NUMERO : Mai-Juin 2014

L’éleuthérocoque… l’adaptogène des périodes d’examens

De la famille des araliacées, tout comme le ginseng coréen, l’éleuthérocoque renferme des substances actives, aux propriétés similaires à celles des ginsénosides.

Les deux plus abondantes étant les éleuthérosides B et E. Certaines personnes très sensibles au ginseng coréen et le supportant assez mal, répondent le plus souvent mieux à l’éleuthérocoque.

Selon diverses études, cette plante venue du froid activerait le système immunitaire mais surtout renforcerait les capacités de travail et de concentration et réduirait la sensation de fatigue générale.

Un parfait adaptogène physique et cérébral

La période des examens approche. Les adolescents et les jeunes adultes sont en quête de plantes et de nutriments qui permettent de mieux faire face aux diverses épreuves.

L’éleuthérocoque est donc particulièrement recommandé puisqu’il augmente la résistance au stress, améliore les performances mentales et sportives, consolide la mémoire, tout en réduisant la fatigue intellectuelle.

Il renforce ainsi la capacité de travail et de concentration lors de situations stressantes et va soutenir l’organisme en cas de fatigue ou de faiblesse.

De plus, pour celles et ceux dont l’activité physique est soutenue ou qui passent des épreuves sportives, l’association de ginseng coréen et de ginseng sibérien, va permettre une amélioration de l’endurance et de la récupération physique.

Qu’est-ce qu’un adaptogène ?

On doit ce concept de substances adaptogènes à Nicholai Lazarev, un chercheur soviétique, qui dès le début de la seconde guerre mondiale a entamé des recherches sur les substances naturelles capables d’enrayer la fatigue des soldats et d’améliorer leurs performances.

Les premières substances testées étaient des « stimulants » et bien que très performantes sur le moment, elles n’étaient pas sans danger sur le long terme.

Les adaptogènes ont donc été définis comme « toute substance qui accroît de manière générale et non spécifique la résistance de l’organisme face aux divers stress (physique, chimique ou biologique) et situations stressantes qui l’affectent sans déclencher (ou peu) de réactions hormonales ».

L’éleuthérocoque répond donc précisément à cette définition puisqu’il augmente les capacités physiques et mentales sans stimuler à l’excès et sans épuiser l’organisme sur le long terme, en régulant de nombreux organes et fonctions physiologiques.

 

En cas de baisse d’appétit

Même si pendant cette période de l’année, les demandes se tournent vers des compléments alimentaires pour mincir, il y aura toujours des personnes qui n’arrivent pas à prendre du poids et qui se trouvent tout aussi complexées à l’idée de se mettre en maillot de bain. D’autre part, à partir d’un certain âge, l’appétit a tendance à diminuer spontanément, la perception des goûts et l’odorat baissent entraînant un moindre appétit. Parfois même, ces troubles apparaissent beaucoup plus tôt pour des raisons inconnues. L’éleuthérocoque va donc être efficace dans ces cas précis pour stimuler l’appétence et l’appétit.

Une plante de toutes les saisons

Sa prise est également recommandée en automne et en hiver quand le corps est soumis à des attaques virales et bactériennes, et plus particulièrement lors d’infections au niveau de la sphère ORL. Il diminue également la sensibilité au froid et permet une récupération rapide en cas de convalescence.

Pour qui, pour quoi ?

● Fatigue

● Examens de fin d’année

● Manque d’appétit

● Hypotension

● Frilosité même par temps plus chaud

● Infections à répétition

● Herpès génital

La cible parfaite est généralement une personne toujours frileuse, en hypotension, avec peu d’appétit, voire anorexique, et bien sûr en cette période, tous les étudiants passant des examens.

Quand et comment le préconiser ?

Sa consommation est préférable le matin, au cours du petit déjeuner ou dans la matinée, en évitant les prises tardives le soir qui peuvent perturber le sommeil. Il est disponible sous forme :

● D’extrait, standardisé en éleuthérosides B et E, dosé à environ 300 mg par gélule. Dans ce cas, faites prendre 300 à 600 mg par jour,

● De racine séchée à faire en infusion en se basant sur 5 g de racines séchées pour une tasse de 200 ml.

Contre-indication

Cette plante n’est pas recommandée en cas d’hypertension artérielle importante.

 

Angélique Houlbert

Nutritionniste

 

1) Davydov M, Krikorian AD. Eleutherococcus senticosus (Rupr. & Maxim.) Maxim. (Araliaceae) as an adaptogen : a closer look.J Ethnopharmacol 2000 Oct;72(3):345-93.

2) Williams M. Immuno-protection against herpes simplex type II infection by eleutherococcus root extract. Int J Alt Complement Med. 1995;13:9-12.