Le commerce de proximité au Japon, un exemple à suivre ?

FamilyMart, l’un de ces magasins de proximité très prisés au Japon. Photos Yumi Pryet.

Le Pays du Soleil Levant pourrait-il inspirer le commerce de proximité de demain ? De retour du Japon, Yumi Pryet nous livre un témoignage fort intéressant sur les commerces de quartier qui poussent (très) loin le concept de « proximité » !

Yumi Pryet-Sumiyoshi, coordinatrice auprès d’Aromandise, est de retour du Japon, après deux ans et demi de confinement Covid. Elle détaille à Bio Linéaires les « convenient stores », ces magasins de quartier incontournables qui maximisent les services client dans un minimum d’espace.

« L’évolution des convenient stores est impressionnante, c’est un lieu devenu indispensable dans la vie des quartiers et iconique du Japon d’aujourd’hui. Il y a plus de 50 000 Konbini au Japon (Ndlr : commerces généralement ouverts 7j/7) avec trois chaînes principales 7-Eleven, Lawson et Family Mart, qui quadrillent le territoire. Ouverts 24h/24 ou à forte amplitude horaires, ils cumulent les services : épicerie, droguerie (dont encens), cosmétiques, papeterie (stationery), collants, chaussettes, hygiène », témoigne-t-elle. En bref : tout ce qui est indispensable au quotidien.

« Beaucoup de Japonais achètent au jour le jour », nous apprend Yumi Pryet-Sumiyoshi, ils trouvent dans ces épiceries de quartier tout ce qu’ils souhaitent en « dose individuelle » : 

  • Produits frais et encas : préparations de riz (onigiris) ou sandwichs, soupe chaude l’hiver (Oden avec pâte de Konjac et légumes), beignets de viandes, poisson, etc., légumes crus à préparer ou salades, tofu ;
  • Cup noodle et plats à réhydrater ;
  • Boissons ;
  • Tabac ; 
  • Presse dont mangas ;
  • Services bancaires pour retirer et déposer de l’argent ;
  • Services postaux pour retirer et envoyer des colis ;
  • Cafétéria dont café chaud et produits chauds (ils fournissent les baguettes pour manger).

« La fidélisation se fait par le service et le respect du consommateur »

On peut aussi y réserver des billets pour des événements ou y effectuer des photocopies.

Lawson, une enseigne indiquant qu’ils vendent du tabac et proposent des services bancaires.

« On achète, on paie et on s’assoit », précise Yumi Pryet-Sumiyoshi (comptoirs séparés par des dispositifs en plexi anti-Covid et bruit), les magasins sont équipés de wifi et l’on y croise tout aussi bien de jeunes actifs que des retraités du quartier.

« La caisse fonctionne de façon à ce qu’on ne touche pas à l’argent et rend la monnaie avec ticket de caisse automatiquement. Les équipes sont de 2-3 personnes en rotation, souvent des étrangers, formés à leurs tâches : politesse, façon de servir ou de renseigner, rapidité…, et portant un uniforme de l’enseigne. La fidélisation se fait par le service et le respect du consommateur pas par la connaissance personnelle des clients. » 

Les convenient stores en images

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here