NUMERO : Nov-Déc 2011

NATEXPO 2011 : éco-innovations et tendances (suite)

…/… 55 hectares, et concoctent sur place avec le lait fraîchement trait des yaourts nature et aux fruits, du fromage blanc, du riz au lait, de la crème fraîche et du beurre. Leur dernière nouveauté : le riz au lait caramel au beurre salé.
Voyons loin, faisons court : la marque Oh ! Légumes oubliés lance la signature Produit d’Aquitaine qui garantit qu’au moins 95 % de la composition d’un produit est transformée sur le territoire concerné, afin de relocaliser la production dans le principe des circuits courts. Lancée actuellement sur le territoire d’Aquitaine, elle a pour vocation de devenir un modèle déclinable aux autres régions.
Mogettes de Vendée de Bioporc propose des haricots blancs du pays au bouillon de couenne et sel de Noirmoutier. La société intègre une filière porc plein air, de l’agriculteur naisseur au producteur d’aliment, en passant par l’abatteur et le transformateur.
La literie 1000 oreillers noue des partenariats étroits avec les exploitations agricoles du terroir local des Flandres, mais aussi avec d’autres régions de France et d’Europe du Nord. Notons la qualité des textes et des visuels qui contribuent à donner une forte identité de marque.
Gageons avec ce retour au local intelligent que nous trouverons bientôt des édulcorants naturels à base de miel local au goût neutre pour remplacer le sucre !

6 – Labels : branle-bas de combat

Tendance surlabellisation : le label bio EU tendant progressivement vers des normes à minima, les marques premium soulignent de plus en plus leur exigence supérieure avec une charte propre : les Volailles Bodin garantissent des poulets élevés au minimum 81 jours (alors qu’en 2012 seront commercialisé des 70 jours pour une volaille non fermière).
Bio, équitable ou local ? Pourquoi pas les trois ? Surfant sur l’engouement pour le local, le référenciel bio solidaire de l’association bio partenaire (qui le décline aussi en version bio équitable – démarche historique) commence à monter en force avec de plus en plus de marques adhérentes.

7 – Pourquoi s’emballer ?

Préoccupées de séduire les nouveaux consom’acteurs, les marques soignent pour l’instant peu l’eco-conception de leur packaging, la tendance étant plutôt au suremballage, emballage fraîcheur, à l’unité, dosettes, etc.
Félicitons donc les charcuteries Rostain qui proposent sur certains de leurs produits des emballages 50 % plus fins et plus étroits pour moins d’espace en linéaires et une place en transport réduite.
Mention très bien aussi pour les Mouettes Vertes, une jeune marque de design éthique qui conçoit trousses, pochettes, cartables, et sacs avec des chutes industrielle de tentes, stores…

8 – Consommation soutenable

La bio reste peu sensible aux grands principes de la consommation durable : comment vendre moins et moins cher, la convivialité en prime ? Mais les choses évoluent :
Vrac : ce mode de vente désormais courant, prend de l’ampleur et innove en sortant de l’alimentaire : Mobilwood lance un nouveau distributeur de produits d’entretiens multi-marque qui vient renforcer le distributeur de yaourt de Biocoop actuellement en test. Notons aussi de nouveaux distributeurs alimentaires de forme circulaire plus chaleureux et conviviaux.
Concentrons nous : Étamine du Lys lance les X concentrés, une gamme éco-concue de produits d’entretien très concentrés qui se coupent avec de l’eau potable avant utilisation : ce qui évite le surdosage, et permet 20 % d’économie à l’usage. Notons aussi dans la rubrique « pourquoi vendre de l’eau », la soupe de tomates sans eau de la Réserve de Champlat et le shampoing solide Douce Nature.
Consommation collaborative : Le co-achat devrait être encouragé. La jeune marque Mam’ Bio (Univers de bébé), encourage les mamans à commander à plusieurs pour bénéficier de prix intéressants.

9 – Communication :

vive l’amour et le design La bio commence à parler d’amour et d’eau fraîche plutôt que sanssans (paraben, conservateurs), et c’est tant mieux :
Voici le temps des graphisme rigolos (gamme chiens-chats de Nestorbio), des communications chaleureuses (Carte nature, Good Goût – aliments pour bébé), du design raffiné (soins pour hommes 66°30), et des noms de gamme à croquer : les secrets de miss bikini (Jardins de Gaîa), sweet memories, (fruits secs de Pural).