NUMERO : Sept-Oct 2006

Bien conseiller – Les parfums

PARFUM CLASSIQUE

PARFUM “BIO”

Matières premières utilisées

VÉGÉTALES

Fleurs : rose, jasmin, tubéreuse, iris, violette, néroli, mimosa, narcisse, lavande, ylang-ylang…
Fruits : agrumes. Les autres fruits sont issus de la synthèse, notamment la vanille
Autres matières végétales : écorces (cèdre, bouleau, cannelle, santal), résines (benjoin, encens, myrrhe), racines (vétiver, gingembre), graines (cardamome, coriandre), plantes (romarin), feuilles (patchouli, verveine)

VÉGÉTALES

Même végétaux mais en majorité de production biologique

ANIMALES

Musc, castoreum, civette, ambre gris sont utilisés sous forme synthétique pour des raisons de prix, d’éthique et de législation.

ANIMALES

Aucune

SYNTHÉTIQUES

Emploi de molécules de synthèse qui reproduisent les substances naturelles ou qui en créent de façon totalement synthétique (ex à partir du goudron de houille qui rappelle le jasmin…). Ex. : musc synthétique – nitrés et polycycliques détectés comme contaminant du sang humain et du lait maternel.

SYNTHÉTIQUES

Aucune

Techniques de fabrication
  • Extractions traditionnelles : distillation à la vapeur d’eau, pression à froid (expression) pour les agrumes, à l’alcool / esprit du vin, ou aux solvants (ex. : hexane) pour quelques végétaux fragiles.
  • Extraction par CO2 dite « supercritique »  : à une température inférieure à 40° sans usage de solvant.
  • « Natur Print » : reconstitution d’une odeur à partir de plusieurs autres senteurs, par exemple la framboise dont l’HE n’existe pas.
  • Molécule de synthèse.
  • Extractions traditionnelles : En majorité par distillation ou pression à froid, sauf pour certains végétaux qui ne peuvent être extraits que par des solvants (rose, jasmin…)
  • Extraction par CO2 : idem
  • « Natur Print » : par technique d’évaporation, on sépare les HE en différentes parties pour les mélanger et créer une nouvelle odeur.
  • Pas de molécule de synthèse.

Excipient

Alcool dénaturé

Alcool de végétaux bio dénaturé aux HE.

Conservateurs

De synthèse souvent classés comme allergènes

Selon cahier des charges, cosmébio, BDIH, N & P…

Classement par concentration

  • Les familles de parfums sont classées selon le taux de concentration du parfum proprement dit dans l’excipient.
  • Les eaux légères, sur excipient aqueux, ne contiennent qu’environ 4 % de concentré.
  • Les eaux de Cologne sont dosées à environ 7 %.
  • Les eaux de toilette contiennent environ 10-12 % de concentré.
  • Les eaux de parfum, plus chères atteignent un taux de concentration de 15 à 20 %.
  • Les extraits en contiennent 20 % (prix inabordable). Le taux de concentration peut atteindre 40 % dans le cas de parfums prestigieux.

Comment on perçoit un parfum

Un parfum nous parle d’abord par ses molécules les plus légères qui vont arriver en premier dans nos récepteurs olfactifs : c’est la note de tête. Odeurs légères, florales, herbacées.
Puis arriveront d’autres molécules appelées note de cœur : Odeurs épicées ou florales.
Enfin se dégageront celles les plus lourdes qui « tiennent » : c’est la note de fond. Odeurs tenaces de benjoin, cyprès, patchouli, encens…

Les familles olfactives

FEMMESHOMMES

Chypré : accord de bois, mousse, fleurs, cuiré (miel, tabac, bouleau) ou fruités. Parfums riches et tenaces

Aromatique  : accord basé sur l’odeur d’une ou plusieurs herbes aromatiques comme la sauge, le romarin…

Floral : tous les parfums dont le thème est la fleur ou le bouquet floral

Boisé : accord constitué de bois tels le santal, le cèdre, le vétiver, le patchouli.

Hespéridé : ce sont les agrumes. Note de fraîcheur

Hespéridé : agrumes enrichis par des accords aromatiques, boisés et épicés.

Oriental : musc, vanille, bois précieux, essences et fleurs exotiques

Oriental : harmonie de bois, d’épices, de vanille.