NUMERO : Mars-avril 2011

Une huile au secours des articulations et de la peau

Des petites graines de l’Oenothera biennis, une plante d’origine nord-américaine, est obtenue par pression à froid, une huile qui s’avère particulièrement salvatrice pour la peau, les articulations et les inconforts féminins de fin de cycle….

Composition de l’huile d’onagre

L’huile vierge d’onagre possède une importante teneur en acides gras polyinsaturés et en particulier en Acide Linoléique (AL) qui est l’acide gras essentiel précurseur de la série des oméga-6 et surtout en Acide Gamma-Linolénique (GLA) qui lui confère une grande partie de ses propriétés.
Le GLA n’est pas un acide gras qualifié d’essentiel puisque l’organisme est capable de le synthétiser à partir de l’acide linoléique. Toutefois, il arrive que dans certaines situations pathologiques (diabète, hypercholestérolémie, eczéma) ou certaines carences (en zinc notamment), le GLA vienne à manquer. Une supplémentation en huile d’onagre est donc dans ces cas précis une façon de soutenir l’organisme de façon ponctuelle.
Et même si c’est une huile riche en oméga-6, sa teneur en acide gamma-linolénique en fait une des principales huiles qui agit sur la synthèse et l’entretien de l’épiderme, qui améliore le confort féminin et en particulier les syndromes prémenstruels par réduction des oestrogènes et qui serait anti-inflammatoire, antiagrégant plaquettaire, anti-thrombotique et vasodilatatrice. Ces effets extrêmement positifs sur l’organisme sont attribués au GLA qui va donner naissance à l’acide di-homo-gamma-linolénique (DGLA), lui-même précurseur de substances essentielles : les prostaglandines de série 1 (PGE1), les leucotriènes de série 3 (LTC3) et les Thromboxanes de série 1 (TXA1).

Une aide efficace en cas d’eczéma

Dans plusieurs pays (Allemagne, Espagne, Italie, Irlande, Australie et Danemark), l’huile d’onagre est utilisée et reconnue pour le traitement de l’eczéma. L’effet sur les démangeaisons est particulièrement important et corrélé à l’élévation du taux de DGLA. Toutefois, la prise d’huile d’onagre doit être recommandée sur une longue période, généralement sur plusieurs mois, à raison d’au minimum 2 grammes par jour pour en recueillir tous les effets bénéfiques.

Une action sur le maintien de la souplesse et de l’élasticité de la peau

L’huile d’onagre possède une action protectrice sur tout le tissu cutané. C’est donc pour vous une huile de choix quand vos clients et clientes vous demandent des « armes » pour éviter le vieillissement prématuré de la peau. Une cure de cette huile permettra de fournir toutes les substances indispensables à sa bonne hydratation afin d’éviter que l’épiderme ne s’affine, qu’il sèche, se ternisse et se ride…

A la ménopause, arrivent aussi les premières sécheresses buccales et vaginales. Comme les prostaglandines de série 1 régulent plusieurs fonctions hormonales, vous pouvez dès la préménopause, conseiller à vos clientes 500 à 1000 mg d’huile d’onagre une à deux fois par jour.

Une huile qui soulage les syndromes prémenstruels

Si vos clientes se plaignent quelques jours avant l’arrivée de leurs règles, de rétention d’eau et surtout de douleurs mammaires, vous pouvez leur conseiller la prise de capsules d’huile d’onagre ou de l’huile d’onagre sur leurs crudités, dès le quinzième jour du cycle. Les PGE1 exercent une action sur les hormones sexuelles féminines : oestrogènes, progestérone et prolactine et permettent ainsi de diminuer considérablement les douleurs ressenties au niveau des seins lors des derniers jours du cycle, juste avant que les règles ne surviennent. Dans ce cas, n’hésitez pas à conseiller en plus de la vitamine E en capsule car la synergie des deux est parfaite.

Les conseils BIOlinéaires :
1000 mg trois fois par jour pendant les repas, dès le quinzième jour du cycle.

Un soutien en cas d’arthrite rhumatoïde

Les prostaglandines de série 1 contrôlent également les mécanismes de dilatation des vaisseaux et possèdent une action anti-inflammatoire. Ainsi, la prise au long cours d’huile d’onagre permettrait de réduire les inflammations au niveau des articulations.

Les conseils BIOlinéaires :
conseillez quatre capsules de 1300 mg par jour, réparties sur le repas du midi et celui du soir. Et surtout n’hésitez pas à coupler avec des capsules d’oméga-3 et du curcuma pour que les effets se fassent ressentir plus rapidement.

En bouteille ou en capsules L’huile d’onagre est disponible en petite bouteille ou le plus souvent en capsules huileuses de 500 mg, 1000 mg ou 1300 mg à prendre pendant un repas. L’huile contenue dans ces capsules molles est généralement standardisée à 8-10 % de GLA, permettant un apport suffisant et constant en cette substance active. Certains laboratoires vous proposent aussi des mélanges d’huiles d’onagre, de bourrache et de poissons qui sont également parfaits pour vos clients car la synergie de ces huiles donne parfois de meilleurs résultats que des monocures d’huiles isolées. Si vous la conseillez en petite bouteille, vu sa fragilité, il ne faut en aucun cas la chauffer et surtout la conserver au réfrigérateur après ouverture. Une petite contre-indication Si vos clients sont sous médicaments anticonvulsivants ou sous phénothiazines (une classe de neuroleptiques), évitez de leur recommander cette huile puisqu’il y aurait des risques plus importants de crises d’épilepsies.