NUMERO : Nov-Dec 2013

Le gaba… une substance naturellement relaxante

Partagez cet article

Le GABA (Acide Gamma-Amino Butyrique), est un acide aminé non protéinogène. Il est retrouvé en faibles concentrations (moins de 10 mg/100 g) dans de nombreux aliments, notamment dans les légumes feuilles, les champignons, la pomme de terre, le miel ou des produits fermentés.

Ce n’est pas à proprement parlé un nutriment indispensable puisqu’il est synthétisé dans l’organisme, sous l’action de la glutamate décarboxylase, à partir d’un acide aminé, l’acide glutamique. Les sources alimentaires d’acide glutamique sont le cabillaud, les graines de soja, les amandes, les fromages (parmesan, gouda, edam, gruyère) et le veau.

On sait également que la vitamine B6 intervient dans sa fabrication. Toutefois, avec les années, sa synthèse et donc sa concentration ont tendance à diminuer fortement.

Le GABA est un neurotransmetteur dit « inhibiteur », c’est-à-dire une sorte de petit messager qui transite d’un neurone à un autre, et qui provoque une réduction de l’activité de ces neurones. On dit qu’il est avant tout « inhibiteur » comparé à la dopamine ou à l’adrénaline qui ont plutôt des effets stimulants.

En effet, ses principales fonctions au sein de l’organisme sont :

● De favoriser la sédation, la détente, la relaxation physique et mentale,

● De diminuer la tonicité et les spasmes musculaires, on dit qu’il est myorelaxant,

● De stimuler le système nerveux parasympathique et donc de ralentir le rythme cardiaque,

● De contrôler toutes les formes de « paniques » électriques reliées à l’anxiété car il joue un rôle très important dans l’activité électrique de certaines régions du cerveau : il augmente les ondes cérébrales alpha caractéristiques de l’apaisement et généralement synthétisées quand les yeux sont fermés et diminue les ondes bêta, qui apparaissent en période d’anxiété. Cet effet du GABA est bien validé depuis que l’on connait le mode d’action des benzodiazépines, la classe d’anxiolytiques allopathique la plus prescrite.

Les personnes carencées ou en déficience de GABA ont donc toujours cette impression d’être sous tension, que tout le corps est contracté avec la sensation d’avoir une boule dans la gorge ou un noeud au ventre.

Vous avez donc à disposition, pour toutes ces personnes que vous suspectez être en déficience, des compléments alimentaires apportant directement du GABA et permettant de rééquilibrer plusieurs fonctions dans l’organisme. Son absorption se faisant au niveau intestinal, ses effets se produisent environ une heure après son ingestion.

Pourquoi le recommander ?


Le GABA ne va pas agir sur vos clients déprimés ou dépressifs. Il est surtout préconisé en cas :

● De sensation de boule dans la gorge,

● D’incapacité à se détendre,

● De sentiment de tension physique,

● De sentiment d’être submergé par l’anxiété, incapable de prendre de la distance face aux évènements qui surviennent,

● De difficultés d’endormissement puisqu’il va favoriser un sommeil profond et réparateur, et contrairement aux somnifères ne va entraîner ni somnolence le jour ni risque d’accoutumance.

Il sera donc parfait pour aider vos clients à se sevrer de leurs anxiolytiques ou de leurs somnifères.

● De troubles du comportement et de l’humeur dus au stress, afin de retrouver calme et apaisement chez vos clients nerveux.

 

Comment le recommander ?

Les dosages et le moment des prises sont en fonction de l’effet souhaité sur vos clients :

● À conseiller une heure avant le coucher pour s’endormir plus rapidement et avoir un sommeil réparateur.

● À recommander en fin de journée, au moment du goûter par exemple, pour décontracter et soulager les pressions de la journée.

● À préconiser en début de journée ou au cours de la journée en cas de tensions musculaires dues au stress, de palpitations cardiaques et d’anxiété généralisée.

La forme de GABA généralement disponible auprès de vos fournisseurs est en comprimés à avaler.

En cas de troubles importants, les doses habituellement proposées sont de l’ordre de 500 à 750 mg les premières prises. Ensuite, ou en cas de troubles mineurs, vos recommandations peuvent être revues à la baisse avec 250 mg.

Le gabarit de la personne doit également entrer en ligne de compte.

 

Des effets secondaires ?

Dans les quelques études effectuées chez l’Homme, aucun effet délétère n’a été rapporté et aucune publication ne fait état d’effets secondaires, même après 12 semaines de prise, à part une légère réduction des pressions artérielles systoliques, diastoliques et moyennes.

Partagez cet article