NUMERO : Mars-Avril 2015

L’arthrose, soulager durablement

Que faire au niveau alimentaire ?

La destruction du cartilage s’accompagne toujours d’inflammations douloureuses et d’une production importante de radicaux libres.
Premièrement, l’objectif est de rétablir à 2/1 le rapport oméga-6/oméga-3 en conseillant :

Des huiles bio extraites à froid ayant un bon rapport : huile de lin, de cameline, de périlla, de colza.

Des graines de lin, des noix de Grenoble et des noisettes qui ont un rapport inférieur à 6.

Des poissons gras, 2-3 fois par semaine : sardine, hareng, maquereau, truite, saumon et thon.

Deuxièmement, il faut fournir suffisamment d’aliments ayant un fort indice ORAC :

Tous les légumes et les fruits colorés, riches en polyphénols, qui freinent l’activité d’une enzyme qui transforme l’acide arachidonique (oméga-6) en leucotriènes. Et particulièrement ceux riches en glucosinolates : brocolis, choux, navets, rutabaga qui stoppent les processus inflammatoires.

Des algues, des alliacés (ail, oignon) et des épices fraîches ou en poudre (surtout curcuma, gingembre) à volonté dans tous les plats pour leurs vertus anti-inflammatoires.

Du thé vert et des tisanes spécifiques de plantes (harpagophytum, prêle, feuilles de cassis, reine des prés, saule).

Troisièmement, il faut augmenter la teneur en fibres du bol alimentaire car, plus la consommation de fibres est importante et plus le taux de C-réactive protéine, un marqueur de l’inflammation, est bas  : Légumineuses, céréales complètes, oléagineux, fruits et légumes.

Et enfin, modération sur :

● Les viandes qui apportent trop d’acide arachidonique, un acide gras pro-inflammatoire, et trop de fer qui favorise l’oxydation.

● Les aliments préparés et les matières grasses hydrogénées du conventionnel qui apportent des acides gras trans, pro-inflammatoires.

● L’huile de tournesol, de maïs, de pépins de raisin, de germe de blé, de carthame, de soja et les margarines faites à partir de ces huiles.

Angélique Houlbert
Nutritionniste