3e Assises nationales du commerce équitable :  des perspectives plus réjouissantes que jamais

Partagez cet article

La troisième édition des Assises nationales du commerce équitable s’est tenue jeudi 25 novembre à la Maison des Associations de Solidarité (Paris) et en ligne. Photo Antoine Lemaire.

Le commerce équitable va bien, merci. Pour leur troisième édition, les Assises nationales du commerce équitable gagnent en maturité et prennent une dimension internationale. Avec plus de 250 inscrits, le succès de ce rendez-vous s’est confirmé dans un dynamisme partagé et une fraîcheur enthousiasmante. 

Au cours d’une journée dense et fructueuse, ce ne sont pas moins de 40 acteurs de toute la France, de Belgique, de Côte d’Ivoire ou du Burkina Faso qui sont venus partager des informations clés pour mieux décrypter les enjeux à venir.

Julie Stoll et Julie Maisonhaute de Commerce équitable France ont dévoilé les tendances 2021 du secteur avec une belle croissance de 9 % dans un contexte de crise. Sur 2020, le marché a atteint 1,8 milliard d’euros avec plus de 500 marques sachant que le marché évolue positivement depuis plus 10 ans et qu’il a triplé entre 2014 et 2020 ! 

Les nouvelles sont bonnes également sur le plan juridique avec des avancées notables  : 

  • la valorisation des modes de production respectueux de l’environnement comme nouveau critère du commerce équitable,
  • l’obligation pour les produits proposés comme équitables de porter des labels officiels, 
  • l’intégration du commerce équitable dans la catégorie des produits éligibles aux 50 % d’alimentation saine et durable que doit atteindre la restauration collective (loi Egalim 2).

Les Assises du commerce équitable en images

cliquer sur les images pour les agrandir (photos : Julien Thivin)

D’un niveau soutenu, les deux tables rondes du matin ont permis notamment de soulever certains freins qui entravent encore le secteur : un marché manquant un peu de maturité, des consommateurs qui n’ont pas systématiquement le réflexe d’acheter équitable ou une concurrence biaisée.

Philippe Henry de l’Agence Bio a estimé quant à lui que le commerce équitable était « la corde de rappel de la Bio », confiant aux auditeurs :  « La Bio et le commerce équitable ont un chemin parallèle (90 % des produits équitables importés étaient bio en 2020), j’ai l’impression de retrouver ici l’émulation et la dynamique de la bio il y a 15 ans ! ».

« Le monde d’après commence dans l’assiette d’aujourd’hui » Guénaëlle Gault, directrice de l’Observatoire Société et Consommation

« Aujourd’hui, il y a un boulevard pour le commerce équitable » selon Guénaëlle Gault (Observatoire Société et Consommation). Pierrick De Ronne (Biocoop) estime pour sa part qu’un bonus / malus fiscal en faveur des produits équitables permettrait d’en développer la consommation. Photo Antoine Lemaire.

L’après-midi, plusieurs ateliers orientés autour de la biodiversité, du cacao, des financements ou du lait ont permis d’approfondir le débat et d’échanger sur des sujets plus précis.

Julien Thivin 

Un compte rendu plus détaillé des Assises nationales du commerce équitable sera fait dans la prochaine édition de Bio Linéaires (n° 99 – Janvier / Février 2022).

Partagez cet article