NUMERO : mai-juin 2010

BioBourgogne, la marque régionale …

Dans les années 70, le paysage de la bio en Bourgogne se limitait à une quinzaine d’agriculteurs dispersés sur le territoire : pour la plupart, ils avaient converti leurs systèmes de production en agriculture biologique pour résoudre les problèmes sanitaires récurrents sur leurs troupeaux. En plus de ces agriculteurs « de souche » sont arrivés des néo-ruraux, avec un pro l plus atypique et des systèmes nécessitant peu de capitaux. Le paysage des agriculteurs bio bourguignons s’est par la suite progressivement densi é.

Des outils et organisations diversifiés pour répondre aux besoins des acteurs de la bio

En parallèle de leur progression en nombre, les agriculteurs se sont organisés collectivement et ont mis en place des outils et organisations pour développer la bio. Dans le cadre de la mise en place du réseau de la FNAB au niveau national (1978), ils ont développé des structures propres à la bio aux niveaux de la région et des départements : d’abord la CGAB (Groupement régional des Agrobiologistes de Bourgogne) et le GABY (Groupement départemental des agrobiologistes de l’Yonne), créés dès 1980 ; puis les autres groupements départementaux, le GAB21 en Côte d’Or, le GABNi dans la Nièvre, le GABSeL en Saône et Loire, ont été structurés progressivement les années suivantes. A côté de ces structures syndicales de développement de l’agriculture biologique du réseau FNAB, les agriculteurs ont aussi participé à la mise en place d’organisations pour accompagner le développement de la bio (SEDRAB , service technique chargé d’apporter des conseils aux producteurs et d’animer le développement de la bio) et structurer les  lières (COCEBI , EBB et Boucheries bio de Bourgogne, pour permettre aux agriculteurs bio de commercialiser leurs produits). Les agriculteurs bio ont aussi mis en place des outils pour faire (re)-connaître leurs produits bio et leurs pratiques ancrées sur le territoire bourguignon, dans un contexte de carence réglementaire et d’absence de garantie o cielle concernant le mode de production biologique au niveau national.

Une marque régionale et une association pour faire le lien entre producteurs et consommateurs

La création dès 1981 de la marque régionale BIOBOURGOGNE par les agriculteurs répondait à un besoin collectif des agriculteurs et transformateurs bio bourguignons pour l’identi cation et la valorisation de leurs produits : un cahier des charges, une charte éthique et un comité de contrôle de la marque BIOBOURGOGNE ont alors permis de garantir la qualité de leurs pratiques et l’origine de leurs produits, en particulier vis-à-vis des consommateurs. L’association BIOBOURGOBNE Association (BBA), composée de producteurs, transformateurs et consommateurs permettait aussi alors de communiquer sur les produits bio et les hommes qui les produisent : un lien important entre les producteurs et les consommateurs était établi. Ce lien perdure toujours aujourd’hui. En 2009, la Bourgogne comptait plus de 500 agriculteurs bio. BBA comptait 126 adhérents de soutien, essentiellement des agriculteurs, dont 26 agriculteurs et transformateurs adhérents communiquants, c’est-à-dire utilisant la marque BIOBOURGOGNE sur les produits.

Un contexte en constante évolution

En 1991, la réglementation française évoluait, avec des textes règlementaires et la création à terme du label o ciel AB en terme de dé nition de l’AB. BBA a alors aligné le cahier des charges de sa marque sur le cahier des charges national, tout en conservant ses critères régionaux. Les changements qu’annonçaient pour 2009 les travaux autour du futur règlement européen, et en premier lieu l’interdiction de toute spéci cité nationale, ont interpellé les adhérents et responsables de la marque BIOBOURGOGNE et de l’association BBA. Soucieuse de préserver le haut niveau d’exigence qui caractérise sa démarche et lui vaut sa reconnaissance, BIOBOURGOGNE Association s’est associée dès 2008 aux ré exions engagées au sein du réseau FNAB sur la pertinence d’une nouvelle marque nationale collective et privée qui garantirait les acquis réglementaires et le modèle de développement agricole défendu par la majorité des acteurs de la bio en France. BBA est aujourd’hui membre du collège « marques régionales » de cette nouvelle marque, qui porte un certain nombre de valeurs fortes (Encart).


Les valeurs défendues par la marque nationale Bio Cohérence

● Le respect du vivant sous toutes ses formes, du végétal à l’animal, mais également le respect de l’Humain
● La transparence et l’équité : entre les opérateurs, en favorisant une démarche de coopération plutôt que de compétition
● La solidarité : entre les acteurs de la fi lière, réunis autour d’un projet collectif
● La transmission : de nos valeurs et de nos savoirs (aussi bien techniques, environnementaux, sociaux ou encore économiques) via un cahier des charges mais également toute la démarche de progrès et d’accompagnement des nouveaux entrants.

Des questions pour l’avenir des acteurs des filières bio bourguignons et des consommateurs de BIOBOURGOGNE Association

La consommation des produits bio augmente, et l’o re nationale, et en Bourgogne, n’arrive pas encore à satisfaire la demande des consommateurs, toujours en croissance en volume, et aussi de plus en plus soucieux et exigeants sur les questions environnementales, sociales et éthiques de leur consommation. Consommer bio, et local, sur des  lières équitables. Voilà un chantier où BBA et sa marque se doivent d’occuper une place de choix, pour continuer à faire le lien entre producteurs, transformateurs, et consommateurs de produits bio.

Pour tous renseignements : biobourgogne.fr
Structures régionales Bio de Bourgogne