NUMERO : Nov-Déc 2006

Tout savoir sur – Les tisanes bio

Fabrication des tisanes

PRODUCTION

En France, les plantes qui servent à l’élaboration des tisanes bio sont cultivées selon la méthode AB par de petits producteurs qui commercialisent eux-mêmes leurs produits ou sont en relation avec des transformateurs, lesquels ont conclu avec eux des contrats préalable. Toutefois, avec l’augmentation de la demande de ces plantes, liée au développement des cosmétiques «BIO» et aux exportations françaises, les importations modifient ce marché en pleine expansion, en optimisant les sources qualitative. 

  CUEILLETTE

La période de cueillette selon la partie de la plante utilisée est prépondérante pour la qualité du produit final. Notons que certaines plantes ne sont pas cultivables et sont originaires de cueillettes sauvages.

 

SÉLECTION DES MATIÈRES PREMIÈRES

Les plantes utilisées pour la confection des tisanes sont les parties nobles du produit : feuilles et fleurs entières (florescence).

 

MONDAGE

 C’est un tri mécanique ou manuel qui s’effectue pour certains types de plantes (menthe, verveine…). Il consiste à récupérer les meilleures parties de la plantes à utiliser pour l’élaboration des tisanes. Quand il est mécanique, il est réalisé après séchage.

 

SÉCHAGE

Il se fait généralement de manière naturelle :  à l’air libre,  à l’abri de la lumière et à l’abri du soleil. Pour des raisons qualitative et économique, l’utilisation d’air chaud pulsé (avec contrôle de la température) ou extracteurs d’humidité sont également autorisés en bio.

 

TAMISAGE

Avec la cueillette, cette étape est celle qui déterminera la qualité finale d’une tisane.
Le tamisage permet d’éliminer une grande partie des impuretés suite au séchage (branches, herbes, cailloux, etc.). Il est adapté en fonction des plantes à traiter. Il se fait à l’aide de tamis (souvent en inox) qui vibrent et qui laissent passer, selon la grosseur des trous, les différents résidus. Habituellement, trois niveaux de tamisage existent. 

NIVEAU 1

La partie noble des plantes est conservée (feuilles, fleurs entières, racines…)

NIVEAU 2

La partie des plantes non restée au niveau précédent se retrouve à ce niveau. La qualité des tisanes faites avec ces produits sera moindre (feuilles cassées, partie de fleurs) et moins coûteuse. Des arômes pourront y être rajoutés pour des préparations spéciales. Ils sont très peu utilisés en bio car leur utilisation diminue la DLUO des tisanes. (durée de vie aromatique très faible)

NIVEAU 3

A ce niveau, on ne retrouve que les petites particules des plantes qui sont facilement passées à travers les deux premiers tamis. (feuilles brisées, petites tiges, poussières…)

 

COUPE

Elle est effectuée pour les infusettes en fonction des plantes et sur les morceaux de feuilles passées au niveau 1. Le réglage de la coupe se fait en fonction de la porosité du sachet (1 à 2 mm). Lors d’un tamisage de niveau 3, cette étape n’est pas nécessaire car les particules sont déjà trop petites. On procède directement au remplissage (une étape en moins donc moins coûteuse).

 

REMPLISSAGE – CONDITIONNEMENT

Après mélange ou pas, les sachets sont remplis manuellement ou mécaniquement de plantes. Les sachets utilisés respectent les normes alimentaires en vigueur en Europe. Ils sont généralement stérilisés et blanchis à l’aide d’hydrogène et non au chlore comme d’autres pays.

En France en 2005, c’est la production de Plantes à Parfums, Aromatiques et Médicinales (PPAM) qui a connu la plus forte progression en Bio avec une hausse de 16 %. La 1ère région productrice étant la Région Rhône-Alpes (+11 %) avec 934 Ha devant la région PACA avec 803 Ha (+20 %).