NUMERO : juillet-aout 2013

Sirops, sodas : pourquoi en bio…

Sirops bio : des atouts indiscutables

Les sirops bio servent régulièrement de comparateur quand on désire faire la différence entre le bio et le non bio. En effet, même si l’appellation est la même, les produits sont pourtant très différents à la fois sur la composition du produits, la qualité gustative, nutritionnelle et surtout sur le prix. Pour bien comprendre, il suffit simplement d’analyser la fabrication d’un sirop bio et celui du conventionnel.

1- Les matières premières sucrantes

Les matières premières sucrantes utilisées dans la fabrication des sirops représentent 50 à 70 % du coût total du produit. En bio, du sucre de canne roux bio non raffiné et du sucre de canne blanc bio sont généralement utilisés. En revanche, en conventionnel, différents sucres sont utilisés :

● du sucre de canne (conventionnel)

● sucre de betterave (conventionnel)

● glucoses-Isoglucoses (sucre de synthèse à base de maïs ou de blé et bon marché) et non garanti sans OGM.

2- les additifs utilisés

En conventionnel, de nombreux additifs sont utilisés pour améliorer la présentation du produit  ni ainsi que sa conservation. Les principaux sont :

● les colorants de synthèses ( E102, E121, etc.) ou naturels (le caramel de couleur brune, le paprika de couleur rouge)

● les conservateurs naturels ou chimiques (E221, E211, etc.)

● les autres sucres (sirop de glucose, fructose…)

● les arômes arti ciels ou naturels

● les exhausteurs de goût, stabilisants (E445) En bio, les additifs autorisés restent peu utilisés et tiennent compte de la réglementation bio. Sont autorisés par exemple :

● les conservateurs E330 (acide citrique), ou naturel, ( jus de citron bio)

● les arômes naturels et/ou bio (fruits ou plantes)

● les extraits naturels et ou bio (fruits ou plantes)

● les huiles essentielles biologiques. Ces additifs autorisés en bio peuvent coûter jusqu’à deux ou trois plus cher…

Rayon sirop bio : 10 parfums au minimum

Selon les fabricants, 10 références minimum sont souhaitables pour répondre aux attentes des consommateurs et pour obtenir une rotation optimale du rayon. Les références sont plus nombreuses en bio que dans le conventionnel et le classement des ventes diffèrent. Par exemple, la grenadine, la menthe et le citron représentent respectivement 27 %, 17 % et 13 % des ventes dans le conventionnel alors qu’elles sont de 17 %, 11 % et 9 % en bio. Rappelons, qu’une o re trop étroite n‘encourage pas les ventes et pour exister en linéaire il est indispensable d’avoir plusieurs facings.

 

Les avantages nutritionnels des sirops et sodas bio et leurs différences.

Dangers des composants synthétiques
Entre le conventionnel et le bio, il existe deux grandes différences dans la composition des sodas et sirops : la nature des sucres et celles des colorants. En bio, le sucre de canne non ra né apporte l’ensemble des éléments nutritionnels nécessaires à la métabolisation des sucres (vitamines B par exemple) alors qu’en conventionnel il s’agit :
● Soit de sucre ra né ou de sirop de sucre, dépourvus de vitamines ou oligo-éléments et donc 100 % « calories vides »,
● Soit, dans les versions «  sans sucres  », d’édulcorants synthétiques de toutes pièces créés par l’homme et surtout suspectés d’être neurotoxiques et cancérigènes.
Côté colorants, ils sont majoritairement obtenus par synthèse chimique et soupçonnés d’augmenter les risques d’allergies, d’asthme, de réactions cutanées, d’hyperactivité… ou encore de favoriser l’apparition de certains cancers, comme le colorant « caramel » E150d présent dans des produits de couleur brune. Bien loin du vrai caramel obtenu en chau ant des sucres, ce sul te d’ammonium est le résultat d’une réaction chimique obtenue par l’association de sucre, d’ammoniac et de sul tes portés à haute température et engendrant un sous-produit, le 4-méthylimidazole (4-MEI), qui selon certaines études, se révèle être une substance cancérigène.

 

Les sodas bio : garantie sans chimie

Jadis quasiment inexistant en bio, limonade, citronnade (boisson traditionnelle méditerranéenne à base de citron et de sucre non gazeuse), soda et toutes autres préparations similaires, comme les jus de pomme gazéifiés sont à présent disponibles. Contrairement au conventionnel , ces boissons ont la particularité d’être composées que de produits bio et/ou naturels. Rappelons qu’en cas d’utilisation d’eau, celle-ci ne peut être bio. Elle doit seulement répondre aux exigences réglementaires nationales en vigueur.

Des matières premières nobles

Pour l’élaboration de ces produits seules des matières premières de qualité sont utilisées. Le sucre est non raffiné et issu généralement de canne et souvent de filière équitable. Pour des raisons nutritionnelles, le sirop d’agave est aussi une alternative. Les jus de fruits, les concentrés seront bio, les extraits naturels de plantes dont la noix de cola pour les boissons au cola aussi. Les arômes utilisés ne sont que naturels ou bio. En n, le gaz utilisé pour la gazéification autorisé dans les listes positives est tout simplement du gaz carbonique.

Thés, cafés glacés :

Les thés glacés bio sont des boissons à la fois stimulantes et rafraichissantes donc idéales pour l’été. Ils se substitueront tout naturellement aux sodas et autres boissons glacées du type ice-tea, souvent trop riche en additifs et en sucre. Selon les thés et leur teneur en théine souvent faible, ils peuvent être consommés à tous moments de la journée…