NUMERO : Mai – Juin 2015

Dossier : Pourquoi produire et manger bio ?

L’intérêt du bio, pour la santé et l’environnement, a longtemps été contesté

Le plus souvent par des gens ou des organismes que son développement gênait. Mais au fur et à mesure que de nouvelles données scientifiques confirmaient, aussi bien la supériorité nutritionnelle des produits bio que les risques liés à l’utilisation des pesticides, les arguments des détracteurs du bio tombaient les uns après les autres.

Le présent dossier a pour objectif de faire le point sur les raisons pour lesquelles il est important de manger bio. Important pour notre santé, qui dépend dans une large mesure de ce que nous mettons dans notre assiette, et pour la planète, de plus en plus menacée, qu’il s’agisse des abeilles, des sols ou de la biodiversité, par une agriculture qui met le profit comme objectif prioritaire. Le très récent classement par l’OMS dans la catégorie des cancérogènes probables du glyphosate (Round Up de Monsanto et autres marques) le désherbant le plus utilisé dans le monde, en vente dans (presque) toutes les jardineries de France, est une donnée de plus, s’il en était besoin, en faveur du bio.

Claude Aubert
Ingénieur agronome de formation, Claude Aubert a été un des premiers agronomes français à prôner l’agriculture biologique, dès le milieu des années 60. Il a été un des piliers de Nature et Progrès et a écrit, au début des années 1970, les premiers livres en français sur l’agriculture et le jardinage biologique.

Il a été pendant de nombreuses années conseiller en agriculture biologique. Il a également écrit plusieurs livres sur les relations entre agriculture, alimentation et santé et sur la pratique d’une alimentation saine.

Co-fondateur de Terre Vivante, il en a assuré la direction jusqu’en 2004. Il travaille aujourd’hui comme auteur, conférencier et consultant, notamment sur l’impact de l’agriculture biologique et de l’alimentation sur la santé.

 

Cédric Rousselet

Après un passage sur le réseau classique où il a travaillé en tant que responsable marketing au sein d’entreprises agroalimentaires pendant une demi douzaine d’années, Cédric a travaillé toujours dans les mêmes fonctions pour une entreprise non alimentaire en réseau spécialisé.

Très à l’écoute du consommateur il a décidé de se consacrer pleinement à l’écoute de celui ci afin d’apporter sa modeste contribution au développement du réseau biologique qui selon lui deviendra la norme dans les années à venir.