NUMERO : janv-fév 2009

Vin « bio » : où en est la réglementation européenne ?

Comment ça fonctionne aujourd’hui ?

Sur le plan réglementaire le terme « Vin Biologique » n’a pas d’existence légale car il est exclu de la législation des produits transformés «Bio». Depuis le 1er janvier 2005, le logo AB est autorisé sur les étiquettes mais la mention «vin issu de raisin de l’Agriculture Biologique» est obligatoire. Difficile pour le consommateur de s’y retrouver : le raisin est bio et le vin ? En attendant la législation sur la vinification «bio» prévue pour 2010, les professionnels de la viticulture ont mis en place, depuis quelques années déjà, des chartres privées pour garantir une vinification «naturelle». Contrôlées par des organismes indépendants, l’objectif de ces chartres privées (FNIVAB, Nature & Progrès, Demeter ou Biodyvin) est de garantir une vinification avec un minimum d’additifs et auxiliaires technologiques. A savoir, que la vinification conventionnelle autorise, dans certaines mesures, l’utilisation de plusieurs dizaines d’additifs, d’ingrédients et d’auxiliaires technologiques permettant de corriger certains défauts du vin, liés aux conditions de culture (météo), de vendange et de vinification : correcteurs d’acidité, chaptalisation, utilisation de levures exogènes, enzymes, stabilisateurs, anti-oxydants, colorants…
Les chartes mises en place par les vignerons bio, limitent ou interdisent leur utilisation et préconisent plutôt les actions mécaniques. Rappelons qu’en bio «la qualité du vin se fait en grande partie dans la vigne».

Comment s’élabore la nouvelle réglementation vinification ?

Avant que la Commission Européenne entame les discussions définitives sur la réglementation de la vinification biologique, un programme de recherche financé par l’UE a débuté en 2006 : ORWINE
Il a pour objectif de réglementer la vinification biologique dans les pays de l’Union Européenne. Dotée d’un budget européen de 1400 K€ sur 3 ans, il implique différents pays et partenaires :
● pour l’Allemagne : Ecovin (Association de producteurs biologiques), Université de Gesenheim
● pour la Suisse : FIBL (Institut de recherche en Agriculture Biologique)
● pour l’Italie : AIAB (Association de producteurs biologiques), Université d’Udine, Université de Piazença, Vinidea (PME spécialisée dans la formation et la communication dans le domaine viticole)
● pour la France : ITAB, IFV, INRA de Montpellier
● pour les autres pays viticoles de l’Union : IFOAM EU.

Constats pour la filière

A travers toutes les enquêtes réalisées depuis 2006, le programme Orwine a permis de mettre en évidence un certain nombre de tendances et d’orientations de la filière vins biologiques :
● une majorité de producteurs et de metteurs en marché souhaite un réglement européen qui définisse clairement ce qu’est la vinification biologique- les consommateurs sont attirés par le concept “biologique” mais manquent de connaissances et d’informations sur les différences entre un vin bio et un vin conventionnel
● les vins biologiques sont en compétition sur le marché avec les vins conventionnels, leur qualité doit donc être au moins équivalente
● un réglement “zéro intrant” (interdire l’utilisation de tous additifs et auxiliaires technologiques et notamment le SO²) ferait prendre un risque qualitatif et commercial, inacceptable pour la majorité des vignerons
● il est possible de réduire de façon significative l’utilisation d’additifs chimiques grâce à l’utilisation de “techniques douces” (gestion de l’oxygène et des températures, méthodes physiques ou biologiques…)

Les propositions

Fort de ce constat, le programme Orwine proposera prochainement à la Commission Européenne, des recommandations sur la vinification biologique. Elles consisteront en :
● une limitation du taux de SO² total par rapport aux vins conventionnels
● une liste positive des additifs et auxiliaires utilisables pour la vinification biologique
● une interdiction des additifs non compatibles avec les principes de l’AB
● une limitation de certains additifs et pratiques qui pourraient avoir un impact négatif sur l’expression des cépages et/ou du terroir.

Consultations

Avant la rédaction des recommandations finales pour la Commission Européenne, le programme Orwine a largement consulté toute la filière bio (producteurs, metteurs en marché de vins biologiques européens, etc.) via une enquête internet qui a pris fin le 30 Novembre 2008.

Toutes les remarques seront donc prises en compte pour la préparation d’un projet de réglement européen de vinification biologique acceptable par l’ensemble de la filière et qui puisse prendre en compte les situations ou besoins spécifiques. Une présentation finale doit avoir lieu le 20 février prochain lors du salon BIOFACH 2009 à Nuremberg en Allemagne.