NUMERO : N° 68 – Novembre décembre 2016

Les soupes… maison, en briques ou en sachets…

La soupe pour les pauvres ? Que nenni ! Désormais les bars à soupes fleurissent dans toutes les grandes villes et sont devenus des incontournables. Il est donc temps de les remettre au goût du jour et d’informer vos clients de tous les bénéfices santé qu’ils peuvent retirer d’une consommation quotidienne de soupes bios, qu’elles soient maison, en briques, en Doypack®, en bouteilles ou en sachets.

Il commence à faire froid et une des meilleures façons de se réchauffer le midi et le soir (même parfois le matin pour certains de vos clients) est de boire une bonne soupe. Qu’elles soient réalisées « maison » avec des légumes bios de vos rayons frais ou surgelés, ou qu’elles proviennent de votre rayon épicerie (briques, Doypack®, bouteilles, sachets) ; elles doivent être mises en valeur et à l’honneur.

Par définition, le potage est un bouillon dans lequel on a fait cuire des aliments solides et la soupe désigne un potage épaissi par du pain ou encore des aliments solides non passés. N’en déplaise à nos anciens, même si la soupe ne fait pas grandir, elle possède des vertus indéniables sur la santé et c’est un excellent moyen de consommer et/ou de faire manger des légumes à toute la famille.

Pourquoi conseiller de manger des soupes quotidiennement ?

Elles participent à l’hydratation

Ne pensez-pas qu’en hiver on ne transpire pas. En effet, certains bureaux ou certaines habitations sont beaucoup trop chauffées et des pertes hydriques peuvent être aussi importantes qu’en été, sans même s’en apercevoir. Ainsi, boire un bol de soupe au repas permet de fournir entre 250 à 300 ml d’eau, nécessaire à l’élimination des toxines et toxiques, à la diminution des risques de calculs rénaux et d’infections urinaires, et très utile pour lutter contre la constipation.

Elles ont un effet satiétogène et sont les alliés de la minceur

Comme elles n’apportent qu’une trentaine de calories aux 100 ml (soit moins de 75 calories pour un bol complet), les soupes de légumes possèdent une faible densité calorique. Prises en tout début de repas, elles sont donc un bon moyen pour être rassasié plus rapidement et leur consommation quotidienne peut ainsi aider tous vos clients désirant perdre du poids ou le maintenir. Selon les résultats de l’étude française SUVIMAX, les consommateurs de soupe sont généralement plus minces que ceux qui n’en consomment pas.

Elles ont une bonne densité nutritionnelle

Quand les aliments qui les composent sont cuits doucement et pas trop longtemps, tous les nutriments essentiels (vitamines, potassium) et surtout les antioxydants qui luttent contre l’excès de radicaux libres responsables du vieillissement et de certaines maladies, restent majoritairement préservés.

Elles contiennent des fibres

Les fibres insolubles améliorent le transit pendant que les fibres solubles augmentent le sentiment de satiété et diminuent les pics de glycémie après les repas. L’idéal pour en conserver un maximum est de peu mixer la soupe et donc de laisser quelques morceaux ou de conseiller des soupes déjà prêtes peu mixées.

Mixage et/ou Pommes de terre dans le potage : impact sur l’IG

La présence de pommes de terre dans les potages et plus particulièrement quand ils sont mixés augmente considérablement l’index glycémique du repas.

Ainsi, il est préférable d’éviter l’ajout de pommes de terre et/ou de mixer complètement les potages si vos clients ont déjà un tour de taille élevé ou s’ils sont diabétiques.

Dans ce cas, préférez des soupes 100 % légumes, sans pommes de terre et conseillez toujours de laisser des morceaux.

Elles permettent de rétablir l’équilibre acido-basique

Quand elles ne sont constituées que de légumes, leur consommation quotidienne permet de rétablir l’équilibre acido-basique en contrebalançant l’acidité provoquée par un excès de protéines animales (viandes, poissons, fromages…) ou végétales (céréales, légumineuses, oléagineux…).

Les soupes ont donc de véritables avantages nutritionnels et elles participent aux recommandations unanimes de manger au moins la moitié de ses apports sous forme de végétaux.

Que recommander pour une meilleure valeur nutritionnelle des soupes

À côté des traditionnels légumes de saison, et pour remplacer les pommes de terre dont l’IG est élevé, vous pouvez conseiller l’ajout :

  • de légumes secs riches en protéines et en fibres comme les lentilles (vertes ou corail), les pois cassés, les pois chiches, les haricots lingots ou rouges…
  • de céréales ou assimilés : boulgour, quinoa, sarrasin, riz ou pâtes complètes (comme dans la soupe minestrone) …
  • de patate douce dont l’IG est plus bas.

