NUMERO : Sept-Oct 2007

les bons compléments…


Les cures saisonnières : pour nettoyer l’organisme et relancer la vitalité

• La cure de raisin : c’est une monodiète d’exception qui nous permet d’effectuer sans trop d’efforts un grand nettoyage d’automne. Elle allie santé et plaisir. Hormis le diabète insulino-dépendant et le dégoût du raisin, chacun peut en tirer profit quels que soient ses problèmes. Elle s’effectue avec du raisin biologique, bien mûr, blanc et/ou rouge, de 3 jours à 3 semaines, à l’exclusion de tout autre aliment. Les quantités consommées sont en fonction des besoins de chacun : de moins de 2kg/ jour (moins de 1800 kcal) à 2,5- 4,5 kg/j (2200 à 3600kcal/j).
La prise de raisin se répartit sur 5/6 prises quotidiennes. Pour une longue cure, on réduira son alimentation quelques jours avant de démarrer la cure et la reprise alimentaire se fera progressivement. On associera la consommation de tisanes variées avec celle de jus de raisins.
Les débutants peuvent tenter l’aventure, la première année, en remplaçant le repas du soir par du raisin.

• Cure de légumes frais : on choisit les légumes disponibles à cette saison dont on va extraire les jus, au moment de les consommer, à l’aide d’une centrifugeuse. Attention, ces jus s’oxydent très vite. Si on veut les garder, il est utile d’ajouter un jus de citron et 2 à 3 pastilles d’acérola dans une bouteille bien fermée, à l’abri de la lumière. On évite les légumes agressifs, comme le poireau, l’oignon, le radis noir. Cette cure peut se faire sous forme supplétive à raison d’1/2 à 1 verre le matin au réveil et 20 minutes avant les autres repas pendant 2 à 3 semaines. Les jus lacto-fermentés peuvent aussi faire l’affaire.

• Eau Hydroxydase : c’est une cure thermale à domicile ! Très dépurative, elle favorise l’élimination des toxines accumulées dans le rein et le foie. Elle agit sur les surcharges métaboliques (urée, acide urique, cholestérol), surcharge pondérale, surcharge liée au stress, à la sédentarité, à une alimentation trop riche. Elle aide les terrains rhumatisants, spasmophiles…
Les contre-indications sont l’hypertension et l’insuffisance rénale.
Elle se consomme de 1, 2 ou 3 flacons/jour selon qu’il s’agit d’une cure d’entretien, normale ou intensive. Elle se boit loin

Les compléments alimentaires et phytothérapiques : quelques spécialités dans une offre presque illimitée !

• Les produits de la ruche : miel, gelée royale, pollen et propolis. La synergie des produits de la ruche assure une puissante et rapide revitalisation quand une baisse de forme fait ressentir le besoin de recharger ses batteries. Pour bénéficier au maximum des vertus de ces produits, il est préférable de les consomme en cure de 3 semaines, de la façon suivante : (protocole du naturopathe D. Kieffer)
– Sucrer exclusivement ses boissons au miel.
– Prendre au réveil une mesurette de gelée royale.
– Ajouter au petit déjeuner et au goûter 1 à 2 cuillères à soupe de pollen frais.
– L’accompagnement des régimes minceur : la concentration en protéines donne un sentiment de satiété
– Mâcher 2 à 4 fois/jour de la propolis en morceaux ou utiliser des gélules (3g/j) ou encore, des gouttes de l’extrait alcoolique de propolis (3X15 goutes/j) dans de l’eau, un jus ou une tisane.

• Le plasma de Quinton : il assure la relance de l’organisme. Il est recommandé dans les cas de fatigue physique et psychique, la dévitalisation à raison d’1 à 4 ampoules/j. Déconseillé aux régimes sans sel • Les probiotiques : ils renforcent notre immunité. Une bonne immunité n’est possible que si l’écosystème intestinal fonctionne correctement. Il est composé du système immunitaire intestinal installé dans le tube digestif, des muqueuses et de la flore intestinale elle-même. Or, cet écosystème est très sensible aux perturbations engendrées par le stress mal géré, une alimentation déséquilibrée, un transit perturbé… Pour le rééquilibrer, il est nécessaire de renforcer la flore intestinale par l’apport de « bonnes » bactéries, comme les lactobacilles, les bifidobactéries.
• Les plantes adaptogènes ou harmonisantes : elles permettent une adaptation de notre organisme aux différents stress de la vie quotidienne qui engendrent la fatigue.
• Le ginseng : stimulant général, nerveux, cardiaque, pulmonaire, c’est l’une des meilleures plantes toniques. C’est la plante incontournable aux changements de saison.
•L’échinacée : immunostimulante, antivirale en curatif.
• Le bourgeon de cassis : sous forme de macérat glycériné (gemmothérapie). Il favorise l’activité des glandes surrénales. Il augmente donc la résistance au froid, à la fatigue et améliore les réponses anti-inflammatoires.
•L’’acérola : petite cerise très énergétique qui contient l’indispensable vitamine C que notre corps ne sait pas fabriquer. Elle lutte contre le froid, la fatigue, l’inflammation, l’infection et le surmenage. A consommer… presque sans modération !