NUMERO : N°73-Septembre Octobre 2017

Les plantes du cerveau et de la mémoire

Partagez cet article

Trous de mémoire, défaillance, oubli…  Et si le contenu de notre assiette était en cause ?

Il est, en effet, possible de développer et sauvegarder sa mémoire par le choix d’une assiette équilibrée. Évidemment, en premier lieu, bien choisir ses aliments… bio.

Les aliments ennemis à éviter… ou la liste noire de la mémoire

  • le fast-food : une pollution pour le cerveau, un perturbateur des fonctions cérébrales,
  • les sucres concentrés, qui favorisent le vieillissement cérébral,
  • les aliments frits, panés, gras et huiles chauffés : des pro-inflammatoires nocifs pour les membranes qui conduisent l’influx nerveux du cerveau et rendent plus difficiles les connexions entre les neurones,
  • les alcools de distillation (apéritifs, digestifs, alcools forts…),
  • le glutamate monosodique, accusé de modifier le métabolisme du cerveau,
  • l’aspartame, édulcorant controversé pouvant provoquer une grande perte du tonus cérébral,…

Les aliments amis, à privilégier

Millet, germe de blé, quinoa, chia, oignon, persil, noisette, amande, germinations, petits fruits sauvages, baies, poissons sauvages, …

Les plantes bénéfiques

Trois plantes  améliorent la vascularisation et le tonus veineux en général et principalement au niveau du cerveau : les feuilles de ginkgo biloba, la feuille de Petite pervenche (vincamine), l’écorce de Marron d’Inde (vitamine P). Elles donnent une nouvelle jeunesse au cerveau et un coup de pouce à la mémoire, la vigilance, la concentration.

D’autres sont également très utiles :

  • absinthe,
  • aubépine, en association avec le gingko : améliore la mémoire en stimulant l’irrigation du cerveau,
  • céleri,
  • éleuthérocoque, racine utilisée contre la fatigue intellectuelle et les troubles de la mémoire,
  • girofle,
  • mélisse ; plante anti-stress, apaisante pour les personnes vulnérables qui mangent leurs émotions,
  • vigne rouge,
  • angélique,
  • basilic, calme les effets de la tension nerveuse,
  • maca,
  • sariette,
  • scutellaire : alimente et fortifie les nerfs, apaise le stress et l’angoisse,
  • bacopa, plante de la médecine ayurvédique qui sert à améliorer les facultés intellectuelles.

On l’appelle l’accélérateur des neurones.

Les H.E. à privilégier

  • basilic (Ocimum basilicum),
  • girofle (Eugenia caryophyllata),
  • cyprès (Cupressus sempervirens) : favorise la circulation au niveau du cerveau et évite les pertes mémorielles.

Les suppléments alimentaires à rechercher

  • pollen
  • gelée royale (vit. du groupe B) : stimulation de l’activité intellectuelle,
  • ginseng, éleuthérocoque ou maca : des « antifatigues » qui stimulent les capacités de la concentration,
  • laitance de poisson,
  • omega 3 : le cerveau a besoin d’omegas 3 (surtout de molécules à très longue chaîne : acide eïcosapentaénoïque -EPA- et docosahexénoïque -DHA- qui augmentent la résistance au stress en inhibant des composés inflammatoires appelés cytokines.

Parmi les causes les plus fréquentes de la mémoire défaillante, on peut citer :

  • les troubles du sommeil : le sommeil profond est le meilleur facteur réparateur de la mémoire qui flanche,
  • les excitants, l’usage démesuré du café, du cannabis, de l’ectasy,
  • les carences alimentaires : en protéines, phosphore et acides gras essentiels,
  • certains médicaments : anxiolytiques, somnifères, anti-inflammatoires,
  • l ‘hypertension, l’hypercholestérolémie,
  • le diabète mal soigné,
  • la dépression, l’anxiété chronique,
  • l’hyperthyroïdie,
  • le syndrome d’hyperactivité…

En bref, une hygiène de vie et une assiette équilibrées : des atouts majeurs pour « garder toute sa tête » et ses facultés tout au long de sa vie !

Jean-Claude Rodet

Partagez cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here