NUMERO : Nov-Dec 2012

– Surgelé, un marché bio toujours en progression…

Le marché du surgelé bio ne cesse de croitre depuis 2005. il est détenu en grande majorité (+ de 65 %) par les spécialistes du surgelé conventionnel qui développent des gammes depuis une dizaine d’années et qui les enrichissent tous les ans. Certaines ont même développé leurs propres filières de production bio pour répondre à la demande croissante de ce type de produits. En 2009, le chiffre d’affaires des surgelés a connu une forte progression (+73 %) pour atteindre 35 millions d’euros, soit environ 1 % du marché bio. Depuis 2010, son estimation est moins appréciable en raison de la nouvelle nomenclature de l’Agence Bio qui a intégré les surgelés avec les produits traiteurs (pour un souci de confidentialité statistique). En 2011, ces catégories de produits auront tout de même encore connu une forte évolution avec un chiffre d’affaires de 169 millions (+19 % par rapport à 2010). Signalons que ces deux familles de produits ont été celles qui ont connu la plus forte progression entre 2010 et 2011 en grande surface alimentaire avec +87,9 % (109 millions d’euros de CA, soit 64 % de part de marché). Leur part de marché est dorénavant de 5 % à fin 2011.

Évolution CA surgelé bio de 2005 à 2009
en millions d’euros (source Agence Bio)
  Le marché du surgelé bio ne cesse de croitre depuis 2005. il est détenu en grande majorité (+ de 65%) par les spécialistes du surgelé conventionnel qui développent des gammes depuis une dizaine d’années et qui les enrichissent tous les ans. Certaines ont même développé leurs propres filières de production bio pour répondre à la demande croissante de ce type de produits. En 2009, le chiffre d’affaires des surgelés a connu une forte progression (+73%) pour atteindre 35 millions d’euros, soit environ 1% du marché bio. Depuis 2010, son estimation est moins appréciable en raison de la nouvelle nomenclature de l’Agence Bio qui a intégré les surgelés avec les produits traiteurs (pour un souci de confidentialité statistique). En 2011, ces catégories de produits auront tout de même encore connu une forte évolution avec un chiffre d’affaires de 169 millions (+19% par rapport à 2010). Signalons que ces deux familles de produits ont été celles qui ont connu la plus forte progression entre 2010 et 2011 en grande surface alimentaire avec +87,9 % (109 millions d’euros de CA, soit 64% de part de marché). Leur part de marché est dorénavant de 5% à fin 2011.  Évolution CA surgelé bio de 2005 à 2009 en millions d’euros (source Agence Bio)  Répartition des ventes selon canal de distribution 2009 CA 35 millions d’euros

Répartition des ventes
selon canal de distribution 2009
CA 35 millions d’euros (source : Agence bio)
Répartition des ventes selon canal de distribution 2009

Pourquoi un rayon surgelés biologiques ?
Les raisons du développement du rayon surgelé dans les magasins bio sont multiples. Elles tiennent compte de l’évolution des mentalités des nouveaux consommateurs bio, d’une offre produits de plus en plus large et d’un taux d’équipement des magasins de plus en plus important. La mise en place de ce rayon peut être discutable sur l’éthique même du bio (consommation d’énergie à la fabrication, transport et stockage au froid négatif, vitrines en magasin etc.) mais il a permis à une certaine époque de proposer des produits alimentaires qui ne sont disponibles qu’en surgelés (glace, frites…) et d’élargir des gammes de produits spécifiques comme le « sans gluten ». Ce type de produits, parfois difficile à gérer en frais, a pu profiter du système de la surgélation pour développer des gammes plus attrayantes et complètes aux personnes souffrant de la maladie de coeliaque. Enfin, c’est manifestement un complément d’activité qui répond à une demande consommateur (facilité d’utilisation, de conservation et d’utilisation).

Les surgelés en chiffres (2011)
● marché des surgelés (domicile) : 5,5 milliards d’euros (+1,4 % en valeur) mais une baisse en volume (-1 %). Le marché résiste assez bien à la crise. (4,7 milliards d’euros en 2009)
● réduction du panier à l’acte d’achat : en moyenne 1,2 kg de surgelés achetés en moins par foyer durant l’année 2011 (37,2 kg contre 38,4 kg en 2010). Consommation d’un espagnol 47 kg, d’un britannique 80 kg.
● les circuits de la consommation à domicile ont plus souffert que la restauration
● la distribution pour la consommation à domicile est segmentée en trois principaux canaux (1) : les magasins spécialisés ou freezers centers (environ 30 % du marché) en évolution chaque année, la livraison à domicile (20 % du marché) et la grande distribution (50 % du marché). Les MDD dans l’offre surgelée des GMS est de plus en plus importante.
(1) : 2010(sources : Syndicat des surgelés – Syndigel)