NUMERO : Mai-Juin 2014

Quels compléments contre les hyperlipidémies ?

Les deux tiers du cholestérol qui circulent au sein de l’organisme sont synthétisés par le foie lui-même pour assurer de multiples fonctions essentielles car il est entre autre précurseur des hormones sexuelles, de certains glucocorticoïdes, de la vitamine D… Et seulement donc un tiers du cholestérol provient de l’alimentation. Même si le débat sur le cholestérol est bien loin d’être clos : « Est-il vraiment responsable des accidents vasculaires ? Doit-on impérativement faire chuter son taux ?… », il n’en demeure pas moins que certains de vos clients recherchent des solutions alternatives à leurs médicaments allopathiques et que vous devez être en mesure de leur proposer plusieurs compléments.

Pour inhiber la synthèse endogène de cholestérol

La synthèse endogène de cholestérol est contrôlée par une enzyme clé : la HMG-CoA réductase.

La levure de riz rouge

Ce sont les monacolines, et plus particulièrement la monacoline K, qui inhibent l’enzyme contrôlant la synthèse endogène du cholestérol.

   : 600-1200 mg par jour au cours des repas.

Les tocotriénols

Ils réduisent l’activité de la HMG-Coa réductase et les études montrent que ce sont les gamma-tocotriénols et les deltatocotriénols qui possèdent cette action. D’autre part, leurs triples doubles liaisons leur confèrent une grande fluidité qui leur permet d’être incorporés facilement dans les membranes cellulaires et de limiter l’oxydation des lipides présents dans ces membranes.

 : 200-400 mg par jour.

Le policosanol

Extrait de la canne à sucre ou du riz, il permet de réduire le cholestérol total et le LDL-cholestérol en inhibant également cette enzyme et selon certaines études, il pourrait aussi avoir une action sur les triglycérides.

  5-25 mg par jour.

Pour ces trois substances qui inhibent cette enzyme clé de la production hépatique de cholestérol, il est impératif d’y adjoindre des suppléments de coenzyme Q10 puisque cette enzyme régule également la production de CoQ10 dans l’organisme.

  60-120 mg par jour en plus des autres compléments.

Pour empêcher l’absorption du cholestérol alimentaire

L’huile de son de riz

Son action est double : d’une part les tocotriénols qu’elle contient bloquent la synthèse endogène de cholestérol et d’autre part, la présence de gamma-oryzanol affecte l’absorption intestinale du cholestérol alimentaire. 1 De surcroît, sa forte capacité antioxydante diminue l’oxydation du cholestérol.

 : 1000 mg par jour au cours d’un repas.

Le konjac et les fibres solubles

L’Amorphophallus konjac est riche en une fibre soluble puissante : le glucomannane. Consommé avant les principaux repas, il « absorbe » les graisses alimentaires et permet d’abaisser ainsi les taux de LDL-cholestérol et triglycérides 2 & 3 . D’autres  bres solubles alimentaires comme celles retrouvées dans le seigle, l’orge et surtout l’avoine permettent de limiter l’absorption intestinale du cholestérol.

 : 2-4 grammes par jour répartis dans la journée, avant les repas.

Les phytostérols

Ces stérols végétaux entrent en compétition avec le cholestérol qui est alors moins bien absorbé par l’intestin et ensuite éliminé par les selles. Le bêta-sitostérol est particulièrement efficace puisqu’il est chimiquement très ressemblant au cholestérol et est facilement incorporé dans les micelles qui le transportent dans l’intestin.

Il bloque donc efficacement son assimilation. Des études l’ont souvent associé à la prise d’huiles de poissons riches en oméga-3 pour améliorer le profil lipidique et plus précisément baisser le taux de triglycérides.

 : 1-2 grammes par jour au cours des repas.

Et de façon complémentaire vous pouvez ajouter aux compléments alimentaires précédents :

La résine de l’arbre Guggul (Commiphora mukul) puisque ses guggulstérones améliorent le métabolisme des graisses et réduisent les hyperlipidémies.

Les extraits de Thé vert (Camellia sinensis) standardisés en catéchines (EGCG) pour réduire le cholestérol total et le LDL-cholestérol.

Les extraits standardisés de Curcuma (Curcuma longa) pour limiter la peroxydation des lipides.

La lécithine de soja pour émulsionner les graisses alimentaires et circulantes.

L’inositol pour favoriser le traitement des graisses par le foie.

La spiruline (Spirulina platensis) pour diminuer légèrement les taux de lipides sanguins.

 

Angélique Houlbert

Nutritionniste