NUMERO : nov-dec 2005

propolis – La Propolis

La propolis, c’est quoi au juste ?

La propolis est une substance résineuse prélevée par les abeilles au printemps et à l’automne sur les bourgeons l’écorce, les tiges, les feuilles de certains arbres. Elles la rapportent à la ruche et la mélangent à de la cire et à leurs sécrétions salivaires.

Quelles utilisations pour la ruche ?

La Propolis est « la Garantie Santé » de la ruche. Les abeilles en déposent sur le sas d’entrée pour assainir les entrées et sorties des butineuses. Elles colmatent toutes les fissures, les rayons en mauvais état. Elles en tapissent les cellules avant que la reine ne vienne y pondre. Enfin, après avoir tué les intrus, insectes et petits animaux, elles les embaument avec la propolis pour éviter une contamination dans la ruche.

Quels sont ses composants ? 50 à 55 % de résines et de baumes, 30 à 40 % de cire, 5 à 10 % d’huiles essentielles, 5 % de pollen, 5 % de matières diverses. De très nombreux flavonoïdes, de la vitamine B3, des minéraux et oligo-éléments. Signalons que sa composition moléculaire varie constamment. C’est le secret de son efficacité : elle évite en effet que les agents pathogènes ne mutent pour contrer son action.

Les flavonoïdes ?  Ce sont des pigments contenus dans le thé, le vin rouge, les fruits et légumes et la propolis. Ils ont des vertus antioxydantes : c’est-à-dire qu’ils aident à neutraliser les dangereuses molécules d’oxygène, les radicaux libres, qui apparaissent spontanément dans l’organisme. Ils les empêchent ainsi d’endommager les tissus et de provoquer des maladies.
C’est la synergie de nombreux flavonoïdes qui confèrent à la propolis son efficacité.

Ses propriétés
• Antibiotiques et fongicides contre certaines espèces de champignons (Candida albicans)
• Cicatrisantes
• Anti-inflammatoires
• Bénéfiques sur certains processus immunologiques : meilleure résistance aux agressions

Dans quels cas la conseiller ?
1 – Phénomène infectieux et inflammatoires : zone ORL et respiratoire : rhino-pharingites, sinusites, trachéites, angines banales, hyper sensibilité saisonnière…
2 – Hygiène bucco-dentaire : aphtes, gingivites, douleurs et infections dentaires…
3 – Sphère dermatologique : coupures, crevasses, petites brûlures, coups de soleil, verrues…
4 – Certaines affections digestives inflammatoires : gastrite et colite * en association avec d’autres approches thérapeutiques

Il n’y a pas de véritable contre-indication à la propolis. Des réactions peuvent survenir. Elles sont généralement de faible amplitude. Un test avant usage peut être utile aux allergiques.

A savoir

La propolis commercialisée doit offrir des garanties sanitaires : elle doit être débarrassée des impuretés, de l’excès de cires, indemne de toute contamination bactériologique, des métaux lourds et non irradiée.

Une propolis « bio » de qualité apithérapique est à privilégier : elle offre notamment une meilleure concentration en principes actifs, en évitant les nourritures artificielles (sucre…), et en autorisant un taux de cire Inférieur à 30 %). Elle permet aussi de dynamiser la propolis, ce qui préserve ses vertus énergétiques et vibratoires.

Sous quelles formes rencontre-t-on la propolis ?
Elle est vendue en substance seule :
• Tablettes à mâcher, pastilles à sucer, spray,
teinture alcoolique, pour la sphère ORL et buccale
• Granulés, poudre en vrac ou en gélules : zone pulmonaire, digestive, système immunitaire

Ou en association avec du miel, pollen, gelée royale,
argile…
• En hygiène et cosmétique : gel buccal, dentifrice,
shampooing, lait, crème…
• Problèmes cutanés : pommade

L’apiculteur prélève environ 150 g de propolis par ruche et par an.
Une ruche compte entre 50 à 60 000 abeilles, soit moins d’1 cm3 par abeille : sans la propolis, les abeilles seraient
décimées régulièrement !
*Ces informations ne se substituent en aucun cas à un diagnostic ou à une prescription médicale.