf…)
  • Des chips, des mélanges apéritifs
  • Des soupes en sachets
  • Des terrines
  • Des biscuits
  • De la moutarde, de la mayonnaise
  • Du sel sans sodium (sous forme de chlorure de potassium et chlorure de magnésium, mélangé avec des herbes aromatiques, des algues et des légumes).

Angélique Houlbert
Nutritionniste

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here