NUMERO : Nov-Déc 2009

Mettez de l’exotisme …dans vos rayons !

La gamme :

Elle est définie par des produits d’origine lointaine, essentiellement tropicale. Bien que considérés comme exotiques, certains produits (Banane, kiwi, ananas, mangue) font désormais partie d’une gamme classique d’un rayon fruits et légumes. Cette gamme doit s’étoffer à l’approche des fêtes de fin d’année, pour doubler, voire tripler le nombre de références la semaine précédent les repas de fin d’année. Ainsi, nous verrons apparaître grenades, papayes, fruits de la passion, goyave, lime, noix de coco, kaki, carambole, physalis, litchi…. Augmenter progressivement la gamme et non massivement, afin de familiariser votre clientèle, en vous adaptant à d’autres facteurs socio-économiques propres à chacun (exemple : la rotation de ces produits est différente que l’on soit en zone citadine ou non, dépendant également fortement du niveau de vie de vos consommateurs).

De plus, le référencement de fruits exotiques peut entraîner un certain questionnement de la part des consommateurs, non seulement sur la production en elle- même, mais également sur l’acheminement de ces produits. Ainsi, l’import de ces produits par avion, beaucoup plus polluant que le transport bateau, provoque parfois certaines réactions. Il convient donc également de prendre en compte cet élément pour votre référencement. En effet, la plupart des fruits exotiques peuvent être importés par bateau, mais certains comme le litchi ne supportent pas ce long voyage. La qualité et la maturité sont alors nettement plus complexes à maîtriser.

Achats et conservation :

En matière de fruits exotiques, l’acte d’achat doit être lié à la notion de maturité, très complexe sur ces produits : anticipez auprès de vos fournisseurs et interrogez-les sur ce point primordial avant tout acte d’achat. Opérez à des réservations (produits très demandés pour les fêtes) et contrôlez bien votre marchandise à réception.

De plus, ne pas oublier que la plupart de ces produits dégagent beaucoup d’éthylène, notamment les fruits de la passion. Ainsi, il convient de ne pas les stocker à côté de produits sensibles, au risque d’accélérer fortement le vieillissement. Ces produits sensibles à l’éthylène sont notamment : les kiwis, les mangues, les bananes, les brocolis, les choux de Bruxelles, les concombres et les tomates. A noter que les pommes dégagent également des quantités assez importantes d’éthylène. En matière de stockage, n’oubliez pas que le froid est l’ennemi des fruits exotiques, ils doivent être stockés idéalement entre 12 et 16°. Bien entendu, vous devrez être en flux tendu sur cette gamme, la conservation de ces produits étant de 3 à 5 jours en rayon.

Mise en rayon et théâtralisation :

Cette gamme de produits plaisirs est souvent synonyme d’achats d’impulsion. Quelques règles simples, adaptables à la plupart des autres familles de fruits et légumes, doivent être observées afin de valoriser au mieux ces produits :
● Créer un espace de « démonstration et dégustation », y associant notamment des fiches produits et recettes. Le consommateur doit ainsi identifier de suite une utilisation donnée et se sentir accompagné dans l’utilisation de ces produits souvent méconnus.
● créer des îlots ou espaces bien identifiés pour les familles citées ci-dessus, agir sur le regroupement de ces différents fruits exotiques pour faire apparaître une largeur de gamme et une massification, où le mélange de couleurs et d’originalité doit renforcer l’attractivité. L’utilisation de visuels est conseillée (production, origine), renforçant ainsi l’impression de proximité avec le producteur.
● Informer le consommateur sur la maturité de ces produits et leur conservation (éviter le froid notamment).
● Idéalement, proposer des regroupements de produits par lots. Exemple : vendre 4 ou 5 fruits exotiques différents ensemble, accompagnés d’une fiche de présentation / utilisation. Ces regroupements permettent d’augmenter les ventes et de valoriser des produits méconnus.