Coronavirus en Belgique : dans ce magasin bio, il faut se laver les mains avant de faire ses achats (source : rtbf.be)

Pour la gérante Lorie Meurmans, il a fallu mettre en place de nouvelles règles. – © RTBF

Se laver les mains très régulièrement avec du savon : voilà une mesure simple pour éviter la propagation du coronavirus qui a déjà contaminé plus de 1700 personnes dans notre pays. Dans le magasin “Small is biotiful”, situé dans l’entité de Neder-over-Heembeek (Ville de Bruxelles), la règle est désormais établie et acceptée par tous les clients : tout qui rentre doit se laver les mains, les sécher et porter des gants quand cela est possible.
Une bassine, un flacon de savon, un réservoir d’eau et des serviettes en papier. – © RTBF

Ce petit magasin de proximité, centré sur les produits et les aliments bio en vrac, a ouvert en juin 2019. Depuis, il a pu conquérir une clientèle fidèle qui apprécie le contact avec les deux gérants et la qualité des denrées. Mais depuis la mise en place des mesures de confinement, décidées par l’Etat Fédéral, les habitudes ont changé. De nouvelles règles ont été mises en place et communiquées au quartier via les réseaux sociaux.
Les mesures de distanciation sociale mises en place dans les grandes surfaces sont également d’application, même dans un commerce beaucoup plus petit comme celui-ci. “On essaie de restreindre l’accès au magasin“, explique à la RTBF Lorie Meurmans, la gérante, entre deux clients. “Ici, on a environ 100 mètres carrés de surface commerciale, donc on a limité l’accès à sept personnes. Nous demandons également aux personnes de venir seule et pas en famille ou avec les enfants pour effectuer leurs courses, pour qu’il y ait moins de monde dans le magasin. On demande aussi au client de ne pas perdre trop de temps dans les rayons, de ne pas trop bavarder pour rester au maximum 30 minutes à l’intérieur. Toutes ces règles sont établies et demandées par le SPF Santé publique. Nous essayons de les appliquer au mieux, avec l’aide de nos clients. Parfois, on doit faire les gendarmes. Mais dans l’ensemble, tout le monde le comprend et prend son mal en patience. Jusqu’à présent, cela se passe relativement bien.
“C’est important que les clients aient les mains propres lorsqu’ils arrivent”
Et puis, il y a le lavage des mains, on l’a dit. Chez “Small is biotiful”, on va donc plus loin en termes de mesures d’hygiène. “Nous avons mis en place le lavage des mains dès l’entrée en magasin et on essaie de faire en sorte que les clients mettent des gants surtout quand ils manipulent des fruits et légumes, sans prendre de pince. Nous avons un magasin qui vend énormément en vrac. Il y a plus de risques de contacts ou de dépôts de virus ou de bactéries. En temps normal, on désinfecte. Aujourd’hui, on renforce toutes ces étapes sur les poignées des frigos, des silos… C’est important dès lors que les clients, lorsqu’ils arrivent, aient les mains propres, auquel cas tout le travail mis en place au quotidien ne servirait à rien. Nous prenons un maximum de précautions et cela rassure. Des clients arrivent déjà d’eux-mêmes avec leurs gants ou leur petit gel hydroalcoolique. Mais pour tous ceux qui n’y ont pas pensé ou qui n’en voient pas la nécessité, il était important d’avoir ce dispositif dans le magasin.

Trois à quatre fois plus de clients

Ici aussi, malgré la petite taille de l’enseigne, le nombre de clients a augmenté. La demande pour des produits de première nécessité (mais pas que) est en hausse. “C’est trois à quatre fois plus de clients“, détaille Lorie Meurmans. “Pour un petit magasin indépendant comme le nôtre, c’est aussi compliqué à gérer. Ces mesures étaient donc nécessaires tant pour nous que pour nos clients, sinon nous aurions eu de longues files, du contact avec beaucoup trop de personnes. Ces mesures sont prises pour nous protéger et protéger le client”, ajoute la gérante qui veille à désinfecter régulièrement son comptoir et ses paniers à provisions. “Gérer cette affluence, c’est faire trois fois plus de commandes, trois à quatre fois plus de marchandises qui sont livrées. Au niveau logistique et humain, cela demande un temps d’adaptation.”

Le papier-toilette, les pâtes, le citron

Cette clientèle nouvelle ne poussait pas forcément la porte de la boutique. Elle ne consommait pas forcément bio et ne s’effectuait pas ses courses dans des commerces de quartier. “Nous remarquons des personnes qui viennent pour la première fois, un peu par dépit parce que par exemple elles n’ont pas trouvé des pommes de terre ou du papier-toilette en supermarché. Elles se souviennent alors que la voisine ou l’ami avait un jour parlé du magasin sur la place. Et là, elles viennent voir si elles peuvent compléter chez nous leurs grosses courses.
Et comme dans les grands magasins, le type de produits demandés est le même. “Le pain, le papier-toilette… Cela fait six ou sept mois que l’on vend du papier-toilette bio ici. Mais ça ne partait pas plus que cela. Et là, on a le stock qui défile. Pareil pour les légumes et les aliments qui favorisent le système immunitaire comme le citron, le gingembre, le miel… Les gens sont en demande. Sans oublier les pâtes et le riz, des produits de base et secs qui peuvent se conserver et dépanner en temps de confinement.
En tout cas, cette boutique gérée par un couple reçoit énormément de soutien. “Sur les réseaux sociaux, beaucoup de personnes nous ont adressé des messages, pour dire que c’était bien de prendre les devants, de prendre nos responsabilités par rapport à la situation.” Quant aux récalcitrants, pas d’autre choix possible : ils doivent se plier aux règles pour limiter, dans ce quartier de Neder-over-Heembeek aussi, la propagation du Covid-19
Source : https://www.rtbf.be/info/regions/detail_coronavirus-en-belgique-dans-ce-magasin-bio-il-faut-se-laver-les-mains-avant-de-faire-ses-achats?id=10462330

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here