NUMERO : Nov-Déc 2011

RDV Bio

Présentation du document E. coli

A la suite de l’affaire des graines germées contaminées par E. coli, ceux – hélas nombreux – que le développement du bio gêne, n’ont pas raté cette occasion inespérée de dire que les produits bio ne seraient pas plus sains que les conventionnels, voire qu’ils comporteraient davantage de risques. Une affirmation évidemment dépourvue de tout fondement, comme le montre Claude Aubert dans le document cijoint. Bien connu des consommateurs pour son engagement pour le bio et pour ses nombreux ouvrages, Claude Aubert a suivi l’affaire des graines germées de très près et profite de ce document pour rappeler les incontestables avantages des produits bio pour notre santé. Ce document est destiné aux magasins spécialisées. Edité par solidarité aux entreprises qui ont souffert de cette affaire, mais également vis-à-vis du personnel en contact avec les consommateurs dont la tache n’a pas toujours été simple.

Approches globales d’évaluation de la qualité

Tel est le colloque organisé par l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique, dans le cadre d’un projet transversal porté par PEUV (Pour l’Emergence d’une UNIVERSITE du VIVANT) avec un financement de la FPH (Fondation pour le Progrès de l’Homme). Cette manifestation qui aura lieu le 1er et le 2 décembre prochain à Paris a plusieurs objectifs :
● obtenir une synthèse des connaissances sur les méthodes globales d’évaluation de la qualité
● comprendre l’intérêt de conduire des recherches avec et sur ces méthodes
● comprendre l’intérêt de ces méthodes pour la connaissance du vivant Au programme :
● présentation de différentes méthodes (morphogénétiques, biotechniques, sensorielles…)
● approches théoriques, méthodes d’objectivation…
● Témoignages, Tables rondes, ateliers (Bioélectronique, Analyses sensorielles, Bioscope, Ateliers d’olfaction – huiles essentielles, essences…)
●Perspectives Ce colloque se tiendra au Centre de Séjour Maurice Ravel (6 av. Maurice Ravel -75012 Paris). Renseignements : www.itab.asso.fr

La culture hors sol toujours interdite en bio

La FNAB nous informe sur l’adoption d’une motion sur la production bio sous serre, suite à l’assemblée générale de la Fédération Internationale des Mouvements de l’Agriculture Biologique (IFOAM), qui s’est tenue en Corée du Sud du 3 au 5 octobre dernier.
Que dit le texte approuvé par l’organisation mondiale de la bio ?
Les réglementations doivent s’inscrire en accord avec les préceptes de la production végétale biologique : en favorisant une agriculture cohérente avec la préservation des équilibres naturels du sol et des plantes, en recherchant l’équilibre en matières organiques, en rappelant que cette production est liée au sol y compris le sous-sol. En ce sens, et c’est bien l’enjeu principal, la culture hors sol y est très clairement proscrite.
Rappel du contexte :
Interrompues en 2001, les discussions relatives aux règles de production biologique sous serre ont repris en 2009 au sein d’IFOAM Europe. Au niveau communautaire, il s’agit de définir un cadrage spécifique pour ces conditions de production au sein de la réglementation communautaire des productions végétales biologiques, et ceci afin d’éviter les interprétations différentes lors de l’application des textes. Le sujet est au calendrier 2012 de la Commission européenne. La FNAB soutenue par l’AsaFi appelle à un cadre réglementaire communautaire relatif aux productions biologiques sous serre au sein duquel toutes pratiques en désaccord avec les principes de la production biologique végétale doivent être proscrites : Le sol nourrit la plante et ne peut être en aucun cas un simple substrat et support. C’est pourquoi la culture hors sol dont la production en bacs doit être interdite hormis le cas exceptionnel des plants biologiques à repiquer ; la fertirrigation doit être proscrite ; la période de conversion d’au moins deux ans pour les cultures annuelles ne peut être réduite et le chauffage et l’éclairage sous serre doivent être évités.