NUMERO : Nov-Dec 2013

L’huile de son de riz biologique

Des acides gras essentiels

Le son de riz (Oryza sativa) est particulièrement riche en huile qui fournit de multiples acides gras, dont ceux que l’organisme ne sait pas synthétiser : acide oléique (35-50 %), acide linoléique (29- 45 %), acide palmitique (12-22 %), acide alpha-linolénique (2.5 %) et acide stéarique (0.5-4 %).

Mais ce qui différencie cette huile des autres est :

son apport en phospholipides qui constituent les membranes biologiques comme la phosphatidylcholine, la phosphatidyléthanolamine, et le phosphatidylinositol et

son niveau élevé de gamma-oryzanol et de tocotriénols structurellement proches des tocophérols.

Pourquoi recommander l’huile de son de riz ?

Pour limiter le stress oxydatif

Les triples doubles liaisons des tocotriénols leur confèrent une grande fluidité qui leur permet d’être incorporés facilement dans les membranes cellulaires, et ainsi d’être pleinement efficaces. Selon de nombreuses études, ils protègent le système cardiovasculaire en limitant l’oxydation des lipides présents dans les membranes cellulaires et les lipoprotéines.

Au terme d’une récente étude effectuée pendant 12 semaines sur des rats diabétiques ayant un régime alimentaire riche en graisses, les chercheurs ont observé dans le groupe de rats supplémentés :

● une diminution significative des taux de malondialdéhyde (un marqueur du stress oxydatif),

● une restauration des niveaux normaux de SOD, catalases, glutathion peroxydases et coQ10,

● une augmentation de la capacité antioxydante du sang. 1

Pour lutter contre le cholestérol et les maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès et d’invalidité.

L’huile de son de riz, en affectant l’absorption intestinale du cholestérol alimentaire, va donc permettre de limiter l’impact de celui-ci sur la santé. 2

Cette propriété serait en partie due à la présence de gammaoryzanol qui, selon de multiples études effectuées depuis les années 1990 :

● possède une forte capacité antioxydante,

● diminue l’absorption du cholestérol alimentaire,

● inhibe l’agrégation des plaquettes3 limitant ainsi les risques d’athérosclérose.

De plus, la présence des tocotriénols vient renforcer cette action puisque d’après de nombreuses études, ils réduisent l’activité de l’enzyme HMG-CoA réductase, qui contrôle la synthèse du cholestérol hépatique.

Une étude réalisée sur 50 patients âgés de 25 à 65 ans atteints d’hyperlipidémies, a permis de déterminer l’effet de l’huile de son de riz sur leur profil lipidique. À la fin de la 4e semaine, le groupe qui a bénéficié de la supplémentation avait une diminution significative du cholestérol total et du LDL-cholestérol, prouvant donc son efficacité, dans le cadre d’un régime alimentaire sain, dans l’amélioration des facteurs de risques cardiovasculaires. 4

Dans une autre étude, effectuée sur 35 patients atteints de diabète de type 2, sa consommation pendant 5 semaines a également diminué de manière significative le cholestérol total et le LDL-cholestérol. 5

Pour renforcer le système immunitaire

Selon une étude effectuée sur des animaux, l’oryzanol possède la capacité d’augmenter l’activité immunitaire : augmentation des anticorps, de la phagocytose… 6

D’autres études ont aussi clairement démontré que le gammatocotriénol permet d’inhiber la prolifération de cellules pancréatiques cancéreuses chez les rats 7 et la croissance des cellules cancéreuses du sein, quel que soit le statut des récepteurs d’oestrogènes. 8

Exigez une huile de son de riz BIO !

Certaines formulations, disponibles sur le marché français, garantissent son origine biologique et une extraction par pression à froid, c’est-à-dire dans ce cas par simple action du CO2 (dioxyde de carbone). Elles sont garanties sans OGM, sans polluants, sans contaminants, sans pesticides et sans additifs.

Votre conseil d’utilisation : 1 à 2 capsules pendant le repas, qui devra contenir un peu de graisses animales ou végétales afin d’en améliorer la biodisponibilité.

Les synergies possibles

Vous pouvez coupler l’huile de son de riz avec des capsules d’huile de poissons ou de krill, riches en oméga-3, ou encore avec de la lécithine de soja.

1) Posuwan J, Prangthip P, Leardkamolkarn V, Yamborisut U, Surasiang R, Charoensiri R, Kongkachuichai R. Long-term supplementation of high pigmented rice bran oil (Oryza sativa L.) on amelioration of oxidative stress and histological changes in streptozotocin- induced diabetic rats fed a high fat diet ; Riceberry bran oil. Food Chem. 2013 May 1;138(1):501-8. doi : 10.1016/j.foodchem.2012.09.144. Epub 2012 Nov 12.

2) Rong N, Ausman LM, Nicolosi RJ Lipids. Oryzanol decreases cholesterol absorption and aortic fatty streaks in hamsters. 1997 Mar;32(3):303-9.

3) Seetharamaiah GS, Krishnakantha TP, Chandrasekhara N. Influence of oryzanol on platelet aggregation in rats. J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo). 1990 Jun;36(3):291-7.

4) Zavoshy R, Noroozi M, Jahanihashemi H. Effect of low calorie diet with rice bran oil on cardiovascular risk factors in hyperlipidemic patients. J Res Med Sci. 2012 Jul;17(7):626- 31.

5) Lai MH, Chen YT, Chen YY, Chang JH, Cheng HH. Effects of rice bran oil on the blood lipids profiles and insulin resistance in type 2 diabetes patients. J Clin Biochem Nutr. 2012 Jul;51(1):15-8. doi : 10.3164/jcbn.11-87. Epub 2011 Dec 13.

6) Ghatak SB, Panchal SJ. Investigation of the immunomodulatory potential of oryzanol isolated from crude rice bran oil in experimental animal models. Phytother Res. 2012 Nov;26(11):1701-8. doi : 10.1002/ptr.4627. Epub 2012 Mar 9.

7) Kunnumakkara AB, Sung B, Ravindran J, Diagaradjane P, Deorukhkar A, Dey S, Koca C, Yadav VR, Tong Z, Gelovani JG, Guha S, Krishnan S, Aggarwal BB.. {Gamma}-tocotrienol inhibits pancreatic tumors and sensitizes them to gemcitabine treatment by modulating the inflammatory microenvironment. Cancer Res. 2010 Nov 1;70(21):8695-705. doi : 10.1158/0008-5472.CAN-10-2318. Epub 2010 Sep 23.

8) Nesaretnam K, Stephen R, Dils R, Darbre P. Lipids. 1998 May;33(5):461-9. Tocotrienols inhibit the growth of human breast cancer cells irrespective of estrogen receptor status.