NUMERO : N°63 -janvier-février 2016

Astragale et bruyère

Multiplier les cellules sans enfler l’ego…

L’ASTRAGALE (Astragalus membranaceus)

L’astragale est native du nord de la Chine. On utilise les racines cueillies au printemps sur des plants de 4 à 7 ans. Sur 2000 variétés, l’espèce chinoise est la plus étudiée.

Composition : saponines, flavonoïdes, polysaccharides, glycosides triterpènes, acides aminés, traces de minéraux

Vertus thérapeutiques

  • Plante adaptogène
  • Les saponines astragaloside IV et cycloastragenol, anti-âge de pointe, stimulent la production de télomérase, permettent aux cellules de dupliquer plus longtemps, accroissent leur durée de vie, augmentent le nombre de cellules souches dans la moelle osseuse et le tissu lymphatique
  • Anti-inflammatoire
  • Favorise l’endurance et la résistance aux températures extrêmes
  • Tonifiante, anti-anémie
  • Diurétique
  • Protège les cellules hépatiques soumises à des substances toxiques (radiothérapie, chimiothérapie)
  • Renforce le système immunitaire contre les viroses en stimulant la production d’interféron, l’efficacité et la mobilité des macrophages
  • Améliore la performance cardiaque, facilite la circulation sanguine.

Les états et troubles de santé pouvant bénéficier de l’astragale

Vitalité réduite, affaiblissement, engourdissement, asthme, rhume et grippe (effet préventif seulement), transpiration nocturne, insuffisance de production d’urine, nausée, vomissement (chimiothérapie), douleurs arthritiques, faiblesse cardiaque (en prévention ou après une crise)

Utilisations

L’astragale s’utilise

  • Dans les soupes chinoises, 10 g de racines dans 1 L de bouillon puis laisser mijoter avec les légumes coupés et autres ingrédients
  • En teinture-mère (20 à 25 gouttes, 1-2 fois/jour)

Précautions

S’assurer d’une supervision médicale en cas de médication avec coumarine, de traitement pour une maladie auto-immune ou chez les personnes greffées.

LA BRUYÈRE Callune (Calluna vulgaris)

Les bruyères regroupent plus de 800 espèces de la famille des Éricacées, réparties surtout en 4 genres : Calluna, Bruckentalia, Daboeia et Erica.

Les espèces africaines sont nombreuses et sont surtout originaires d’Afrique du Sud.

Les bruyères poussent surtout dans les sols siliceux. Elles aiment les terrains ensoleillés. La bruyère calluna est caractéristique des landes, des tourbières, des pinèdes.La plante est un excellent nectarifère, fournissant aux abeilles l’abondante matière d’un miel brun recherché pour la fabrication du pain d’épices.

Composition

  • Éricoline, éricine, huile (éricinol), quercétine, tanin, acides fumarique et citrique

Vertus thérapeutiques

  • Diurétique
  • Antiseptique urogénital (grâce à l’éricoline)
  • Astringente
  • Sternutatoire
  • Dépurative et désintoxicante
  • Permet de lutter contre l’urémie et l’albuminurie
  • Décongestionnante prostatique.

États et troubles de santé pouvant en bénéficier

  • Rhumatisme, arthrite
  • Cystite
  • Infection de la vésicule
  • Calculs rénaux et biliaires,
  • Goutte, albuminurie

Utilisations

  • La bruyère fait partie de la recette de la bière traditionnelle écossaise « Heather Ale » dans laquelle elle joue un rôle d’aromatisation en lieu et place du houblon,
  • Les sommités fleuries sont préparées en cataplasme ou compresses pour soulager les engelures et les douleurs rhumatismales,
  • Sous forme d’élixir floral, la bruyère est le remède qui permet de corriger le tempérament narcissique, l’égocentrisme, l’esprit possessif, le comportement hypochondriaque. L’élixir permet donc de limiter l’égo trop développé et aide les personnes à s’ouvrir davantage pour l’écoute et la compassion envers autrui.

Jean-Claude Rodet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here