NUMERO : mars-avril 2006

Pourquoi conseiller – Des huiles bio première pression à froid

Principales phases de fabrication des huiles

 

graines ou fruits oléagineux

+

Nettoyage – décorticage des grains

+

Huile raffinée conventionnelle
+

Préchauffage des grains de 80 à 100°C

Objectif : Extraire le maximum d’huile lors de la pression. A froid, il en reste environ 12 à 14 % dans les tourteaux….

+

Extraction à chaud par pression

+

Vaporisation et addition de solvants
(acétone, éthanol, hexane) afin de dissoudre au maximum les corps gras. L’huile brute ainsi produite est impropre à la consommation humaine

+

2éme pression des tourteaux à chaud

+

Filtration

+

raffinage

• DEMUCILAGINATION : Elimination des matières phosphatiques et de résines, par de l’acide sulfurique, plus une centrifugation et un battage avec un mélange de terres.
• NEUTRALISATION : Élimination des acides gras avec des lessives de soude caustique.
• DECOLORATION : Opération effectuée au moyen de charbons actifs et de décolorants chimiques (des terres de diatomée « activées »)
• DESODORISATION : Après les traitements précédents, les huiles prennent une odeur et un goût. La désodorisation s’obtient en faisant passer dans l’huile chauffée à haute température, un courant de vapeur d’eau surchauffée (220 à 300°C).
• RECOLORATION : Pour être plus attrayantes, les huiles sont recolorées.
• HYDROGENATION : Méthode qui permet de «durcir» les huiles liquides et de les transformer en graisses semi solides. Ce procédé se fait en présence d’un catalyseur (alliage de nickel et d’aluminium).

+

mise en bouteilles

 

LES « MOINS » DES HUILES RAFFINEES
Le raffinage engendre une dénaturation du produit sur le plan nutritionnel, thérapeutique et gastronomique.
En effet, les huiles sont soumises à des températures jusqu’à 250°C qui a pour conséquence de détruire partiellement vitamines (en particulier la E – antioxydante) et de transformer une partie des graisses insaturées en graisses saturées.

 

Huile Vierge bio

 

graines ou fruits oléagineux

+

Nettoyage – décorticage des grains

+

pression à froid avec des
vis-sans-fin (Graines)
presse hydraulique ou centrifugeuse (fruits)
Des systèmes à froid sans adjuvants technologique

+

Filtration
L’huile vierge passe sur du papier buvard sur des filtres-presses simples. La présence d’un voile au fond de la bouteille dépend de la quantité des cires de chaque type d’huile (ne pas confondre ce voile avec l’action du froid qui fige l’huile)

+

mise en bouteilles

 

LES « PLUS » DES HUILES PREMIERE PRESSION BIO
• Tout le parfum et l’arôme du produit d’origine
• Des couleurs qui prouvent que l’intégralité des substances est bien préservée
• Plus de richesse en antioxydants, en phytostérols, en vitamines et en oligo-éléments
• Absence d’acides gras trans
• Bien plus de variétés d’huiles végétales
• Pas d’additifs (colorants, conservateurs, émulsifiants, antioxygènes, épaississants de synthèse, agents mouillants, stabilisants, gélifiants, arômes pseudo naturels, …)

 

CONSERVATION DES HUILES
Les huiles vierges, avec le temps, se détériorent plus vite que les huiles raffinées. Pour assurer une bonne conservation, il faut contrôler trois facteurs de base : la lumière, l’air et la température.
• La lumière altère 1000 fois plus rapidement les qualités nutritionnelles des huiles que l’air : elle détruit les fragiles vitamines naturelles. Il faut donc s’assurer que l’huile est vendue dans un récipient opaque (bouteille verte ou brune, contenant en acier inoxydable) et/ou garder toute bouteille à l’abri de la lumière (placard, réfrigérateur).
• Pour la protéger de l’air, l’huile doit être conservée dans un contenant hermétiquement fermé/refermé.
• De préférence, les huiles doivent être conservées dans un endroit frais, loin des sources d’odeurs.