NUMERO : Jan-Fev 2012

La vitamine C… …l’incontournable

Qu’est-ce que la vitamine C ?

La plupart des mammifères terrestres sont capables de synthétiser la vitamine C à partir du glucose qu’ils ingèrent. Seulement, au cours de l’évolution, l’être humain a perdu cette capacité car nous ne fabriquons plus la dernière enzyme de la réaction qui conduit à la vitamine C.

Nous nous retrouvons donc dans l’obligation de puiser chaque jour cette précieuse substance dans l’alimentation. La vitamine C est une vitamine hydrosoluble, c’est-à-dire soluble dans l’eau, et de ce fait, elle ne se stocke pas dans l’organisme. Cette propriété, contrairement à la vitamine A par exemple, garantit une sûreté de consommation quotidienne de cet élément indispensable.

Ainsi, vous pouvez sans danger préconiser différentes sources de vitamine C, aliments et compléments, dans une même journée selon les besoins, sans risque de craindre un surdosage. La vitamine C est absorbée au niveau de l’intestin grêle et plus particulièrement au niveau de l’iléon, par diffusion active, c’est-à-dire grâce à un transporteur membranaire. Dans le plasma elle circule sous forme libre, sans être accrochée à une autre molécule, puis elle est ensuite éliminée par les urines.

On la retrouve en grande quantité au niveau des glandes surrénales, du cerveau et surtout de l’hypophyse, des yeux (au niveau du cristallin) et dans les globules blancs. La véritable carence en vitamine C s’appelle le scorbut, d’où le nom scientifique « ascorbique ». Extrêmement rare dans notre pays, ses symptômes sont des saignements au niveau des gencives couplés d’inflammations de celles-ci, des plaies qui ne cicatrisent pas et une apathie générale.

À quoi sert-elle ?

Vos clients perçoivent trop souvent cette vitamine comme une « anti-fatigue » et « anti-rhume ». Mais ses propriétés s’étendent bien au-delà ! De nombreux ouvrages lui sont entièrement consacrés et il serait bien impossible ici de dresser une liste exhaustive des bienfaits de cette vitamine. Voici un résumé de ses actions principales :

● C’est un puissant antioxydant qui protège les cellules directement d’un excès de radicaux libres et indirectement en recyclant la vitamine E.

● Elle stimule la synthèse de collagène, une protéine essentielle à tous les tissus conjonctifs de l’organisme (peau, muqueuses, vaisseaux sanguins, ligaments, os etc…), et participe ainsi à une meilleure cicatrisation des plaies.

● Elle soutient les défenses immunitaires et permet de réduire les symptômes du rhume.

● Elle participe à la synthèse de plusieurs messagers chimiques du cerveau et en particulier la noradrénaline.

● Elle favorise l’absorption du fer.

● Elle participe à la formation des globules rouges.

● Elle aide l’organisme à se débarrasser de certains métaux toxiques, comme le plomb.

● Elle participe à la synthèse de L-carnitine, une substance qui aide à brûler les graisses pour fournir de l’énergie.

● Elle joue un rôle dans le métabolisme du cholestérol et la synthèse des acides biliaires.

● Elle permet de réduire significativement le taux d’acide urique dans le sang des personnes atteints de goutte.

● Elle diminue le risque de calcification des artères et donc d’athérosclérose.

● Elle semble réduire les risques de maladies cardiovasculaires et cérébro-vasculaires, de certains cancers, de cataracte et de DMLA.

Où la trouver ?

Rappelez-vous que ce sont les fruits et les légumes qui apportent le plus de vitamine C : agrumes (kiwi, orange, citron, pamplemousse), poivron rouge, goyave, papaye, fraise, framboise, cassis, brocoli, chou vert, chou de Bruxelles, chou rouge, navet, oseille, épinard, mâche. Toutefois, comme cette vitamine est très fragile et s’altère rapidement au contact de l’air, de l’eau et de la chaleur, il est impératif de recommander ces aliments crus ou très peu cuits à la vapeur, et surtout de les consommer rapidement après les avoir cueillis ou achetés. Vos conseils : A chaque repas, vos clients doivent faire le plein de fruits et légumes frais. Cela permet de couvrir environ 200 mg par jour.

Et ensuite, proposez des compléments alimentaires, et si possible en plusieurs prises ou sous forme « action prolongée », afin de ne pas saturer les tissus.

Quels sont les AJR en France ?

Selon la directive européenne, les formes de vitamine C autorisées dans les compléments alimentaires sont les suivantes : acide L-ascorbique (E300) ; L-ascorbate de sodium (E301) ; L-ascorbate de calcium (E302) ; L-ascorbate de potassium (E303) ; L-ascorbyl 6-palmitate (E304). Dans notre pays, l’apport journalier recommandé est dramatiquement bas : 80 mg.

Sans parler du maximum toléré qui est seulement de 180 mg. C’est la raison pour laquelle vous pouvez lire sur les étiquettes de certains compléments 1/3 ou encore 1/5 de comprimé par jour pour respecter cette réglementation.

Dans la pratique, dites à vos clients que les apports journaliers recommandés sont un minimum journalier et que pour certaines pathologies ou situations particulières les doses peuvent être augmentées, à raison de 500 à 750 mg une à deux fois par jour, le matin et le soir. Et rappelez-vous que Linus Pauling, a qui l’on doit les découvertes multiples sur cette vitamine, a pris jusqu’à la fin de sa vie 18 grammes par jour de vitamine C en six prises de trois grammes toutes les quatre heures ! ! !