Fruits & légumes : l’Ademe propose des solutions pour réduire le coût des pertes et les gaspillages alimentaires

Partagez cet article

L’Ademe a piloté pendant 18 mois une opération auprès de producteurs de fruits et légumes de toute la France (dont des opérateurs bio), visant à proposer des solutions pour réduire les pertes et gaspillages alimentaires. Les résultats de cette étude font état d’une réduction de 30 %, en moyenne, des quantités perdues (soit une économie moyenne de 315 000 euros) et d’une réduction de  leur empreinte carbone de plus de 30 %. Explications.

Le constat

Selon les données relevées auprès des participants, 27 % de la production initiale est perdue et 17 % est gaspillée en moyenne. En cause : des problèmes de conformité des cahiers des charges ou d’écueils sur les étapes de récoltes, tri et stockage. Avec à la clé, un manque à gagner de près de 20 % du chiffre d’affaires annuel et 215 tonnes de CO2 émises chaque année, souligne l’Ademe dans un communiqué.

Déroulement de l’opération pilote

13 sites de production et d’exploitation de fruits et légumes (dont certains menés en agriculture biologique) ont été accompagnés, entre 2019 et 2021. Objectif : identifier des leviers de réduction des pertes et du gaspillage alimentaire et mettre en place des actions, sur une saison complète de production et ce sur l’ensemble des étapes de production. 

Les actions mises en place

Dans les trois exploitations
– une formation systématique des professionnels opérationnels et saisonniers sur les bons gestes (tri trop strict, mauvaise manipulation, stockage trop long, etc.) ;
– un travail pour assouplir progressivement les cahiers des charges en lien avec les distributeurs ;
– le développement de circuits alternatifs via des partenaires spécialisés pour l’écoulement systématique des produits non-conformes (calibrages, formes, aspects) ;
– une offre en circuit-court permettant de s’affranchir des contraintes de logistique, de cahiers des charges, en s’appuyant sur les démarches locales existantes.

Dans les 10 stations de conditionnement des coopératives agricoles
– amélioration du suivi et du pilotage des pertes (via un tri plus précis et une adaptation des durées de stockage par exemple) ;
– adaptation des outils en interne (pour réduire des chutes de fruits ou légumes le long d’une ligne de tri ou optimiser les phases de découpe ou d’épluche) ;
– sensibilisation des producteurs adhérents aux réflexes pouvant limiter les pertes (notamment lors de la cueillette et du transport) ;
– diversification des débouchés commerciaux ;
– valorisation des pertes en alimentation humaine (produits transformés, donnés ou valorisés dans des circuits spécialisés) ou hors alimentation humaine (méthanisation).

Exemple de la Cabso.

Les résultats

Cette opération témoin, souligne l’Ademe, a permis à ces sites de réduire en moyenne de 30 % leurs quantités perdues, soit une économie moyenne de 315 000 euros par an et par entreprise (soit près de 40 % du coût des pertes) mais aussi de réduire leur empreinte carbone de plus de 30 %.

Synthèse de l’étude et résultats complets : Opération témoin « Fruits et Légumes » : des solutions pour réduire les pertes et gaspillages alimentaires – La librairie ADEME.

Partagez cet article