Un avocat bio permet d’économiser 17,6 litres d’eau

Partagez cet article

Eosta, entreprise hollandaise spécialisée dans l’importation, l’exportation et la distribution de fruits et légumes bio, a fait calculer l’impact de divers produits biologiques sur l’eau, le climat et le sol. Les chiffres, partagés sur les sites internet www.eosta.com et www.natureandmore.com, permettent de démontrer que la méthode de production biologique, de fruits et de légumes, offre des avantages durables évidents par rapport aux méthodes conventionnelles.

« Depuis 8h, ce matin, nos avocats biologiques ont permis d’économiser 78 619 litres d’eau » Tel était le message affiché sur un panneau de 3 x 5m lors de l’action menée dernièrement aux Pays-Bas par Eosta.

Calculs effectués par un cabinet spécialisé dans l’analyse de l’impact écologique

« On sait que l’augmentation explosive de la consommation d’avocats entraîne une pénurie d’eau dans les pays de production. Mais opter pour les avocats biologiques permet d’économiser 88 litres d’eau par kilo d’avocats par rapport aux avocats conventionnels. Les sols biologiques contiennent plus de carbone organique et sont donc plus spongieux permettant d’économiser jusqu’à 40 % d’eau. De plus, la plupart des avocats d’Eosta proviennent de producteurs du Kenya qui utilisent principalement de l’eau de pluie. Une ressource bien plus durable que l’irrigation des eaux de surface », souligne Eosta dans un communiqué.

En 2020, Eosta a vendu près de 3,5 millions de kilos d’avocats biologiques, représentant une économie de 126 piscines olympiques remplies d’eau potable, 260 camions remplis de terre fertile et 300 tonnes de CO2 équivalentes à des émissions de gaz à effet de serre, par rapport aux méthodes conventionnelles. Les calculs ont été effectués par Soil & More Impacts, un cabinet de conseil basé en Allemagne et spécialisé dans l’analyse de l’impact écologique. Soil & More Impacts travaille avec les modèles de calcul de la FAO, l’Organisation mondiale de l’alimentation.

« Optez pour le bio – en toute logique »

« Nous rendons les chiffres publics pour que les consommateurs puissent faire des choix conscients. Optez pour le bio – en toute logique », déclare Volkert Engelsman, PDG d’Eosta, qui invite les chaînes de magasins à utiliser ces chiffres et à accroître ainsi radicalement la transparence alimentaire. « Nous aimerions créer des dispositifs de décomptage pour des acheteurs, produits et cultivateurs spécifiques. Les détaillants de l’alimentaire semblent avoir parfois peur de la transparence. En l’occurrence, il n’y a rien à craindre. Je mets les supermarchés au défi de montrer aux consommateurs ce que le choix de l’agriculture biologique signifie pour l’eau, le sol et le climat. »

Pourquoi le bio est plus performant

La différence tient au fait que les producteurs biologiques prennent soin du sol et utilisent les processus naturels plutôt que la chimie. Les sols biologiques contiennent plus de carbone organique et ont une meilleure structure, leur permettant de fonctionner comme une éponge qui retient l’eau. Mais n’oublions pas non plus les avantages en matière de biodiversité, de diminution de la pollution, de meilleure empreinte carbone dans le sol, de diminution de l’érosion et de l’éluviation, etc. « Depuis le 1er janvier 2020, Eosta a permis d’économiser environ 40 millions de kg de terre, près de 5 000 tonnes de CO2 et 800 millions de litres d’eau par rapport à la culture conventionnelle », conclut Eosta.

Eosta représente plus d’un millier de producteurs biologiques et biodynamiques sur six continents, atteignant les consommateurs dans toute l’Europe et au-delà. Le siège social est situé aux Pays-Bas.

Partagez cet article