NUMERO : N°69-Janvier Février 2017

Les bienfaits nutritionnels de la viande

On ne parle plus que de protéines végétales… Qu’elles ont moins d’impact sur la santé, qu’elles coûtent moins cher à l’achat ou encore qu’elles sont meilleures sur le plan environnemental. On les met tellement à l’honneur que l’on en oublierait même de rappeler que l’Homme est ancestralement un chasseur, parfaitement adapté pour consommer la viande bio que vous vendez dans vos magasins.

Ce que l’on reproche aux viandes

Désormais, vos clients se cachent presque quand ils achètent de la viande ou tout du moins, ils culpabilisent quand elle arrive dans leur assiette. Sans compter que le Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC) suggère de consommer moins de viandes rouges et de viandes transformées sous peine d’augmenter les risques de cancer. Donc oui, la viande fait peur… Seulement, c’est plutôt la viande grillée ou les viandes transformées, et notamment les charcuteries et surtout certains produits du conventionnel comme les nuggets qui sont associés à un risque de cancer digestif plus élevé (estomac et colorectal) en raison des nombreux additifs qui les constituent et qui réagissent avec le fer naturellement présent dans la viande.

Un autre argument contre la viande est son prix ! Seulement, même si votre viande bio est plus chère que celle du conventionnel, il faut juste dire à vos clients d’en manger moins au cours de la semaine et de respecter ce fameux adage : manger moins mais manger mieux !

Côté nutrition, et plutôt équilibre acido-basique, on sait aussi que manger trop de protéines animales engendre une acidification de l’organisme et donc une déminéralisation. Il faut donc trouver le juste milieu et ajouter systématiquement des végétaux (légumes et fruits sous toutes leurs formes) au même repas apportant une portion de viande.

Afin de redorer le blason de vos viandes bios non transformées auprès de vos clients omnivores, vous pouvez aussi avancer d’autres arguments.

Ce sont d’excellentes sources de protéines

Les viandes sont en effet riches en protéines de bonne valeur biologique et avec un bon coefficient d’utilisation digestive. Si vous devez expliquer cela à vos clients de manière plus simple, dites simplement que les protéines animales contiennent tous les acides aminés indispensables et que leur utilisation réelle par l’organisme est optimale.

Pour rappel, les protéines sont les principaux éléments qui constituent les muscles, les os, les organes internes et la peau. Mais elles sont aussi essentielles pour synthétiser :

  • les anticorps qui soutiennent les défenses immunitaires,
  • les neurotransmetteurs au niveau du cerveau,
  • les hormones,
  • les enzymes et bien d’autres substances qui remplissent des rôles très importants.

D’ailleurs, elles doivent être apportées en quantité suffisante en cas de désir de perte de poids pour non seulement éviter que l’organisme ne puise dans ses réserves et que l’on assiste alors à une perte musculaire et osseuse mais aussi pour limiter le risque d’avoir faim. En effet, les protéines rassasient longtemps et réduisent quasiment automatiquement l’apport calorique total de la journée car elles diminuent le taux de ghréline (hormone de la faim et des pulsions alimentaires) et elles augmentent les hormones qui contrôlent la satiété.

De meilleurs profils en acides gras pour les viandes bios

Les viandes du conventionnel sont majoritairement issues d’élevages plus ou moins intensifs dans lesquels les animaux sont nourris avec des céréales riches en acides gras oméga-6 qui sont pro-inflammatoires, c’est à dire qui favorisent l’inflammation.

Les viandes issues de l’agriculture biologique ont quant à elles, une composition en acides gras bien meilleure car les animaux n’ont généralement pas la même alimentation.

De moindres teneurs en polluants dans les abats

Concernant les abats, comme le foie, les rognons, la langue, les ris, le cœur, la cervelle… là aussi, ils regorgent de nutriments essentiels. Mais les abats non bios ne devraient même pas être consommés, ni même conseillés, sous peine d’ingurgiter une bonne quantité de polluants dans le même temps car ces organes concentrent tous les produits toxiques et les médicaments (les antibiotiques par exemple).

De précieux nutriments

Les viandes, les volailles, les abats, fournissent non seulement des protéines, mais aussi de la vitamine B12 absente du règne végétal, du zinc et du fer héminique parfaitement disponible pour l’organisme et essentiel pour les femmes en âge de procréer, les enfants et les adolescents.

Angélique Houlbert
Nutritionniste

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here