Les soupes prêtes à l’emploi : Conventionnel Vs Bio

Par manque de temps ou d’envie de se mettre à cuisiner, vos clients veulent se tourner vers un peu plus de facilité mais ont bien souvent des appréhensions sur les qualités nutritionnelles des soupes déjà prêtes.

Vous devez donc rassurer vos clients sur la qualité nutritionnelle de vos soupes en sachets, en Doypack®, en bouteilles ou en briques par rapport à la plupart de celles du conventionnel. En effet, il y a de quoi être effrayé à la lecture de la composition de celles du conventionnel, bien éloignées de ce que vos clients pourraient faire chez eux.

Leurs différences par rapport aux soupes conventionnelles

La plupart des soupes en sachets de grandes marques du conventionnel ou de marques de distributeurs, usent et abusent du marketing et d’ingrédients non autorisés en bio bien sûr et sans nul doute néfastes pour la santé sur le long terme.

Les soupes de « poule aux vermicelles » par exemple se targuent d’avoir une saveur à l’ancienne, mais cumulent en fait ce que l’on fait de pire en matière d’ingrédients et d’abus du marketing. L’industriel peut noter en gros caractères sur le devant, le mot « Poule » mais quand on regarde la liste des ingrédients, toujours derrière et écrit en tout petit, on a parfois moins de 4 % de volaille et encore, il s’agit de « graisse de poule » et « d’extrait de poulet ». Par contre, l’industriel ne se gêne pas pour incorporer deux tiers d’un ingrédient qui ne coûte pas cher : le vermicelle !

Soupes et teneur en sel

On reproche souvent aux soupes déjà prêtes qu’elles sont riches en sel, mais dites également à vos clients que celles qu’ils réalisent chez eux peuvent l’être aussi avec l’ajout de cubes de bouillons.

Pour rappel, les apports recommandés en sel sont de 5 g maximum par jour et en effet, certaines soupes du conventionnel, mais également celles réalisées à la maison, peuvent couvrir la moitié des apports avec un seul bol.

Sachez que dans ce domaine, les fabricants bio ont fait des efforts et les teneurs ne cessent de diminuer : une très bonne chose nutritionnellement parlant !

Pour les soupes maison, préconisez toujours à la place du sel ou des bouillons cube, l’ajout d’herbes aromatiques (thym, laurier, cerfeuil, persil, ail, oignon, échalote) ou d’épices (clou de girofle, curcuma, poivre) riches en antioxydants.

Et bien souvent sont aussi retrouvés :

  • λ du sirop de glucose, de la maltodextrine (des sucres qui se digèrent très vite),
  • λ des arômes non naturels qui perturbent totalement les repères gustatifs.
  • λ un ou plusieurs exhausteurs de goût, également 100 % artificiels et qui pour certains stimuleraient l’appétit.
  • λ des ingrédients qui n’ont aucun intérêt nutritionnel et sont de véritables « calories vides » comme la farine ou l’amidon de maïs ou de blé (raffinés). Ces composants glucidiques se digèrent très vite et occasionnent des pics de glycémie après le repas.
  • λ des stabilisants de la famille des polyphosphates qui sont sur la sellette car ils diminueraient la densité osseuse et perturberaient la fonction rénale.
  • λ des antioxydants 100 % synthétiques au nom barbare comme le BHA (ButylHydroxyAnisol) dont les effets sur la santé sont encore méconnus. Le programme national toxicologique des Etats-Unis le considère d’ailleurs comme un cancérogène potentiel.

Au final, vous pouvez dire à vos clients que certaines soupes du conventionnel en sachets relèvent beaucoup plus de la CHIMIE que de la VRAIE RECETTE de grands-mères.

Mais qu’à l’inverse, VOS soupes, qu’elles soient en sachets, en bouteilles ou en briques, sont dépourvues de ces ingrédients du conventionnel… de quoi rassurer pleinement vos clients.

Rapides à préparer, ces soupes bios permettent d’éviter la séance épluchage, découpage et sont donc à conseiller aux personnes qui n’ont que peu de temps à consacrer à la préparation le soir ou qui veulent le midi par exemple profiter des bienfaits des légumes au bureau ou sur leur lieu de travail.

Angélique Houlbert
Nutritionniste

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here