NUMERO : Novembre-Decembre 2014

Céréales du petit-déjeuner : des matières premières irréprochables…

Les céréales

Les céréales sont logiquement les ingrédients de base des multiples recettes proposées dans la gamme des céréales petit déjeuner. Outre les choix variétaux, les soins et les garanties bio apportés aux cultures, les céréales qui seront transformées pour des flocons, des extrudés, des flakes passeront par différentes étapes (transport, analyses, stockage… )

Ci-après, les principales opérations effectuées avant la mise en oeuvre des céréales pour leur fabrication.

 

Stockage : les plus bio et la face cachée du conventionnel…

Le stockage des grains bio fait partie des multiples préoccupations des opérateurs bio de l’amont à l’aval de la filière. En effet, si cette opération complexe, qui exige la prise en compte de multiple paramètres, de la récolte à l’expédition des lots, est mal effectuée, le de dégradation des marchandises aura de lourdes conséquences à la fois qualitatives et économiques. Même si les risques existent en conventionnel, l’utilisation de produits de synthèse chimiques permet de les limiter fortement. En revanche en bio, les opérateurs sont contraints d’appliquer des règles de bonnes pratiques de stockage et de prévention qui demanderont plus d’attention, de temps…donc d’argent !

Quelques mesures préventives : des silos situés aux alentours de 1000 mètres d’altitudes permettent une meilleure conservation.

Un climat frais et sec est idéal. Selon les experts, les insectes ne viennent pas toujours des champs mais souvent des installations de stockage, d’une campagne à l’autre. Ils se concentrent là où il y a de la poussière, des brisures,…cela implique d’avoir des installations propres et saines donc une rigueur accrue dans le nettoyage des silos (aspiration et destruction des poussières et déchets, élimination de tous risques de contamination, lutte contre les prédateurs, etc.).

Les céréales qui vont être stockées doivent être propres et bien échantillonnées. C’est-à-dire que les contrôles physiques (voir schéma ci-contre) sont importants pour éviter par exemple de retrouver des grains cassés qui sont porteurs d’insectes, des grains trop humides (risque d’échauffement et de moisissures).

Pendant le stockage, une surveillance accrue des différents paramètres qui jouent sur la qualité de conservation (température, taux d’humidité…) est de mise. Une bonne ventilation de refroidissement est généralement la règle de base pour lutter contre les insectes.

En matière de résidus de pesticides, on évoque régulièrement ceux utilisés dans les cultures. En effet, on accuse plus facilement les producteurs qui les utilisent. Toutefois, de nombreuses études montrent que les pesticides, fongicides dits de « stockage » sont bien plus nombreux et en quantité très supérieure. On les retrouvent donc dans nos assiettes.

À savoir

Avant tout transport de marchandise brute, comme les céréales, il est demandé au transporteur un certificat de lavage du camion pour éviter toutes contaminations par d’autres matières qui auraient pu rester dans la benne lors d’un préalable transport. Un coût supplémentaire non négligeable !